1. Paris2. Kiss That Grrrl3. Don’t You Want to Share the Guilt?4. I Just Love You More5. Do-Wah-Doo6. Take Me to a Higher Plane7. I’ve Got a Secret8. Mansion Song9. Early Christmas Present10. Later On11. Pickpocket12. You Were So Far Away13. I Hate Seagulls

Ne vous fiez pas à ses airs de poupée bourgeoise qui ne concevrait la musique que comme de la pop acidulée à refiler aux préados et aux gays en manque de repère. Malgré ce qu’on en dit, Kate Nash n’admet que très peu de points communs avec sa compatriote Lily Allen. Hormis, cet amour devenu presque passion pour l’alternance entre le chant et les chuchotements, les 2 filles s’épanouissent dans des univers assez distincts. Pendant que Lily Allen se formate et se lisse dans du glucose radio comme le montrait son second essai : Nash, elle se veut plus féroce  s’essayant au rock pour cette suite au très joli succès  de Made Of Bricks.

Image de prévisualisation YouTube

My Best friend Is You sonne comme l’auto rébellion d’une artiste envers son image. Le titre, un poil trop rosé  et qu’on pourrait facilement assimilé à des Miley Cyrus et autres Hilary Duff n’est en fait qu’un leurre utilisé par la chanteuse  afin de  faire passer  ses nouveaux idéaux sonores de manière moins brutale.  Fougue passionnelle, rage,  paroles plus qu’explicites, on frétille des la première note du sulfureux Paris qui a (trop ?) tôt fait de nous porter sur un pétillant Kiss  a Girrl et ses délicieuses ambiances carnavalesques.  Kat égaye sa pop avec une richesse qui donne à regretter le choix du 1er single. Doo-Wah-Dooo n’est en effet que bien peu représentatif de ce malicieux melting pot. Bien  trop léger et peu accrocheur, il fait pale figure face à l’audace d’un I Just Love You More et ses influences  rock – Heavy pour une Kate soudainement  suave ou  encore face à la subtile, mais non moins terrible efficacité de Later On qui s’affiche comme une des plus jolies réussites de cet album.

Kate convint cependant moins bien sur les titres doux, et apart Don’t You Want To Share qui tire admirablement  son épingle du jeu. Pickpoket sobrement mené au piano, You Were So Far Away chanté au creux du cœur ou même l’ovni Mansion Song peinent à nous faire retrouver la grâce des titres précédemment cités.

Heureusement, ces moments d’égarements sont rares et n’entache pas vraiment la qualité globale.  La jeune anglaise montre avec cet album qu’elle a su se livrer et évoluer, tout en s’éloignant des sentiers battus  livrant un des meilleurs opus du paysage pop British actuel.

14/20.