Dur d’être crédible quand on veut faire de la pop urbaine et qu’on a passé plusieurs années à jouer les garces un peu sottes dans une série pour adolescents et autres pré-pubères. C’est pourtant le pari que s’est lancé Naya Rivera, aidée par son petit ami actuel, Big Sean pour le lancement de sa carrière à travers un premier single sobrement intitulé » Sorry ».

Image de prévisualisation YouTube

Une chanson pop retro avec de claires influences urbaines au niveau de la production mais aussi de la construction de chanson. Le refrain est assez addictif, très facilement, il vous rentre en tête et refuse d’en sortir mais il y  une sorte de manque de linéarité dans la chanson. Elle n’est pas totalement fluide, pas vraiment homogène. On est entre le titre album qui s’apprécie au bout de plusieurs écoutes et le « banga » club urbain. Ce qui est assez compréhensible, elle n’a pas voulu totalement dérouter le public et essaie de jouer sur  les 2 tableaux en entrée mais pas sur que ce soit une bonne idée. Une rupture brutale aurait peut être été plus maligne, mais il faut aussi dire que son petit ami n’ayant pas vraiment de crédibilité, ce n’est pas lui qui allait assurer ses arrières en cas de flop. La carte de la mollesse se comprend donc plus ou moins. On saura si le public y est sensible le 17 Septembre à la mise en place du titre sur Itunes.