Lorsqu’Amel Bent a débarqué avec son premier album en 2004, les médias n’ont pas tari d’éloges à son sujet allant  jusqu’à la comparer  à  Alicia Keys ou à Lauryn Hill. C’était totalement démesuré mais quelque part compréhensible. Amel, c’était l’arrivée d’une voix réellement hors du commun qui mêlait avec une certaine efficacité sonorités urbaines ( soul/r’nb’) avec un zeste de pop/variétés. Un jour d’été était loin d’être parfait mais c’était un premier opus prometteur et travaillé bien au-dessus de la qualité moyenne des travaux français de l’époque.

Cependant, alors même qu’on espérait tous qu’elle confirme ce fabuleux talent vocal au fil des réalisations. La chanteuse n’a cessé de régresser, d’emprunter des chemins variétés réellement gênants au point de nous livrer  hier le fatidique « Delit Mineur ».

Un opus daté, gauche et mal écrit, témoignage ultime du très mauvais entourage dont bénéficie l’ex demi-finaliste de la nouvelle star. Amel qui  n’a clairement pas une grande culture musicale se contente de chanter ce qu’on lui donne. Et vu que le label a décidé de lui faire chanter les démos rejetées de Lara Fabian, ça fait mal.

D’une part parce que pour que Lara Fabian refuse une chanson, il faut (qu’on se le dise) qu’elle soit sacrement mauvaise.. Et d’autre part parce que même dans la variété actuelle, il y a de l’audace. On pourra citer Julie Zenatti, Nolwenn timidement Jenifer & Alizee (même si c’est très mauvais, manque de talent naturel oblige) mais il y a quelque chose. Elles essayent, recherchent.

Amel elle se contente de poser sa voix sur les mélodies d’un autre temps  en espérant que le grand public voit en elle une mini Celine Dion ou Chimène Badi et se précipite sur son disque. ( Bravo l’ambition.)

Je reste et ses airs farmeriens, Si j’en crois qui légitimise totalement la retraite de Goldman et en réalité les 90% de ce disque sont des exemples tout à fait probants de la profonde bassesse musicale  dans laquelle patauge l’ancien prodige.

On a envie de sauver «  Delit« ,  » les chansons tristes » (pour le principe) mais l’enthousiasme n’y est pas vraiment. Il y a 7 ans, Bent portait l’espoir des jours été. Aujourd’hui, elle n’est plus que le démon des soirées d’hiver.

Triste Réalité!

5/20. ( On paye la voix..)