Hier, le monde de la musique a connu un petit choc. La plateforme de streaming qui réunit le plus d’abonnés au monde, Spotify, a cédé au mouvement #MuteRkelly. Ils ont décidé de retirer l’artiste de leur playlists, tout en gardant la musique de l’artiste disponible sur leur réseaux. La nouvelle a sonné comme une victoire pour de nombreuses « féministes », qui ont lancé cette vendetta 10 jours plus tôt, mais elle est en fait une grave atteinte aux libertés démocratiques élémentaires. De nombreux amalgames sont faits, des raccourcis et, surtout, il est important de comprendre quels que soient les faits reprochés à R.Kelly (ou encore XXXtentacion qui tombe sur le coup de la même loi), cette affaire le dépasse largement. Il n’est pas question ici de dire que R.Kelly est ou pas « pédophile », nous ne sommes ni un jury, ni un juge. En revanche, il est destiné à mettre en exergue les dangers réels que constitue la nouvelle manière de condamner via les réseaux sociaux.

Le cas Aaliyah.

Au début, repartons sur des faits. R.kelly est accusé d’être un prédateur sexuel, un pervers narcissique et un pédophile, qui a donc manipulé de nombreuses jeunes filles pour avoir leurs faveurs. La plupart des gens prennent ainsi pour premier exemple son mariage avec Aaliyah, alors que celle-ci n’avait que 15 ans et lui 27 ans à l’époque. En réalité, Robert rencontre Aaliyah alors qu’elle n’a que 13 ans et lui 25. A l’époque, il est signé avec Barry Hankerson, qui est l’oncle de cette dernière, et qui veut imposer la jeune dame sur la scène musicale. C’est donc l’oncle de Liyah qui propose à Robert (qui connait un gros succès sur la scène R&B, avec son premier album « 12 Play ») de concocter un album à sa petite nièce. Le disque est fait pour profiter de tout l’intérêt autour de Kelly et lancer brillamment Aaliyah sur la scène musicale. Kelly accepte et compose donc le fameux disque « Age Ain’t Nothing But A Number« .

Kelly compose, écrit et produit toutes les chansons du disque, avec une supervision du fameux oncle d‘Aaliyah, qui pense avoir trouvé le jackpot. En effet, sa nièce, qui est une petite inconnue, va avoir son premier disque produit par l’artiste R&B le plus populaire du moment. Kellz est donc partie intégrante de la promo du disque. Il est sur la pochette, dans certains clips, et, surtout, elle fait la tournée de plusieurs médias avec lui, le présentant comme son « meilleur ami », et la personne qui la comprend le mieux sur terre.

Ce n’était donc pas une « relation » cachée mais le fait est que la famille d’Aaliyah (son père et sa mère) n’ont jamais vraiment cautionné le fait qu’elle se lance seule et si jeune dans une carrière musicale. Elle le voulait absolument et, selon ce que révèle Barry Hankerson dans une interview en 2001, le mariage était censé permettre à R.Kelly et à lui-même de gérer la carrière de Aaliyah. Il estime que la famille n’était pas en accord avec certains choix qui étaient bien pour elle et qu’en accord avec Liyah, ils avaient pris la décision de la marier pour que le contrôle soit chez R.kelly.

Sur les papiers de ce fameux mariage, il est stipulé que Liyah à 18 ans, alors qu’elle n’en a en réalité que 15. Et quand on pose la question à R.Kelly en 2016, il affirme qu’elle était « amoureuse de lui », mais précise que leur relation fut amicale, chose qui peut paraître douteuse, sauf quand on reprend aussi les propos d’Aaliyah elle-même. Lorsque les publications sur le mariage sont divulguées, elle déclare :

« Je ne commente pas vraiment ça, parce que ce n’est pas vrai. Quand les gens me le demandent, je leur dis « Hey, n’y croyez pas à cette merde, nous étions proches et les gens l’ont pris dans le mauvais sens. » »

Il y a toutefois un divorce en 1995, puis une demande d’annulation en 1997, après que les parents d’Aaliyah ont découvert la supercherie.

Cette affaire est la première affaire qui viendra « entacher » l’image de Kelly et qui est souvent prise comme un marqueur de sa « pédophilie ».

La seconde est, bien sur, l’affaire de la vidéo, qui lui a valu d’être traînée en justice.

L’affaire de la vidéo.

En février 2002, R.Kelly est de nouveau au centre de la controverse. Une vidéo de 26 minutes de lui ayant des rapports avec une jeune fille est transmise à la police. La jeune fille est identifiée comme étant la fille d’un des amis et guitaristes de Kellz et fut remerciée sur l’un de ses albums en tant que « filleule ». Il lui ordonne de l’appeler « Papa » et ils pratiquent ensemble de l’urophilie, ce qui va choquer un bon nombre de personnes ayant vu cette vidéo. La police porte plainte en estimant que la fille n’a que 14 ans. L’affaire prend une ampleur médiatique folle. Ses avocats, son label et même ses proches lui demandent de plaider coupable pour éviter de prendre une peine trop lourde. Il préfère, dans un premier temps, faire croire que c’est son frère dans la vidéo, et finit par être obligé d’avouer que c’est lui. Cependant, lors du procès, c’est un jury populaire qui est appelé; malgré le fait que la jeune fille explique qu’elle était consentante (malgré ses 14 ans) et que l’un de ses parents disent ne pas vraiment la reconnaitre, le jury populaire (qui est composé de personnes ordinaires) estime, à la surprise générale, qu’il était impossible de donner 14 ans à la jeune fille, au vu de sa morphologie. C’est un choc et une surprise, y compris pour les avocats de R.kelly: il est relaxé. En effet, les jurés estiment que la jeune fille avait certes 14 ans, selon la police, mais était consentante et surtout ils disent qu’il leur est impossible d’identifier son vrai âge quand on la voit dans la vidéo. Ils supposent donc ainsi que R.kelly avait pu l’ignorer et l’innocentent en 2008. Il sort en homme libre du Tribunal.

Ce sont ces 2 histoires qui sont tenus au CV de « pédophile » de R.kelly. Les investigations récentes sur le culte sexuel ayant été totalement démenties par la police américaine elle-même après 2 perquisitions de la maison.

[Focus]R.Kelly et Usher : Que se passe- t-il exactement? Quel impact sur leurs carrières musicales?

Comme énoncé au début de cet article, nous ne sommes pas juges, donc il n’est pas question de dire que R.Kelly est pédophile ou qu’il ne l’est pas. En revanche, il est hyper important de faire une distinction entre la majorité administrative, qui est de 18 ans ou de 21 ans selon les pays.. et la majorité sexuelle, qui varie de 12 à 21 ans selon les pays dans le monde. Les differents états font une distinction entre la majorité administrative et la majorité sexuelle. Qu’est-ce que c’est ?

« La majorité sexuelle est l’âge à partir duquel un mineur civil peut entretenir une relation sexuelle avec un adulte sans que cet adulte commette une infraction pénalement réprimée. »

Selon les pays européens, elle varie de 13 à 15 ans (et elle est de 12 ans dans plusieurs états d’Amérique du Nord) . En France, elle est de 15 ans par exemple. On estime dans de nombreux pays dans le monde qu’on n’a pas besoin d’être majeure administrativement pour consentir à avoir une relation sexuelle avec un adulte. Ceci n’est pas du tout émis pour dédouaner R.Kelly de quoique ce soit, mais c’est une piste émise pour mettre en exergue le fait que la justice dans les cas exposés plus haut, l’ait innocenté. Parce que oui, l’hypocrisie serait de dire que quand on a 14, 15 ou 16 ans, on est incapable de décider d’avoir une relation sexuelle avec un adulte. Des millions de jeunes filles font ce choix tous les jours dans le monde et les hommes ne sont pas tous trainés devant les tribunaux. Est-ce injuste? Est-ce anormal? Peut-être mais dans ce cas-là, il est important de changer les lois pour mieux protéger les adolescents..mais toujours est-il qu’au regard ACTUEL de la loi, Robert Kelly est un homme innocent.

Pourtant, c’est un homme innocenté par la justice qui vient donc d’être condamné par une sorte de vindicte populaire. Le mouvement #MuteRKelly, sous prétexte de témoignages non vérifiés (dont certains rejétés par les forces de l’ordre comme le culte sexuel), a décidé de faire en sorte qu’il soit interdit et que sa discographie soit supprimée.

  • Elles demandent à ce que ses albums ne soient plus édités.
  • Que son label le vire.
  • Que les radios cessent de diffuser ses chansons.
  • Et qu’ils ne fassent plus de concerts.

La décision de Spotify s’inscrit dans cette mouvance. Une condamnation avant l’heure. Mais quel impact réel sur sa carrière?

Spotify?

R.Kelly est un chanteur de R&B (genre mort commercialement pour le moment), et le plus gros vendeur et aussi la plus grosse influence musicale de ce même genre depuis 1990. C’est un monument musical, qui a une emprise tentaculaire sur la black music populaire. Toutefois, c’est néanmoins un homme de 51 ans, qui a 30 ans de métier et donc le public a vieilli. À cet âge, il est censé se préparer à jouir de son héritage (un peu comme Stevie Wonder au même age) sans vraiment espérer avoir de nouveaux gros hits mondiaux. Les générations changent, les radios populaires américaines ont du mal à diffuser les artistes de plus de 40 ans donc, inévitablement, R.Kelly est sur une seconde partie de carrière, qui repose sur une audience plus adulte qui l’a soutenu à ses débuts. Comme il est vraiment le roi du genre, cette seconde partie de carrière reste mouvementée vu qu’il a encore eu un disque d’or en 2013 avec l’opus « Black Panties » ou un disque de platine en 2010 avec « Love Letter », mais avec ses 2 derniers disques, « The Buffet » notamment, on sent bien qu’il y a un affaissement. Les gens l’aiment, vont à ses concerts, mais avec plus de 15 albums, ils préfèrent malgré tout écouter les hits qu’ils connaissent au lieu des nouvelles chansons. C’est d’ailleurs en ça que cette exposition médiatique qui est la sienne au vu de ses scandales est un paradoxe. En effet, Kellz est sur une seconde partie de carrière donc son exposition va logiquement s’amoindrir. Le fait de le relancer ouvertement sur toutes ces histoires lui donne une exposition monstre comme s’il était toujours un artiste de premier plan de la scène; cela est le témoignage de son immense impact, certes, mais est aussi une incohérence car, d’une certaine façon, ça le fait quand même « revivre » au-délà de son cercle de fidèles, que ce soit négativement ou non.

L’impact de la décision de Spotify.

Encore une fois, Spotify (et surement les autres plateformes bientôt) conserve toutes les chansons de R.Kelly sur sa plateforme. Il se trouve juste que Spotify, comme toutes les autres plateformes, fait des playlists proposées aux abonnés. Ils ont donc décidé qu’ils ne mettront plus de chansons de R.Kelly dans ces playlists sûrement R&B. Au-dela de la bêtise de retirer la principale influence et le plus gros vendeur du genre contemporain depuis 1990 de leurs playlists, cette mesure n’a que très peu d’impact sur R.Kelly. Pourquoi? Parce que comme expliqué plus haut, il est sur une seconde partie de carrière. Son public qui est plutôt agé ne pratique que très peu le streaming. On le voit avec les chiffres streaming de ses clips ou de ses 2 derniers albums. Alors, on peut estimer que c’est une perte pour ce qui est de toucher un public jeune, mais les playlitsts de R&B 90’s ou 00’s ne sont pas écoutées par les jeunes. Elles sont écoutées par un public qui veut se rappeler d’une certaine époque en majorité (c’est pour cela que les écoutes de ses playlists sont faibles) et qui de fait connait déjà R.Kelly.

Dans les faits, c’est l’annonce qui est dérangeante et va jouer sur son image surtout que ça va se jouer en feuilleton. On apprendra surement que demain, c’est applemusic et après-demain que c’est telle chaine de télé mais, là encore, ça relèvera de l’image et du symbole plus que d’une grosse atteinte à sa carrière (pour le moment), vu que les annulations de concert ont été refusées et qu’il remplit respectivement des salles de 8000, 5000 et 7000 places cette semaine dans différentes villes aux USA, malgré cette effervescence.

Alors qu’est-ce qui est grave?

C’est le fait qu’on condamne désormais un homme sur la pression des réseaux sociaux.  Tous les médias qui relayent l’info sur Kellz parlent d’une enquête menée par BuzzFeed. Depuis quand est-ce un organe d’investigation ?? Comment peut-on prendre une telle décision pour une compagnie comme Spotify en se basant sur des ouï-dires et non des faits avérés et sanctionnés par la justice ? Et surtout, jusqu’où va-t-on aller? Si on veut exclure la musique de R.Kelly ou d’un autre du monde de la musique, il faut passer par un organe agrémenté pour car, ce qui est horrible, c’est le principe: tout artiste qui générera une mobilisation négative sur les réseaux sociaux sera susceptible d’être exclu des playlists (que cette mobilisation négative soit fondée ou non).

Dans sa « chute », Spotify ne pouvait pas prendre R.Kelly de peur des représailles. Ils ont donc choisi XXXTENTACION; le jeune rappeur qui a seulement 20 ans est une des nouvelles stars de la scène pop urbaine. Il cartonne en streaming. Son dernier album « ? », par exemple, s’est écoulé en première semaine à seulement 20.000 exemplaires en physique et à plus de 120.000 exemplaires en streaming. Son public jeune est donc principalement sur les plateformes streaming et c’est donc un coup dur que Spotify retire ses chansons des playlists rap actuel, qui sont très écoutées, notamment de la playlist « Rap Caviar » où était diffusé son tube actuel » Sad ».

Lui, est vraiment clairement impacté par la mesure de Spotify pour la suite de sa carrière, car c’est son coeur de cible. Que lui reproche-t-on? Une vidéo de lui où il frappait son ex-petite amie sur la tête a fait le tour de la toile.

La femme n’a pas porté plainte. Il n’y a eu aucune enquête ou décision de justice mais, là encore, la justice des reseaux sociaux a agi et, maintenant, Spotify a suivi en le supprimant, pas de son catalogue, mais de ses playlitsts.

Mais tout ça nous promet une société délétère et est révélatrice d’une effroyable hypocrisie.

Le bal des hypocrites.

Le but n’est pas ici de cautionner ce que R.Kelly aurait fait ou le fait que XXXTentacion ait donné un coup de poing à sa meilleure amie, mais pourquoi ce ne sont que ces 2-là qui ont été choisis, sachant, encore une fois, qu’ils n’ont pas été condamnés.

Pourquoi, on n’a pas pris la musique d’Elvis Presley, qui était friand de très jeunes filles, ce qui est connu de tous. Il a eu une relation avec une fille de 14 ans, qu’il a ensuite épousée et dans un livre, « Elvis and me», elle écrit clairement « he made love to me forcefully » donc il l’a violée…. Mais la réputation de ce cher Elvis est intacte.  Et personne ne pense à le retirer de Spotify ou à interdire sa discographie.

James Brown battait violemment les femmes, au point où il a failli tuer plusieurs d’entres elles dont Tammy Terrell, qu’il a failli tuer une fois. Pourquoi sa musique est toujours sur les playlists?

Jerry Lee Lewis qui est un pionnier du Rock’n’roll, faiseur de tubes dans les 50 et les 60’s, et icone de la pop, ne couchait qu’avec de très très jeunes femmes et ne s’en cachait pas. Personne n’a milité pour que sa musique dégage des fameuses playlists de Spotity. Voici pourtant une interview où, à plus de 35 ans, il exhibe fièrement sa femme de 13 ans devant tout le monde.

Le producteur musical Dr.Luke (des tubes pour Katy Perry, Britney, Flo Rida) a été accusé par la chanteuse Kesha de l’avoir droguée et violée. L’affaire existe depuis 2013, aucune mesure restrictive ou autres n’a été prise contre Dr.Luke et les chansons qu’il a produites pour toutes les pop stars sont toujours dans les playlists de Spotify.

Frank Sinatra est traité comme une légende; on nous en parle tout le temps. Ils font des documentaires sur sa carrière, tout en omettant qu’il a été accusé d’avoir violé de nombreuses femmes. Susan Murphy, Zsa Zsa Gabor et plusieurs autres ont clairement accusé Frank Sinatra de viol mais son héritage n’est pas du tout éreinté.

Le groupe de rock britannique Led Zepellin est intouchable médiatiquement. Légendes, précurseurs, ayant des tournées très rentables mais il faut savoir que Jimmy Page, le leader de la formation, est un violeur avéré. Il a kidnappé et violé une fille de 14ans dans un club et l’a gardée sous emprise pendant 3 ans jusqu’à ce qu’elle atteigne ses 18ans. Personne n’en a jamais fait un foin; son groupe n’a rien sorti depuis 30 ans mais il croule sous les honneurs. En 2005, il est élevé au grade d’Officier de l’Ordre de l’Empire britannique pour son travail caritatif au Brésil. Il reçoit, en 2008, le titre de Docteur honoris causa pour son apport à la musique. Bref, tout va bien. Il ne manquerait plus que le pape le canonise.

Dans le groupe de rock 30 seconds To Mars, Jared Leto, le leader traîne derrière des accusations de viol sur mineures qui font passer R.Kelly pour un novice. Son frère et lui sont accusés d’avoir violées plus d’une quinzaine de filles allant de 13 à 15 ans. Leur discographie entière est sur les réseaux en et playlists. PERSONNE ne demande d’interdire leurs concerts.

L’équipe de XXXtentacion a d’ailleurs réagi en proposant une liste d’autres artistes a retiré avec leurs crimes ou possibles crimes.

Il y a des dizaines de centaines d’exemples d’hommes totalement peu vertueux, connus de magnats de Spotity, qu’ils n’ont pas du tout touchés. S’il est assez certain que les « féministes » d’un nouveau genre n’ont pas la culture pour les connaitre, Spotity ne peut en aucun cas les ignorer, donc c’est du vernis. Ils le font juste parce que c’est facile mais, dans les faits, c’est profondément hypocrite, en laissant toutefois un précédent extrêmement malsain… vu que, même dans cette partie de l’article, on fait exactement ce qu’on attend désormais des gens, de la délation. C’est abject, mais c’est où on est rendu.

La dictature des vagins.

Les mouvements féministes et particulièrement le fameux « Me Too », qui s’est emparé de la toile partent d’une « bonne intention ». Elles estiment que la société n’a pas été juste et que, d’une certaine façon, c’est l’heure de la revanche et donc que « tous les coups sont permis ». Elles hystérisent donc absolument tous les débats en les portant sur l’angle de la morale et du sort des femmes, quand il faut faire de vrais plaidoyers pour que les choses changent et avancent du coté de la justice. Encore une fois, si Kellz a commis les crimes dont il est accusé, il est IMPERATIF qu’il aille en prison. Il faut mener les enquêtes, trouver les preuves et le faire enfermer et nous serons tous d’accord. Toutefois, tant qu’on n’y arrive pas, la justice populaire n’est pas la solution. C’est un jugement rendu sur l’émotivité, le comportement moutonnier et le « moralisme » hors la morale; c’est quelque chose d’extrêmement pervers car elle change selon les lieux, les sociétés, les traditions et surtout les époques. Ce qui était acceptable en 1950, peut ne plus l’être du tout en 2010. Exemple simple, revoyons la vidéo de Jerry Lee Lewis.

Nous voyons une jeune femme effrayée, accompagnée de deux hommes, qui pourraient être ses parents. Pourtant, c’est à la télé et l’un n’a pas de honte de la présenter comme sa femme, pendant que l’autre applaudit la cérémonie. C’est terriblement malaisant, mais personne n’a trouvé ça choquant à l’époque alors que, de nos jours, ça créerait un tollé. Pourquoi? Parce que les mœurs ont changé, mais c’est donc aussi la preuve que la morale et la vindicte populaire sur le moment ne sont pas des arguments fiables.

Autre exemple qui est plus analogue, Janet Jackson participe au Superbowl en 2004. Son sein est dévoilé à la face du monde et ça choque des millions d’Américains. C’est un bad buzz immense qui marque à jamais l’histoire de la télévision américaine. Les foyers puritains américains sont en furie et 100.000 courriers sont envoyés à la NFL et à ABC. Les gens la trouvent « insultante », « obscène ». Janet essaie même de s’excuser mais rien n’y fait. Elle est bannie de toutes les radios populaires américaines. MTV et plusieurs chaines musicales décident de ne plus diffuser ses clips et elle est interdite de Grammys. Une sanction mille fois plus féroce que celle que R.Kelly reçoit aujourd’hui. Mais, quand on y pense, Janet n’a pas été condamnée par la justice ou par quoique ce soit. Qu’est-ce qui s’est passé? C’était les ancêtres des personnes qui sont actuellement derrière le mouvement #MeTOO qui ont fait pression au nom de leur morale, ou de leurs convictions pour détruire la carrière d’une artiste et ça a marché.

Et c’est ici, ce qui va être rouvert. Il y a dejà à l’heure de l’écriture de cet article des débats sur les paroles des rappeurs, qui seraient misogynes ou contre la cause des femmes. On veut couper des têtes; on veut juger. Nas est déjà sur le parloir après les déclarations de Kelis sur les violences qu’elle aurait subies lors de leur mariage. Là encore, aucune preuve apportée, aucune plainte portée devant le juge. Juste une interview et certaines font déjà le listing de toutes les fois où Nas a tenu des propos contre les femmes, en exigeant que le débat soit porté dans les radios américaines.

Kendrick Lamar est aussi sous le feu des mêmes critiques parce que dans ce « moralisme », on en veut toujours plus. Tout le monde est suspect et tout le monde doit rendre des comptes.

Nelly est, lui, accusé de viol par 2 femmes actuellement. Il n’a pas été jugé, mais il y a déjà des pétitions qui nous explique qu’il doit cesser de faire des concerts. Ce climat est effrayant et tout bonnement invivable. Il ne s’agit plus de Robert. Ce que ne comprennent pas les gens et ces « féministes » est que c’est le principe qui est grave et dommageable.

Là où elles se trompent est qu’elles croient qu’elles seront toujours du bon côté, qu’elles seront toujours les « Miss Justice 2.O » et ça les arrange de le penser mais, sur le même principe, les suprémacistes religieux blancs qui rêvent depuis des années de faire dégager Beyonce ou Rihanna de leurs écrans ou de voir les artistes qui critiquent la police détruits, doivent se frotter les mains et vont aussi s’organiser pour créer ce même genre de bad buzz. Pareil, tous les rappeurs ou artistes qui ont tenu des propos homophobes auront affaire aux Lobbys Gays qui diront que c’est de la haine, car il faut bien spécifier que Spotify explique sa suppression de R.Kelly et XXtentacion de leurs playlists sur la règle « Hate Content (contenu haineux) », cela veut dire qu’énormément de personnes peuvent rentrer dans ça.

En plus, comme l’affaire #RKelly est principalement basée sur des faits anciens, ça va créer des « fouilles-merdes »; on risque de nous rappeler que Jay-Z vendait de la drogue et a été accusé de meurtre et, comme la justice ne vaut rien aux yeux de ces gens, ils nous diront, s’il a été accusé, c’est qu’il est un peu coupable donc, on peut le dégager. Brandy a tué quelqu’un aussi mais n’a pas été condamnée, donc pareil, on peut bientôt lui attribuer le même traitement et c’est sans fin.

Chris Brown est lui aussi jeté en pâture depuis la « victoire » d’hier. On demande aussi à ce que RCA le vire et que sa musique soit supprimée des plateformes, dans la même optique que R.Kelly. Le #MuteChrisBRown prend forme.

Sans justice, c’est un climat délétère et affolant qui sera construit. Et au fil du temps, tous les artistes auront peur donc; on se retrouvera avec une pléiade de personnes aseptisées, qui ne pourront plus rien dire de peur de créer un bad buzz qui pèsera sur leurs carrières.

Michael Jackson.

Un cas intéressant qui illustre bien la folie dans laquelle nous vivons, c’est l’histoire de Michael Jackson. Si la mort a un peu tempéré ce qu’il y avait autour de lui, il faut savoir qu’il a vécu les 15 dernières années, en tant que paria, traité de pédophile, par tout le monde. Il faut dire que tout est parti du fait qu’il faisait venir des jeunes enfants dans son parc, Neverland et, souvent, les laissait dormir chez lui ou dans son lit. Il n’avait pas eu d’enfance et voulait d’une certaine manière revivre  cette période manquée. C’est de là que tout est parti. La star nous postait des photos « suspectes »de lui avec des enfants tout le temps.

Il est passé devant la justice 2 fois, mais a été innocenté chacune des fois. Sauf que sa vie fut un calvaire; dans la pop culture, il fut intégré comme « pédophile ». Dans de nombreuses séries télévisées, comme « In Living Color » par exemple, chaque fois qu’il était fait référence à lui, c’était parce qu’il était un violeur d’enfants. Puis, on a eu de longs documentaires et de longues enquêtes journalistiques (similaires à celle de R.kelly, d’ailleurs) où de nombreuses personnes et de nombreux témoignages expliquaient comment il violait les enfants, et ce malgré le fait qu’il ait été innocenté.

Les télévisons diffusaient ce genre de documentaires accusateurs en masse. Il est certain que, de nos jours, Michael aurait été victime de la campagne #MuteMichael en demandant de supprimer son oeuvre artistique de la surface de la terre. « Heureusement » pour lui, il est mort avant l’avènement de ce moralisme d’un genre nouveau mais ce qui est intéressant est qu’à sa mort on a réalisé que de nombreux de témoignages étaient totalement faux et plusieurs journalistes avaient créé ses enquêtes de toutes pièces. Les mêmes enquêtes qui furent diffusées dans les grands médias, comme celles de R.kelly, actuellement. Cela ne veut pas dire que les accusatrices de R.kelly soient des menteuses, cela veut juste dire qu’on n’en sait rien tant qu’elles n’ont rien prouvé devant le juge. Dans le cas de Michael, on lui a fait vivre l’enfer; il aurait sans doute vécu pire de nos jours et après, on se serait rendu compte qu’on s’appuyait sur des témoignages pour la plupart erronés. Est-ce vraiment la société dans laquelle nous voulons vivre et surtout est ce vraiment efficace?

Oui, au-délà du fait que cette affaire nous montre désormais les revers de l’industrie du streaming, qui pratique donc la censure (Spotify décide unilatéralement de censurer d’une certaine manière R.Kelly et Xxxtentacion de leurs playlists), on peut se demander si ce sera réellement efficace. Bien sur les autres organismes de streaming suivront et nous aurons sans doute droit à un feuilleton dans le cas de R.Kelly, mais est-ce que ce sera suffisant pour totalement affaiblir un chanteur qui vit déjà sur son socle. C’est-à-dire qu’encore une fois, R.Kelly ne vise plus le grand grand public depuis 2002…et n’a plus qu’un socle d’irréductibles qui suivent aussi ce feuilleton depuis 15 ans.

La relation entre Kellz et son public.

Sur la dernière partie de cet article et, après etre revenu sur les réels dangers que présentent ces mouvements pour tous les artistes, après avoir discuté du climat de peur réel que ça va instaurer, on peut revenir sur le cas précis de R.Kelly, qui est un cas totalement à part dans l’industrie du disque. Chanteur, producteur, parolier, écrivain. Pendant que des Katy Perry, Beyonce ou Rihanna ont besoin de 8 à 16 personnes pour écrire une seule chanson, il écrit, produit, chante et arrange SEUL. Il a ensuite écrit plus de 300 titres pour différents artistes. C »est vraiment l’influence R&B majeure sur les 30 dernières années, donc il a une discographie assez tentaculaire. Une présence assez incroyable sur la scène urbaine… car il s’agit bien ici de la scène urbaine. Si certaines connaissent R.Kelly pour son tube « I believe i can fly », il avoue lui-même ne plus le chanter que quand il passe dans les « émissions de télé blanches aux USA ». Il dit aussi que ce sont les seuls moments où on lui demande de chanter cette chanson. C’est un premier point important. Robert n’est pas réellement cross-over; son socle, c’est le public purement R&B qui aime « 12 Play », « R », « Tp-2.Com » ou encore, plus récemment, « Love Letter« . Contrairement à des artistes pop urbains actuels, qui essaient de faire la liaison avec des titres pop urbains ou des cross-over.

R.Kelly a énormément vendu, en grande partie sur un cercle « restreint » de personnes, comparé aux grosses pop stars actuelles. C’est la première chose qui explique son endurance. Le public « blanc » le connait, mais surtout par ses grands tubes; son socle est très résistant parce que ce sont principalement les noirs qui l’ont fait et en très grande quantité. C’est aussi définitivement vers eux qu’il s’est tourné lorsqu’il a eu des soucis avec la justice. Dans cette partie de l’article, nous n’allons pas revenir sur sa carrière, mais sur la manière dont il a tissé une relation bien particulière avec son public dès les accusations de 2002. La première chose est que R.Kelly n’a jamais rien admis. Il est toujours allé à l’encontre des conseils de ses avocats et de la communication de crise la plus basique. Aux vues des accusations répétées et de la persécution de journalistes comme Jim Derogatis, il aurait pu être inspiré de faire, par exemple, comme Harvey Westein et dire qu’il « admettait avoir un souci avec le sexe et qu’il irait se soigner ». Ce genre de choses est aimé du public américain; c’est le « Mea-Culpa », on  s’excuse et on peut avoir la possibilité de faire un comeback. C’est notamment ce qu’a fait Stephen Collins, l’acteur de « 7 a la maison« . Il était accusé d’avoir violé plusieurs très jeunes femmes. Il a reconnu les faits et, accompagné de sa femme, est venu pleurer à la télévision, en disant qu’il regrettait. Résultat? Personne ne lui cherche de noises. Les avocats de Kelly lui ont longtemps conseillé cette méthode. Pendant le procès, on lui a même proposé de plaider coupable et de faire 8 mois de prison, au lieu d’en risquer 15 ou 25 ans. Il n’a jamais voulu… et ses fans sont pour une grande partie passés dessus. On peut le voir avec les ventes de ses disques aux USA depuis 2002.

« Chocolate Factory » en pleine tempête a fait 2,8 millions de ventes.

« Happy People » a fait 3,5 millions de ventes en 2004.

« Unfinished Business » a fait le million de ventes dans la même année.

« TP-3 : reloaded » a fait 1,4 millions de ventes et il lance les fameux « Trapped In the Closet » qui deviennent d’énormes succès urbains en 2005.

« Double Up » fait 1,7 millions de ventes en 2007.

En 2009, avec « Untitled », il connait le premier semi-échec de sa carrière. Le disque fait 300.000 ventes, mais c’est surtout parce qu’il passe la barre des 40 ans et propose une musique trop « djeunes » pour son audience.

En 2010, il comprend son erreur et lance un disque purement R&B Soul « Love Letter » qui le réconcilie avec son public et devient l’un des seuls albums R&B platine de la décennie 2010.

En 2012, il tente la réponse avec « Write Me Back », mais ça marche bien avec 300.000 ventes (ce qui reste bien pour un opus R&B de l’époque), puis se ratrappe alors qu’on le croyait totalement mort, avec « Black Panties » qui est son retour à un son jeune, très urbain, et qui finira disque d’or.

Si on voit la baisse de ses ventes après le procès, elles restent encore incroyablement solides, voire totalement inespérées pour un artiste qui a commencé dans les 90’s. C’est d’ailleurs pour ça que RCA n’a jamais voulu se séparer de lui. Comme il fait tout seul quasiment, ça coûte peu cher à produire (c’est pas comme les pop stars où il faut payer un hitmaker, 10 paroliers et des millions de dollars pour un titre); il ne fait plus beaucoup de promo, donc ça ne coûte pas grand chose en promo et, en plus, il a une audience qui suit, donc il reste très rentable. C’est aussi le seul artiste de sa génération à toujours l’être dans ce genre. Si son indéniable génie artistique est la raison principale de cet ancrage, il a conçu une relation très particulière avec son audience. Comme expliqué plus haut, il n’a jamais rien reconnu et à chaque étape de justification, sa « defense » est toujours structurée sur :

  • Son parcours. Le fait qu’il soit parti de rien, ne savait ni lire, ni écrire …
  • Le fait qu’il ait de nombreux ennemis et subi des trahisons..
  • Et l’emphase avec son audience et le besoin qu’il a de leur soutien dans les épreuves.
  • Et ses croyances religieuses.

Le lien avec Robert est principalement basé sur 2 axiomes. Le coté « sexuel », très prononcé, le slowjameur de fou et, bien sur, le coté réaliste, l’homme brisé par le décès de sa mère, toujours un peu perdu dans la société, et qui raconte des histoires qui peuvent toucher tout le monde.

Lors du premier procès par exemple et de la parution de la vidéo, il avait livré le titre « Heaven I Need a Hug« , où il se raconte.

Ce qui est intéressant est que c’est un titre qui parle des accusations dont il est victime, où le père de la « victime » (la fille de la vidéo) est guitariste, et où il n’aborde jamais ces accusations. Il parle de son mal-être et demande assez simplement aux fans un calin. On l’entend dire :

« Ciel, j’ai besoin d’un câlin
Y a t-il quelqu’un là-haut disposé à embrasser un voyou
Que je sente comme un changement dans les coeurs
Et tout ce dont j’ai besoin est un signe ou un mot de Dieu
Alors arrosez-moi, mouillez-moi de votre amour
J’ai besoin que vous me preniez et que vous me souteniez, oh, ouais »

Plus tard, en 2004, il reste dans cet esprit de reconstruction sur« U Saved Me« , où il évoque la difficulté de son parcours, et le nombre de fois où il a été sauvé par l’Eternel.

Et, en 2012, après une opération vocale où tout le monde disait qu’il était fini, il livre le fameux « Shut Up », toujours dans cet esprit de confession envers ses fans….vs le reste du monde.

C’est à dire qu’il n’a jamais pris la parole pour s’excuser ou toucher d’autres personnes que celles prêtes déjà à le suivre. C’est une communication directe avec son cœur de cible, qui fonctionne vu qu’ils ont l’impression d’être privilégiés et toujours proches de cet homme qu’ils suivent depuis 30 ans.

Tout en le faisant, Kellz semble avoir compris quelque chose qui va déplaire à beaucoup de féministes, c’est que ce personnage un peu sexuellement sulfureux plait à beaucoup de femmes. Clairement pas la majorité, mais aucune personne depuis 2002 n’ignore pourquoi R.kelly a été accusé. Certains passent dessus pour la musique, mais il est lui-même dans un jeu sexuel, un peu limite qui est apprécié par une partie de son audience. Cette image d’homme à femmes excite follement beaucoup et il le sait. Un exemple simple, c’est l’intro de son dernier album « The Buffet« . Il fait clairement une ode à ses prestations sexuelles et, à la 0.35, il mime une sorte de cunnilingus… AUCUN ARTISTE au monde accusé comme il l’est n’oserait le faire, s’il ne savait pas que ça ferait partie du sel, du petit piment qu’aime une partie de son public.

Alors, peut-être que la tempête #MuteRkelly va finalement mettre fin à tout ça, mais ce n’est pas certain. C’est-à-dire qu’il joue aussi bien sur le tableau affectif (on le voit avec les chansons) que sur le coté sexuel qui lui est reproché. Il suffit de voir les visuels des derniers albums..

Pareil sur scène, on a fréquemment des scènes hyper sexuelles, sensuelles avec ses fans.

 

Ces femmes-là ne sont pas « folles ». Il ne leur a pas lavé le cerveau comme on l’accuse de l’avoir fait pour ses « victimes ». En venant aux concerts, elles ont vu les titres des journaux et de Twitter, mais néanmoins…

Ce n’est pas simplement le fait qu’il soit un génie, qu’il fasse de la bonne musique (en 2016, il était booké pour des salles de concerts allant de 10.000 à 20.000 par dates lors du Buffet Show), il est temps aussi de voir qu’il y a une part de ses accusations équivoques, qui lui attire une audience. Elles ne se disent pas forcément qu’elles soutiennent un « pédophile » mais apprécient ce personnage et sa trivialité sexuelle apparente ou décrite. C’est  pour ça que la méthode des féministes de Time’s Up est une hérésie, car si elles ne réussissent pas à définitivement le tuer, elles risquent de lui donner une exposition monstre et donc le renforcer sur sa base.  C’est d’ailleurs aussi pour ça que Lupita Nyongo et Janelle Monaé sont à saluer parce qu’elles ont dans leur tweets montré qu’elles étaient au-dessus de la masse. Elles n’ont pas juste été dans la demande de la suppression de la discographie ou du fait de le virer de son label. Elles ont demandé des enquêtes de la police.

On repassera aussi sur l’hypocrisie de personnes comme Ava Duvernay, qui tirait fort en demandant la suppression des titres d’R.kelly, en oubliant qu’elle avait tweeté pour soutenir Harvey Westein en 2012, tout en confirmant avoir entendu des choses sur lui, mais que le talent prévalait.

Depuis, c’est elle qui parcourt les plateaux pour donner des leçons de morale. C’est dire le niveau de cette infecte hypocrisie.

Coup de Buzz?

Au final,si vous voulez écouter R.kelly, il est toujours sur Spotify, c’est juste sur les playlists faites par Spotify que vous ne le trouverez plus. Sauf que Spotify accepte quand même sur ses playlists, les titres écrits et produits par R.kelly pour d’autres artistes. C’est un enfumage total.

[Focus] R.Kelly, 15 tubes que vous ne saviez pas qu’il a écrit et produit pour d’autres artistes..

Ils se servent en réalité d’elle pour se faire un coup de buzz. Hier, on en entendu parler que de Spotify et même des gens qui ne connaissaient pas la plateforme savent désormais à peu près ce que c’est…mais en réalité, c’est pourquoi? Parce qu’ils ont retiré un chanteur de R&B de 51 ans de 3 Playlists (où on trouvera quand même les titres qu’il a produits ou écrits pour d’autres donc il gagnera quand même de l’argent). Il se sont faits un beau coup médiatique, une belle image, mais dans les faits, ce qui suit est assez pauvre pour le combat même des féministes, contre R.Kelly particulièrement. Si demain ou dans la semaine, il sort une chanson, il fera de bons chiffres de streaming, y compris chez Spotify, juste grâce au buzz qu’il a en ce moment…

On tourne donc en rond, et vu la position tentaculaire du chanteur sur la black music, si elles font ce genre de petit coups (petits contre lui, mais gros en terme de symboles pour l’industrie, qu’on soit d’accord) sans réussir à vraiment l’anéantir au pénal, il aura des chances de rebondir, même si RCA le lâche et qu’il change de maison de disques.

Cette demande de moralisme exacerbé vient aussi des réseaux sociaux qui ont changé notre manière de consommer la musique. Avant, on aimait les génies de la musique et on s’intéressait principalement à ça et, aujourd’hui, on veut d’abord aimer les gens avant leur musique. C’est pour ça que les labels signent maintenant des artistes qui ont déjà du buzz ou que des comédiens ou personnalités connues viennent dans la musique avec succès. Cardi B est un bon exemple; les gens l’aiment d’abord elle avant d’aimer ce qu’elle fait. C’est cette inversion des choses qui créent toute cette exubérance mais, malgré tout, il est impératif de comprendre que, sans la case justice, cette dictature des vagins ne mènera à rien et finira par se retourner contre elles, tôt ou tard.

Triste Réalité !