Si vous parcourez un peu les sites ou blogs musicaux américains.Vous avez certainement du tomber sur une pluie d’articles à propos de Nelly qui n’en finit plus d’essayer trouver des coupables pour les chiffres tout à fait minables de son 5eme opus.

La semaine dernière , c’était son label qui n’avait pas mis assez d’exemplaires dans les magasins ( Il faut savoir que le Label en a mis 200.000 des le depart), cette semaine , c’est la jalousie de la part du public ,enfin le pauvre rappeur frole la demence avec des allégations qui ne font qu’entamer le peu de crédibilité qui lui restait encore.

5.0 (eh oui , ça ne rigole pas avec l’originalité) n’a trouvé que 62.OOO preneurs aux usa en première semaine. Un score minable quand on sait que l’album été porté par un  énorme tube radio (Just a dream) qui devient vite scandaleux lorsqu’on se rapelle que Nelly est le 4eme plus gros vendeur de la décennie 2000-2009 avec plus de 23  millions d’albums écoulées( Second Rappeur derrière Eminem). C’est à dire qu’il a plus de succés que l’ensemble des pop stars actuelles ( Beyonce , Rihanna et autres) et il peine desormais à  avoir une base fan qui s’eleve a plus de 60.000 exemplaires malgré un succés en radio . La réalité peut elle s’avérer etre plus triste ?

Si le garçon de st louis qui ne cesse de geindre justifie cet échec par le fait que le label aurait du éditer  plus d’exemplaires de son opus dès le départ . La raison de cette baffle se trouve dans la personnalité musicale de Nelly qui s’étaie de manière on ne peut plus claire sur les 12 titres de 5.0.

Nelly a  passé la majeure partie des 10 dernières  années à tricher. Originellement rappeur et extrait du groupe de rap St Lunatics. Son succès s’explique par le fait qu’il est eut dès le debut de sa carrière l’idée de mixer les genres. Il n’a jamais été un pur rappeur ou chanteur urbain , comme il n’a jamais été un pur acteur en zone pop/r’n’b. Il a toujours joué entre les 2 et ça a très bien marché jusqu’à la fameuse période Sweat où le concept a été son apogée avec 2 albums qui soutenaient clairement chacun son public. (Le premier Suit , plus pop et le second sweat plus urbain.) Les 2 opus se sont trés bien vendus mais le second n’a marché que grâce au succès du premier vu qu’en fait la zone urbaine ne s’est pas vraiment reconnue dans ses singles qui ont tous floppés.

C’est de là que tout est parti et ce sont toujours un peu les récoltes de  ce mauvais album qu’il paye aujourd’hui. C’est à dire que depuis Sweat , Nelly n’a plus jamais au les faveurs des radios urbaines quoiqu’il ait pu faire . Il a bien essayé de les reconquérir avec Brass Nuckles mais ça n’a pas marché et celles ci  ont dernièrement choisi ( et avec raison) d’ignorer « Just a Dream« .

Quand on sait que les radios urbaines sont le noyau dur d’un rappeur aux usa,on comprend très vite la déconvenue de l’ex d‘Ashanti qui toute somme – à l’ecoute  de l’album– est assez mérité.

5.0 propose le triste revers d’un rappeur ( tantôt chanteur..) sur le retour qui rate avec brio son exercice mainstream. On y retrouve une pluie de titres radios pop , aseptisés et clichés parfaitement calibrés pour cartonner en radio mais rien de musicalement impressionnant ne ressort. Autant dans son rap, que dans son chant ou ses chois mélodiques, Nelly se lisse au point de souvent s’engouffrer dans le ridicule comme  sur  » Live Tonight » avec Keri Hilson qu’il semble avoir volé à Flo Rida ou encore sur l’horripilant  » Move That Body » dont l’exploitation a assurément enterré cet album en terme de crédibilité.

Le rappeur jouera sans doute essayer de jouer sur la nostalgie en nous sortant la mignonne suite à  « Dilemma » qu’est » Gone »  mais fondamentalement son meilleur est loin derrière lui et ce choix – à la simple comparaison des 2 titres– devrait entériner cette idée.

8/20.