m1

Dans le 4ème Edito, j’avais évoqué les excellentes méthodes qu’ont employé plusieurs artistes urbains (Beyonce et R.Kelly) notamment pour essayer de renouveler leurs images et retrouver une partie de leur public américain. J’avais aussi mis en exergue le fait que ces méthodes là mettaient la barre haute et imposaient une certaine excellente pour les chanteurs(es) du genre qui allaient sortir des albums cette année car ce sont des efforts que le public a clairement récompensé et qui a prouvé qu’on peut encore vendre de la musique urbaine en repensant son propre modèle.

C’est pour ça que la paresse dans laquelle se complaît Mariah Carey est absolument ahurissante. J’avais évoqué la faiblesse et grande banalité de la chanson «  You’re Mine » (ici) mais le clip ne rehausse rien,on reste dans l’auto-parodie qu’elle pratique depuis une dizaine d’années déjà.

http://www.dailymotion.com/video/x1bzphv

« Vas-y  que je me touche les seins, que je vous montre mon dos, mes seins, gros seins, vous les voyez, vous les touchez, .. » .. « Et mes cheveux, vous voyez comme ils longs.. » Trey Songz est là sans qu’on ne sache vraiment pourquoi,l’ensemble est kitsch et donne un peu mal aux yeux en plus du fait qu’on s’ennuie totalement.

C’est honteux quand on a les ambitions qui sont les siennes de penser qu’on peut réussir quoique ce soit en 2014 en proposant toujours un travail visuel aussi pauvre. Cette vidéo n’aura pas d’effets sur les ventes, de la même manière que celle «  #Beautiful » n’avait pas aidé le classement dans les charts.

Plus les années passent, plus elle s’enferme visuellement dans un personnage qui n’intéresse plus qu’elle même et ses fans. Le grand public la trouve tantôt ridicule, bientôt folle.

On va quand même espérer que l’album sera de bonne qualité car même ses singles actuels nous laissent globalement sur notre faim, la musique reste la seule chose sur laquelle, elle a toujours pu compter pour faire oublier ses inimitables fautes de goût.