et ce n’est pas nous qui allons l’en empêcher .

Image de prévisualisation YouTube

Le 3eme album de la chanteuse pointera dans les bacs des ce lundi  empli de 14 titres qui m’ont été donné d’écouter ce jour. Suite au single  » Je sais», on avait tous vu le tournant pop electro que prenait la protégée de K’maro (après avoir connu les joies du succès en faisant passer de la pop urbaine pour du r’n’b) et sans surprise que l’opus suit cette voie.

Foncièrement, ce n’était pas une mauvaise chose. Reflets le second album montrait deja une lassitude dans l’efficacité de la formule qui avait fait le succès du 1er. Moins accrocheur et clairement moins recherché, le melting pot sonore dans lequel il nous enfermait ne dépeignait  un  portrait très agréable de Shy’m qui sans être une grande vocaliste, garde quand même un timbre assez particulier pour être charmeur.

Certains espoirs pouvaient donc être fondés sur ce passage à la pop /electro et ce même si ce 1er single n’était pas réellement convainquant. Prendre l’air s’annoncera comme l’assassin de ces derniers et plus généralement comme le tueur de l’idée selon laquelle cette fille puisse faire quelque chose de potable dans la langue française à l’aide de K’maro .

A ne pas s’y méprendre, ce dernier a un certain talent pour les manettes et apprécie certainement beaucoup la miss sauf qu’il est clairement limité et donc incapable de varier son jeu productif.

Prendre l’air contient 14 titres quand on aurait voulu qu’il n’en contienne que 2 ou 3 (Ne pars pas, Elle danse.. Le titre éponyme?).  Les up tempos dont il est majoritairement composés sont tous exactement construits de la même façon  et  le fait que  Shy’m ait elle du mal à valser son jeu vocal n’aide en rien cette ribambelle de répétitions qui donne l’écoute de l’album d’un trait strictement impossible.

Ceci ajouté au fait que  l’écriture des titres baigne dans le touffu ridicule. (Je Sais, Je Suis moi, Tournez la page).  Force est de constater que la reconnaissance artistique chez la jolie française n’est pas pour demain.

Triste Réalité !