10 ans après son dernier album et quelques mois après son ep « Tringle » et sa dernière mixtape LoveJoJo2, Jojo était en concert au Trabendo à Paris. La chanteuse revenait dans la capitale française 12 ans après son premier passage. L’occasion pour nous d’avoir une conversation avec elle sur son actualité, l’ensemble de sa carrière et bien évidemment ses futurs projets.

Lire cette vidéo sur YouTube ou sur Easy Youtube.

MF: Bonjour Jojo, Tout d’abord merci de nous recevoir, et j’aimerais te dire que tu as beaucoup de fans sur la page du site. Chaque fois qu’on parle de toi, il y a beaucoup d’amour qui sort, ça transparait et ça se transforme vite en sessions de A&R (président de label): « elle devrait faire ça ou plutôt ça » etc.

Jojo : Je ne savais pas; c’est vraiment énorme. Je dois venir voir tout ça.

Mf: Oui, tu devrais mais surtout je pense que tout le monde sera content de comprendre ce qui se passe avec ton 3ème album. Ça fait 10 ans aujourd’hui, tu as fini par changer de label, tu es chez Atlantic, qu’est-ce qui fait en sorte que ça n’arrive pas ?

Jojo : Alors tu sais, je suis passée d’une situation avec une Major à une autre situation totalement différente avec une Major. Pour le moment, c’est une toute nouvelle relation. Si ça ne dépendait que de moi, l’album sortirait demain mais ce n’est pas le cas. Si j’ai l’air un peu agacée quand j’en parle, c’est parce que c’est réellement le cas. Mais je comprends, ça fait si longtemps et je veux que toutes les chances soient mises de mon coté. Je promets qu’il sortira en 2016…

Mf: Tu en es sûre?

Jojo : Oui… Attends.. oui, je vais faire quelque chose de totalement fou et irrationnel s’il ne sort pas cette année; je vais tout casser donc il sortira cette année. Au début de cette année, j’ai vraiment renouvelé mon énergie et ma concentration sur la conception de cet album pour moi, pour mes fans et pour quiconque l’écoutera. J’ai vraiment envie d’y apporter beaucoup de ma personalité, de ma perception des choses et je pense que beaucoup de personnes (spécialement les jeunes femmes) s’y reconnaitront. Je veux être aussi transparente que je puisse l’être et rester très fidèle à ma personne. Je le dis souvent, je ne suis pas D’Angelo, je ne suis pas Dr.Dre, je n’ai pas pris 10 ans pour avoir une longue attente. J’ai juste été retenue pendant très longtemps et, maintenant, ça fait tellement longtemps qu’il y a beaucoup d’attente et je suis chanceuse d’être dans un label qui veut faire les choses bien. Je ne peux pas leur en vouloir pour ça, ils veulent faire les choses bien pour mes fans et pour moi-même.

MF:  Tu as travaillé avec Rock Mafia et avec The Stereotypes pour cet opus, avec qui d’autres as-tu travaillé sur cet album?

Jojo : J’ai ecrit avec Justin Tranter qui a écrit plusieurs des nouvelles chanson de Justin Bieber et il est incroyable; nous sommes en train de voir ce que nous pouvons faire ensemble. Dès que je rentre aux U.S.A., nous continuerons nos sessions de travail. Je bosse aussi avec un mec d’Atlanta, Igloo, et je bosse également avec cette parolière et chanteuse incroyable, Nikki Flores et, depuis le début de cette année, je bosse avec les gens qui croient en moi et font sortir le meilleur de moi. Rock Mafia en font partie: ils sont géniaux.

MF : As-tu déjà des featurings ou des collaborations?

Jojo : Je n’en ai pas encore. Je suis tellement concentrée sur l’enregistrement des chansons que je n’y ai pas encore pensé.

12674523_10156767228270601_1280600238_n

MF : Okay, parlons maintenant du projet « Tringle », les 3 chansons que tu as proposées l’an dernier. Je t’avoue que je n’ai pas totalement compris la démarche. Pendant 5 ou 6 ans, tu a construit une fanbase très R&B-Urbain avec tes mixtapes et tes reprises… et finalement quand tu as signé avec Atlantic, tu as proposé des chansons très pop mainstream très differentes de tout ce que tu as avais construit. Pourquoi avoir choisi cette direction?

Jojo : De manière naturelle, tu regardes ce qui sort et ce qui se passe dans l’industrie. J’ai vu qu’il y a avait beaucoup de filles de mon âge qui étaient en train de faire de la musique hip hop R&B et ça m’a fait penser que je devais aller vers une porte qui n’était pas totalement ouverte. la musique dance me fait me sentir forte, puissante, sexy et c’est pour ça que j’ai touché à ça et qu’on a notamment fait When Loves Hurts.. mais, comme je l’ai dit, j’ai réalisé que finalement ça ne compte pas ce que les autres font, la seule chose qui compte est ce qui me vient le plus naturellement, donc c’était une leçon.

Nous avons pu sortir ce Tringle pour se remettre sur pied dans le schéma de l’industrie mais ce projet et ses chansons resteront où elles sont. Je suis en train d’aller vers autre chose; je veux donner à mes fans ce qu’ils veulent et je veux rester vraie face à moi-même. Donc le nouveau projet est plus « urbain ». Je n’aime pas le mot urbain mais j’ai compris et c’est un album plus urbain que je prépare.

MF : Quand tu es dans un studio et que tu penses à Tori Kelly et à Ariana Grande à qui on te compare beaucoup ces temps-ci, qu’est-ce que tu te dis? Je dois me battre pour arriver au même niveau que ces filles ou alors je dois créer mon propre sillon?

Jojo : Je pense totalement que je dois créer mon propre chemin. Je me mettrais dans la tombe en essayant d’entrer en compétition avec d’autres personnes si je ne me bats pas avec moi-même. Je crois réellement dans le fait de travailler pour être la meilleure version de soi. Quand j’étais plus jeune, j’enregistrais beaucoup dans ce studio appelé « Personal Best » et ça m’a réellement influencée et permis de toujours garder les yeux ouverts sur ce que je dois faire et non sur ce que les autres font. Comme je le disais, quand je regarde l’industrie, il y a beaucoup de talents en ce moment comme Jessie J, Ariana Grande, Demi Lovato, Tori Kelly, etc., il y a tellement de filles. Je suis dans l’industrie depuis très longtemps; je pense que ça m’a donné une certaine connaissance, une expérience qui me permet de revenir aujourd’hui tout en me sentant comme une nouvelle artiste. En plus, ça m’a donné une sorte de rage de vaincre, une faim qui est en moi et que je veux faire ressentir dans mon prochain album.

MF : Maintenant, j’aimerais bien savoir quelle est la situation avec ton ancien label Blackground records*? On n’arrive pas à trouver tes 2 albums ici sur Spotify ou sur Apple Music et c’est assez dommage.

Jojo : Oui ce n’est pas juste ici, c’est partout dans le monde et je suis vraiment dépassée par cette situation. Je dois en parler avec mon équipe et mes avocats car c’est complètement inacceptable. Complètement inacceptable. Quand les gens m’en parlent, je mets le hashtag #askmyoldlabel. Je n’ai pas de réponses et ce n’est pas non plus correct donc j’ai besoin d’aller vraiment au fond des choses pour savoir ce que je peux faire pour arranger la situation.

Mf : Il y a quelques années tu as sorti un très bon titre, Demonstrate, que tu n’as finalement pas exploité et on disait à l’époque que tu avais d’autres chansons produites par Noah Shebib. Est-ce vrai?

Jojo : Oui; merci pour Demonstrate et j’ai fait 2 chansons avec Noah. Il est incroyable.

Mf: Justement, la question que je me pose est de savoir si tu peux utiliser ces chansons que tu as  enregistré lorsque tu étais avec Blackground? Peux-tu en utiliser quelques-unes?

Jojo : Malheureusement, je ne le peux pas.

MF : Quelques-unes quand même…

JoJo : J’aurais vraiment voulu pouvoir, je déteste le fait de ne pas pouvoir le faire mais c’est le cas. Malheureusement, je ne le peux vraiment pas. C’est vrai, je ne te mens pas. Ça m’a tuée, c’est injuste mais la vie est injsute donc bon, j’essaie de m’y faire. C’est bizzare et même frustrant pour moi d’avoir autant de chansons et d’albums que je ne peux juste pas utiliser.

MF : Tu ne peux même pas re-enregistrer certaines d’entre elles?

JoJo : Ah, j’ai pensé comme toi et j’ai demandé à mes avocats. Je leur ai demandé mais ils pensent que c’est mieux de juste les laisser là où elles sont.

MF : J’insiste mais c’est parce qu’il y a une chanson dont je dois te parler; il s’agit de Play This Twice. C’est une chanson que tu as chantée dans un bar en 2009.

Jojo : Vraiment? Je l’ai chantée?

Mf : Oui et c’est un très bon titre et on a longtemps attendu la version finale et, finalement, elle n’est jamais arrivée. Il y a-t-il moyen de faire quelque chose?

Jojo: Malheureusement, elle fait partie de ces chansons que je ne peux pas utiliser mais ça me fait plaisir que tu m’en parles. Je ne savais même pas que des gens sur terre l’avaient écoutée. J’ai toujours pensé qe c’était un smash, toujours toujours. Je l’ai dit et redit… (elle fait appel à des membres de son équipe qui confirment son propos)…personne d’autre n’y croyait mais j’ai toujours pensé que c’était un hit.

Lire cette vidéo sur YouTube ou sur Easy Youtube.

Mf: Tu avais totalement raison.

Jojo à sa manager  : je t’avais dit que c’était un smash.

La manager: oui, elle l’a  dit et redit.

MF : Très dommage que tu ne puisses plus l’utiliser… mais dis-moi, que penses-tu de l’état du R&B actuellement?

Jojo : L’état du R&B est assez similaire à l’état de la musique pop actuellement. C’est un melting-pot, il y a tellement de choses qui influencent le R&B actuel que le R&B mainstream actuel est le R&B alternative  avec  The Weeknd, Miguel, Bryson Tiller ou encore Jeremih avec sa vibe hip hop. Le hip hop aussi prend une place avec la trap et les mélodies trap sur lesquelles tout le monde chante. Donc je pense que le R&B traditionnel comme on le connait est entrain de passer au second plan au profit d’un son plus expérimental.

MF : Et que préfères-tu?

JoJo: Je suis une grande fan de vrai R&B; c’est comme ça que j’ai grandi, les voix, les harmonies, j’ai toujours aimé ça mais j’apprécie aussi la nouvelle vague et la pointe de nouveauté qu’elles apportent.

Mf : Tyrese est très vexé en ce moment sur les réseaux sociaux. Il poste tous les jours; il parle du problème du racisme dans les radios américaines. Il pense que quand un artiste noir sort une chanson, elle est ignorée par les radios pop et quand c’est un artiste blanc qui sort des chansons R&B, les radios pop les jouent. Il cite Justin, Sam Smith et plusieurs autres. Tu penses quoi de cette situation?

JoJo : Il n’y a aucun doute qu’il y a toujours beaucoup d’injustices et de problèmes raciaux profonds dans le système. Aussi bien avec les radios pop qu’avec les radios urbaines. Du coup, c’est évident que quand tu fais de la musique urbaine en étant blanche, tu as des opportunités qui ne sont pas offertes aux autres artistes noirs: je ne pense pas que ce qu’il disent soit infondé.

Dossier sur les radios aux U.S.A à lire :http://www.musicfeelings.net/2014/11/dossier-multiculturalisme-musical-usa/

Mf:  Mais tu es une fille blanche…

JoJo : Ah Bon.. (Rires)..

MF : et pourtant tes titres ne sont pas forcément diffusés dans les radios populaires en masse.

JoJo : Oui, mais c’est juste peut-être parce qu’ils ne m’aiment pas moi. Je ne sais pas pourquoi les radios populaires ne me jouent pas moi, peut-être parce qu’il n’y a pas assez d’argent derrière mes projets. Je n’y pense pas. Ceci étant, ce que dit Tyrese est totalement vrai.

Mf : Quelles sont les collaborations que tu rêves de faire?

JoJo : Kendrick Lamar est sûrement l’artiste le plus important des dernières années. Je l’adore et je voudrais collaborer avec lui et son équipe de musiciens. J’aimerais amener ma carrière au point où j’ai autant de liberte et d’expérience que lui. Je le respecte énormément donc je voudrais travailler avec lui. Je voudrais également collaborer avec mon amie Tori Kelly; on en a parlé et il y a tellement. J’aimerai bien faire un peu de country aussi donc je pencherai aussi pour Sam Hunt.

Mf : Et quelles sont tes principales influences?

JoJo: Aretha Franklin est sûrement la chanteuse la plus influente de toute ma vie. J’ai grandi en l’idolâtrant. Aretha, Whitney, Etta James, Mariah, Whitney, Cher, ces divas, je les adore. Ensuite, des chanteurs et paroliers comme Joni Mitchell, John Mayer, Jill Scott et je suis comme une éponge. Je fais rentrer en moi tout ce que j’écoute donc Kendrick Lamar encore, ou encore Robert Glasper Experiment que j’écoute énormément en ce moment; D’angelo, toutes ses chansons me sont vraiment chères.

Mf: Tu as commencé très jeune; tu es encore très jeune mais ça fait près de 15 ans que tu es dans l’industrie. Quel regard portes-tu sur ton parcours?

JoJo :  C’est incroyable car tu ne peux pas te préparer à de telles choses surtout quand tu es aussi jeune mais je suis heureuse d’avoir eu ma mère qui était là pour me permettre de garder les pieds sur terre et s’assurer que je ne prenais pas la grosse tête. Mon éducation est venue en premier. Quand je vois tout ça aujourd’hui, je sais que j’ai vu le monde. J’ai eu des expériences et des opportunités énormes et puis tout ça m’a été retiré. Du coup, cette fois, je suis plus reconnaissante, humaine et présente que j’aurais pu l’être si je n’avais pas eu tous ces déboires. J’ai dû me battre pour revenir et tout le monde n’a pas cette opportunité donc ça me fait me sentir comme une petite O.J.

MF : Aha, merci. Maintenant, on va terminer avec un petit quizz, tu dois choisir l’artiste dont tu te sens le plus proche. Bruno Mars, Justin Timberlake, R.Kelly, Maxwell, Usher. lequel prendrais-tu?

JoJo : Oh c’est dur, c’est dur, vraiment. Oh my god, c’est trop dur. Bon, je diraaiiiiiiii (long temps d’arrêt) Maxwell mais jai tout de suite envie de dire Bruno et tout de suite envie de dire R.Kelly. C’est tellement dur; R.Kelly est le meilleur parolier et producteur de notre génération. C’est incroyable; il est une légende et continue de se réinventer chaque jour. Bruno est tellement vrai et il est passé de parolier à icône ayant son propre chemin et c’est génial. Maxwell est tellement vibey et je l’adore; j’adore son opus BlackSummersNights et il grandit en gardant cette vibe sexy et mature; je suis totalement fan. Donc je n’ai pas de reponses pour toi, désolée.

Mf: Oh tu dois choisir.

JoJo : Oh tu es vraiment dur toi. Bon, je dirai Bruno.

Mf : Maintenant, les filles: Beyonce, Brandy, Mary J Blige, Erykah Badu et Rihanna.

JoJo : Erykah, c’est beaucoup plus facile. Brandy est extraordinaire avec ses harmonies mais Erykah je l’adore; elle a toujours été en dehors de ce qui se faisait. Elle s’est forgée elle-même. Je l’adore et je l’ai vue être DJ, chanter, écrire et tu peux même voir l’influence qu’elle a eu sur les hommes de sa vie (Common, Andre 3000). C’est une femme puissante, créative, une mère (même si les autres le sont aussi) et je la respecte vraiment.

MF: Si tu devais prendre un album sur une ile déserte?

JoJo : D’angelo- Voodo.

MF : Et pour ma dernière question, quelques fois les artistes n’ont pas le choix sur les singles de leurs albums. Quelles sont les chansons que tu préfères dans ta carrière.

JoJo : Je ne pense pas vraiment à ma musique de cette manière; je n’ai pas de chansons comme « wow, c’est la meilleure chanson que j’ai jamais faite ».  C’est dur de choisir mais la chanson que j’aime le plus chanter est sûrement « The Boy without a heart ».

Mf: Merci beaucoup et bonne chance pour ce nouvel album.

Jojo: Merci beaucoup pour tes questions et pour tout ce savoir sur ma carrière. Merci. Maintenant j’ai envie de te faire écouter « Play this Twice ». En plus, j’ai fait une intro; j’ai changé plusieurs choses: je suis sûre que tu adorerais.

Mf : C’est d’accord. Et viens sur Musicfeelings.

Jojo : Je viendrai, je te promets que je viendrai.

Focus Jojo.

 

Super moment et très bon concert aussi avec JoJo. On a parlé de beaucoup de choses cet après-midi, de sa carrière, de ses futurs projets, de l’état du R&B. Vous aurez très vite l’interview. En attendant, elle vous fait un petit coucou.:)

Posté par MusicFeelings sur samedi 5 mars 2016

Comme elle le dit elle-même, JoJo enregistre son premier album à 12 ans. Elle est repérée très jeune par Barry Hankerson qui est l’oncle d’Aaliyah, propriétaire du label Blackground Records. Ce dernier trempe beaucoup dans de nombreuses magouilles, ce qui lui vaut d’être trainé à de nombreuses reprises en justice par plusieurs artistes dont Toni Braxton en 2006. Le label fonctionne à perte et ils n’ont plus vraiment moyen de s’occuper de leurs artistes. Tous partent sauf..Jojo. La jeune fille est bloquée sur le label, car sa voix appartient à la maison de disques et qu’elle a signé un contrat de 7 albums.

Son premier album se vend bien, le second lui donne son plus gros tube américain  » Too Little , Too Late » et fait des chiffres très corrects. On s’attend à ce qu’elle confirme, mais Blackground Recordsn’est plus en mesure de gérer une artiste. Les locaux du label ferment, et elle doit continuer à se battre. C’est donc à ce moment-là qu’elle enregistre des chansons (dont Play This Twice) avec plusieurs producteurs différents qu’elle paie souvent de ses propres poches. Le souci est que sa voix appartient donc au label donc les chansons ne lui appartiennent pas vraiment et elle ne peut pas les exploiter. En 2011, elle s’entend avec eux pour qu’ils sortent le titre Disaster. La chanson ne fonctionne pas et ça augmente les tensions.

Lire cette vidéo sur YouTube ou sur Easy Youtube.

En 2011, elle crée un buzz énorme sur la toile en reprenant « Marvin’s room » de Drake.

Lire cette vidéo sur YouTube ou sur Easy Youtube.

Elle travaille à ce moment-là avec Noah Shebib, le producteur de Drake sur le titre Demonstrate, lui aussi très apprécié, mais le label ne suit pas. Aucune promo, aucune sortie officielle.

Lire cette vidéo sur YouTube ou sur Easy Youtube.

C’est alors qu’elle va en justice avec eux et finit par gagner le procès, elle est libérée de son contrat. Elle signe sur Atlantic Records en 2014, mais Blackground Records possède tout ce qu’elle a fait depuis le début de sa carrière. C’est pour ça qu’elle ne peut pas utiliser les chansons qu’elle a enregistrées entre 2007 et 2014 et c’est aussi pour ça qu’ils se permettent de retirer ses albums des plateformes de streaming en toute impunité.

Dans ce sens, elle est donc réellement une nouvelle artiste. Elle raconte d’ailleurs aussi qu’elle s’est endettée et doit travailler pour payer les avocats qui l’ont aidée à sortir de son ancienne situation. Sa voix et ce qu’elle a fait ne lui « appartenait » pas avant donc sa carrière se construit réellement aujourd’hui. Elle a aussi très bien compris que le public n’attendait pas d’elle des chansons aussi pop que son Tringle. On devrait avoir un opus plus urbain, à la hauteur de ses capacités et de ce qu’elle aime.

Lire cette vidéo sur YouTube ou sur Easy Youtube.