Vous étiez en manque de divertissement ces temps ci au moment d’aller au petit coin? Pas de panique : Ces artistes ont pensé à vous.

Si l’on devait terminer les titres des 2 derniers albums de Black Eyed Peas en fonction de leur contenu : ça donnerait : The End Of Music & The Beginning Of Shit.Will.I.Am a officiellement perdu toute crédibilité artistique avec ce nouveau projet electro hautement grotesque qu’il fait subir à son groupe. Sur The End , on pouvait sauver une moitié de l’album, sur The Beginning: On sauvera un titre – The Best One Yet– , le reste n’est qu’un amas de boom boom inutiles,hyper autotunés et grotesquement arrangés où la voix de fergie – déjà désagréable à la base- atteint  grâce à l’autotune des sommets dans l’exécrable à tel point que chacune de ses apparitions vocales s’avèrent etre un chemin de croix.

On est même tenté de croire à l’écoute d’infamies sonores comme «  » que Willie  volontairement voulu donner au timbre de son amie , le meme arrière gout déguelasse que son fasciés botoxé.

Dans tous les cas , le gros flop américain est non seulement mérité mais réellement jouissif.

4/20.

 

Il faut du courage pour continuer à croire quand on est dans la situation de Kat de Luna.(A croire que la seconde partie de son nom n’a pas été mise au hasard et qu’elle vit vraiment sur la lune) Un seul pays au monde bien voulu vendre son album « Inside Out » et il s’agit de la Belgique. Toute personne un minimum logique aurait là vu un signe , aurait annulé cet opus et serait aller voir de vrais producteurs afin de sortir un opus digne de ce nom mais ce n’est pas son cas.La pauvre cloche croit en son Red one qui lui offre un album aussi triste et chiant qu’une longue pluie d’été.

Inside Out est ce regroupement de clichés sonores et vocaux qui donnent à rêver d’ un étouffement dans les règles pour la dominicaine à son prochain passage au KFC.

Ps: Ah oui ,Dancing Tonight peut être sympa quand on est bourré et on ne la remerciera jamais assez d’avoir autre chose que sa tronche que sur la couverture.

4/20.

Jennifer – Apellez Moi Jen.

Une carrière miserable,une artiste miserable et un album encore plus miserable pour la première gagnante de la star academy.

La vie est décidément bien difficile quand on a aucun talent, aucun charisme et résolument aucun charme réel dans ce bas monde. Après avoir jouer à l’illusionniste ( fortement soutenu par Pascal Negre) le temps de 3 opus franchement risibles. Jennifer cède et nous offre une compilation de démos 8O’s qui sonnent toutes comme des rejets du dernier Alizée. Productions pathétiques,paroles ahurissantes de débilité: Personne n’en veut.

Enfin,on va pas lui en vouloir connaissant ses nombreuses failles artistiques mais pour plus de décence et d’honnêteté envers le public . Elle aurait du nommer son opus :

Apellez moi Cosette!

2/20.

Duffy – Endlessly.

Prenez une palette de productions soul teintées de rock franchement appréciables et travaillées, puis ensuite prenez une pedrix sans musicalité aucune, déplumez la plume par plume de sorte à la faire hurler dans tous les sens et vous obtiendrez le nouvel opus de Duffy.

Une cacophonie digne d’un zoo animalier où l’on se force – par peur des associations-  pour soutenir des titres tels que » Hard For Heart  » ou encore « Too Hurt Too Dance » ( Magnifiquement plumé au passage !).

Avec une chanteuse, une vraie , cet album aurait pu être autrement génial. Dommage!

6/20.

Enrique Iglesias – Euphoria.

Celle ci est facile mais elle mérite d’être dite : Il n’y a absolument rien d’euphorique sur le dernier album d’Enrique Iglesias mais bon je pense que tout le monde s’en doute . L’accident que fut le sympathique » Insomnia » dans sa carrière restera un cas isolé vu qu’il nous ressort ici une palette de bluettes pop tantôt malproduites, tantôt surproduites où sa voix a  relativement les mêmes vertus q’un laxatif 1000mg. On sauve la rencontre avec Nicole mais pour le reste, même Faith Evans ( qui a toujours la foie hein! ça rigole pas) est fâchée.