Avec 3 albums platines en 6ans , Keyshia Cole a prouvé qu’elle pouvait allier qualité et ventes et de fait s’imposer telle une valeur sure de la scène r’n’b us.Calling All hearts , le 4 eme opus de la chanteuse ne devrait pas lui entacher cette crédibilité ,du moins qualitative. En effet si cette fois ci elle peine à conquérir les radios à cause d’un choix de singles au son bien trop  » deja vu « , nul besoin pour elle de rougir quand à l’ensemble de l’opus.Celle qui a pris notes des principales critiques adressées au précèdent album  » A Different Me » – notamment quand à son son plus pop et mièvre-  propose un retour glorieux au son r’n’b 90’s.

Calling All Hearts sonne comme cet album qui aurait pu être enregistré fin 9O’s/debut 00’s et qui déjà à cette période là n’aurait pas démérité. Cole choisit de jouer la carte de la sobriété avec hormis -Nicki Minaj- des invités de prestige qui l’aident à  donner à son album une vraie cohérence et la petite chose qui fait en sorte que cet album s’inscrit entièrement dans le son 90’s , n’étant pas qu’une simple piqûre de rappel.

Tank est présent sur  » Tired Of Doing Me » pour faire écho au duo R&B lover classique qu’on en a connu ( Can’t Believe.I See You In a different Light,we can’t be friends ) et le résultat est somptueux, Faith Evans et elle ressuscitent la MJb des années 9O’s sur « If I fall In Love Again » . Un titre tout en grâce qui fait oublier leur précédente collaboration sur le dernier opus de l’ex 1st Lady. Timbaland joue son propre rôle sur «  Last langover« . Une production typique du producteur à ses débuts qui n’est pas sans rappeler Liyah mais que Cole s’approprie à merveille pour finir par rappeler sa mère sur Thank You » , le titre gospel vers les dernières minutes de l’album,autre passage presqu’obligé de l’époque.

Des collaborations glorieuses donc qui ne sont pour autant  pas employées pour masquer  de quelconque fautes de gout  de la part de Keyshia. Long Way Down,So Impossible ,Sometimes et surtout l’excellent Take Me  Away sont là pour nous prouver qu’elle peut être une vocaliste très ingénue dotée d’un profond respect et d’une grande admiration pour la période qu’elle veut aborder.

Take Me Away notamment aurait mérité d’être le 1er single ou à défaut devrait être la 3eme porte d’entrée à de ce qui est sans aucun doute un des meilleurs opus féminins de l’année.

La ballade au piano « Better Me » clôt l’opus sur une Keyshia qui se dit mieux dans sa peau autant sentimentalement que musicalement et on ne peut qu’y adhérer car ça se ressent. Calling All Hearts touchera certainement moins de cœurs que ses précédents albums – mauvais choix de single oblige- mais elle peut être fier de cet album qui à n’en pas douter devrait très bien viellir.

15/20.