8 ans, voire bientôt 9 ans sans album de Sade, mais la belle et son groupe se préparent.  Après avoir livré « The Flower Of The Universe » au début de l’année, elle propose une nouvelle ballade romantique et déchirante « The Big Unknow » qui introduit le film « Les Veuves »  de Steve McQueen auquel on doit. Dans ce long-métrage, il est question de quatre veuves à Chicago, poussées à commettre un braquage pour rembourser la dette de leurs époux, morts eux-mêmes dans un braquage qui a mal tourné.

Sa voix de velours nous transporte une fois encore entre mélancolie et grandiloquence. C’est à la fois, fin et déchirant, courageux et sombre, instantané et intemporel. Elle a ce don d’être elle-même sans avoir à s’excuser ou craindre de l’être. Une audace rare. On l’entend dire « J’essaye de tenir/ Je tombe dans les profondeurs obscures / J‘ai l’impression de tomber dans le grand inconnu » et c’est tellement juste et raffiné à la fois qu’on y perçoit un miroir de l’âme.

Ce titre nous permettra de nous réchauffer en hiver et d’attendre avec impatience, le disque à venir, qui a lui aussi magnifiquement vieilli.

Le sublime de « Morning Bird » ( entre autres) n’a cessé de me hanter.