Vous l’attendiez tous n’est-ce pas? Eh bien voici l’ouverture de la section  » Movie Feelings » du site. Comme son nom l’indique, vous trouverez des chroniques de films plus ou moins récents par moi-même et mes nouveaux collaborateurs tels BBC News ‘(Eh oui) qui va inaugurer la rubrique avec la chronique du tout dernier X- Men. N’hésitez pas bien évidemment à à l’encourager et  lui donner vos avis  quels qu’ils soient sur ce premier essai.

Synopsis : Avant que les mutants n’aient révélé leur existence au monde, et avant que Charles Xavier et Erik Lehnsherr ne deviennent le Professeur X et Magneto, ils n’étaient encore que deux jeunes hommes découvrant leurs pouvoirs pour la première fois. Avant de devenir les pires ennemis, ils étaient encore amis, et travaillaient avec d’autres mutants pour empêcher la destruction du monde, l’Armageddon. Au cours de cette opération, le conflit naissant entre les deux hommes s’accentua, et la guerre éternelle entre la Confrérie de Magneto et les X-Men du Professeur X éclata…

 

C’est toujours avec une certaine joie que l’on voit arriver un nouvel épisode de X-Men. Tout d’abord parce que les 3 premiers épisodes sont globalement bons (avec une légère érosion de la qualité tout de même pour chacun des films); et car dans les mémoires de tous, cela reste LA bonne franchise de référence des MARVELS qui a ensuite encouragé les THOR, HELL BOY, DAREDEVIL, IRON MAN…
Alors évidemment, pour éviter l’effet d’usure (et car ca coute cher d’avoir Halle Berry, Hugh Jackman, Ian Mckellen au générique….), on fait comme les petits copains de Star Trek, et comme les futurs Spiderman et Planète des Singes, on se lance dans le PREQUEL. Pour celui donc de X-Men : 1st class , on se retrouve dans les années 60 (1ère bonne idée !), avec de jeunes nouveaux acteurs (2ème bonne idée), des nouveaux mutants (et de 3 !) mais sans trahir la franchise d’origine (à l’inverse de Batman ou Spiderman : « bon on n’aime pas ce qui a été fait donc on a qu’à dire qu’on refait depuis le début en mieux et en dark ! »).
Mais il faut se rendre à l’évidence, malgré tous les ingrédients du gâteau au choco réussi de ce début d’été … c’est totalement raté ! Et vraiment mauvais !
2h10 de mièvreries où l’on attend la scène suivante pour espérer qu’elle sauvera la précédente … mais non … C’est long, c’est lent et c’est l’on se demande à quoi sert ce film.
Ils nous resservent la soupe des questions identitaires, les gentils contre les méchants, l’évolution des espèces, s’accepter tel qu’on est. C’est le premier film mais en moins bien ! Les mutants ne sont pas fun (l’un crie, l’autre a des ailes, les autres sont des pâles copies des x-mens déjà vus), le seul un peu sympa se fait zigouiller rapidement par « the bad guy ». Et le film n’est qu’un enchainement de scénettes … assez absurdes qui se concluent toutes par des répliques aberrantes.
Je suis dur, ok … Je vous laisse libre choix d’aller découvrir ce gachis que nous aurions pu intituler « L’histoire du Xxème siècle pour les nuls » car ils ont souhaité recontextualisé nos chers X-Men face à tous les maux du siècle. Les méchants sont donc tour à tour les nazis, puis la Russie, Cuba... Les scènes d’actions sont fades et très peu nombreuses. Seule bonne idée, les jeunes mutants tout droit sortis de That’s 70’s Show … qui tentent d’apporter un peu d’épaisseur aux personnages (car Kevin Bacon en méchant doit être le meilleur ami de Kevin Spacey en Lex Luthor…). Je tiens enfin à sauver de ce naufrage mes 2 chouchous du moment que sont Rose Byrne (DAMAGES) et James McAvoy (LE DERNIER ROI D’ECOSSE). Certes ils ne sauvent pas le film, mais ils ont tout l’avenir devant eux pour être les grands qu’ils méritent, s’il faut passer par la case Blockbuster … et bien soit !
Je pense que vous l’aurez compris, X-Men : 1st Class va se voir car on aime les X-Men, mais on en ressort par la toute petite porte. On imagine les années 60 ringardes, les mutants assez peu charismatiques et les relations géopolitiques internationales incohérentes.

Triste Réalité!