Jason Derulo – le chanteur de 25 ans – a été tellement sur-diffusé sur les ondes cette année grâce à ses titres  » Wiggle » ,  » Talk Dirty » ou encore « Trumpets » qu’on n’aurait pas imaginé qu’il ait des raisons de se plaindre. Et pourtant, les choses ne sont pas si roses au pays de Jason. Récemment, il s’est exprimé sur le fait de n’être jamais reconnu par la chaîne BET ( chaîne de musique noire américaine), ni par les radios R&B. Le chanteur en arrive à son 3ème opus solo sans véritable public solide derrière lui, et ça commence à devenir frustrant. L’opus  » Talk Dirty » avait été conçu pour essayer de lui consolider un plus large public mais les ventes ont été décevantes: seulement 154.000 ventes réelles aux U.S.A . Une véritable déconvenue quand on sait que le titre  » Wiggle  » a trouvé près de 2 millions de preneurs ou que la chanson  » Talk Dirty a séduit 4 millions d’acheteurs à elle seule.  Pareil, les singles  » Marry Me » et « The Other Side » ont eu un impact chiffré qui n’a toujours pas donné envie aux gens d’aller écouter l’opus du jeune homme. Ceci étant, le chiffre de l’opus  » Talk Dirty » reste toujours une sorte de progression sachant que «  Future History« , son précèdent album pourtant porté par des succès singles comme  » It Girl » ou  » Don’t Wanna Go Home » n’a lui séduit que 71.000 personnes aux U.S.A. Globalement, Derulo est chanteur pop qui est apparu dans le lancement de la vague dance auquel on n’accorde aucune crédibilité, aussi bien les fans de musique pop que les critiques. C’est pour ça qu’il se retrouve avec des écarts de ventes encore plus affolants que Flo Rida où les gens se procurent ses singles sans qu’il n’existe lui même. Les gens achètent les chansons parce qu’ils les trouvent efficaces, mais ils n’ont aucune envie de le soutenir lui en tant qu’artiste (et notamment le public R&B qui l’ignore).

Image de prévisualisation YouTube

En effet, Derulo est un chanteur pop qui ne se définit pas comme autre chose. Avec son 3ème opus, il a essayé d’insérer quelques sonorités urbaines dans ses titres comme «  Talk Dirty » pour se faire un peu mieux accepter par la communauté urbaine et écouler ses opus ( c’est un public qui achète principalement les albums). La stratégie a été un échec parce que le jeune homme semble cristalliser tout ce qu’on reproche à des Ne-Yo ou des Usher sans le bon coté de la chose: en effet, on reproche  à ces garçons d’être passé à la pop en abandonnant le R&B. Résultat ? Le public les boude ou les malmènent depuis qu’ils essaient de faire des comebacks. Jason, lui,  n’a jamais fait de R&B: il est arrivé dans la pop/dance, s’est imposé dans la pop/dance, a vendu de la pop. Il  est vu comme quelqu’un qui a  toujours baigné dans une sorte de facilité , ce  qui fait en sorte que même « Talk Dirty et  » Wiggle » n’ont été soutenu par les radios R&B américaines.  On lui fait payer ce que les Dj’s et le public noir américain considèrent comme une « infidélité musicale » parce que selon eux, un noir américain doit toujours avoir une base urbaine, une  fidélité à ses racines s’il fait de la musique mainstream. C’est pour ça qu’on ne le voit jamais en featuring sur le refrain d’un rappeur, c’est pour ça qu’il n’est pas souvent aux cotés des chanteuses R&B, il n’est pas accepté donc son exposition ne leur est pas utile. C’est à dire que s’il avait commencé dans le R&B, était passé à la pop/dance avant de revenir à des titres pop urbains, ils lui auraient laissé sa chance. Cependant, comme il n’a toujours quasiment été vu qu’en pop, on lui fait ressentir cette illégitimité. C’est un peu le cas de figure qu’Iggy Azalea sauf que dans le cas de Jason, il n’y a pas possibilité de l’imposer dans les catégories urbaines donc ça ne crée aucun scandale. En effet, face aux plaintes du chanteur et de ses fans qui reprochaient notamment à BET de l’avoir snobé par rapport à un August Alsina, la chaîne a publié un communiqué en rappelant qu’elle n’était pas là que pour récompenser les artistes noirs, mais qu’elle était là pour récompenser les artistes qui ont un impact sur la musique et la culture noire. Une chose qui -comme expliqué plus haut- manque totalement à Jason Derulo et handicape sa carrière. Avec de si faibles chiffres de ventes d’opus, il pourrait disparaître du jour au lendemain qu’il ne manquerait réellement à personne. D’ailleurs, malgré toute l’exposition dont il a bénéficié et tous ses tubes, August Alsina totalise  plus de 200.000 ventes  avec  » Testimony ». Il se place devant lui, de peu certes,  mais il reste tout de même devant.  Il est dans une situation bien plus avantageuse sur le long terme que Jason car il a un public qui le suit, va le voir en concert etc: il n’a plus qu’à chercher à l’agrandir. C’est une tache qui peut être compliquée mais qui l’est moins que celle où tout le monde te connait, où tout le monde t’a déjà étiqueté, connait tes titres et finalement ne te fait pas du tout confiance en tant qu’artiste. Tu veux toucher tout le monde mais finalement, tu manques de crédibilités réelle partout. Derulo, c’est un peu le frère caché de Flo Rida (quoique ce dernier avait commencé avec un opus urbain, mais quand même) et ce genre d’histoires peinent à avoir de jolies fins aux U.S.A.

Triste Réalité!