Ce sont les seules chose qui nous restent. Les 4 nouveaux titres  que Mary J. Blige a décidé d’inclure dans la nouvelle version de son album sonne comme un claire renoncement de la diva face à la bonne musique .

Comme nous avons très souvent  pu le voir , la chanteuse n’a pas toujours été parfaite .  Sa carrière  a souvent (notamment dans les années 200’0s) été victime de manque chronique d’inspiration ou d’inutiles et barbants ressassements de larmes .

Ceci dit , la qualité meme si parfois moyenne restait toujours présente .  Avec cette réédition ,  MJB frappe où l’on ne l’attendait pas du tout .  Ce ne sont pas simplement des titres médiocres ou sous inspirés que la diva a décidé de faire ..

Non Non .. avec I Can’t Wait de Will.I.Am par exemple , elle peut très certainement avoir sa place au panthéon des pires horreurs que le siècle a connu , ou va connaitre …

Cette production techno  fait en effet honneur aux productions de Guetta ( dieu seul sait combien c’est dur !) , tellement est vomitive de cheap et de non musicalité .

City On Fire , sa  cousine annoncée comme autre fer de lance de cette nouvelle version est une bouillie de son  hip pop mal produits et odieusement mixés qui n’auraient jamais du sortir d’un studio d’enregistrement .

La reprise de Starway To Heaven malgré l’interprétation  nous donne l’impression d’avoir perdu 9 minutes de notre vie qui ne nous seront jamais rendu… (chose qui bien évidemment fruste.)

On ne tiendra d’ à peine écoutable que Whole Whotta Love qui  sonne comme une rencontre entre Lep Zed et Lady Gaga où Mary J Blige  réussit cependant à  jouer l’arbitre bien que le tout  reste bien peu glorieux .

Bref , cette réédition nous jette en pleine face et de la manière la plus cruelle le constat suivant :  The Queen Of Hip Hop/Soul n’en a plus grand chose à faire de la Soul .( et meme du hip hop d’ailleurs )

Triste Réalité !