Bon tout à d’abord, je tiens à féliciter toute personne actuellement en vie ayant écouté entièrement  (c’est-à-dire du début jusqu’à à la fin.. ) cet album  avec une pensée particulière pour ma propre personne qui a cru qu’elle n’en arriverait jamais à bout.

Nous vivons, il n’y a pas à dire  dans une époque formidable : Tout est plus ou moins est permis.  C’est ainsi qu’une blonde à la propreté  douteuse  et au look haché, soigneusement inspiré par des SDf a  réussi à s’emparer des charts en fin d’année dernière avec un titre  lumineusement écrit dont  le refrain disait globalement: N’arrête pas, fais tout péter,DJ, fais exploser mes enceintes,Ce soir je vais me battre,Jusqu’à ce qu’on voit la lumière du jour Whoa-oh oh ohWhoa-oh oh oh » . S’il est  mystère quant on au fait  que le titre ait pu avoir un tel succès : On ne pourra nier une indéniable efficacité à la production cheap et hautement racoleuse de Dr.Luke que renfermait le fameux » TikTok » qui a malheureusement donné l’idée à la l’impétueuse blonde de commettre un album ..

Kesha (vu que c’est ainsi qu’elle se prénomme) a pour le coup fait appel à une liste prestigieuse ( selon elle ) de producteurs Pop/techno pour donner lieu au pire opus que 2010 ait lu l’occasion de voir .

C’est-à-dire que la jeune fille a un référentiel musical très particulier.  Hormis cette passion pour l’apparente saleté qu’elle n’a pas épargner au visuel de son album, elle tient aussi en amour les bandes originales de Films d’ados américains. La musique selon Kesha , ce n’est donc pas poser sa voix sur un piano , établir une mélodie ou autre encombrement inutile du genre ..

Non non , dans le monde de Kesha , la musique résulte être un concours où celui qui débite le plus de conneries sur de vieux remix karaoké de Cher est vainqueur . C’est dans  cet esprit là qu’elle martyrise les micros sans toute fois nous donner le temps  de souffler au cours des 14 choses qui composent ce qu’elle et sa maisons de disques ( on ne pense plus qu’elle ait de la famille qui s’assume comme telle) ose considérer comme musique ..

Rien n’arrive à rattraper l’autre, que ce soit Your Love Is My Drug , Blah Blah Blah ou Hungover , les titres s’enchainent pour se ressembler  et ce sans pitié aucune pour nos tympans .

Au mieux, cette heure de railleries infâmes pourraient servir de playlist a un Dj tchechene déprimé  ,au pire  causer le suicide d’un  bon amateur de soul  music  ( ou de musique tout court) mais dans tous les cas : Ce n’est en rien quelque chose de musical que  la blonde ( qui a comme principale fierté  , ces textes jubilatoires d’inintelligence ) a décidé de vendre.

Une douche , des cours de chant , un relooking ,des auteurs qualifiés ….enfin tout s’impose et ce de A-Z dans l’idée où elle voudrait  pondre un deuxième essai . Chose qu’on ne souhaite bien évidemment pas ..

Le racolage des poubelles lui va tellement mieux ..

Image de prévisualisation YouTube

5/20.