Christina-Milian-The-Voice-Season-4-Premiere-2

La majeure partie des chanteuses de R&B des années 00’s ont du mal à conserver leur aura en grande partie à cause des infidélités qu’elles font à leur public, ce n’est pas le cas de Christina Millian qui elle présente le problème contraire.

Image de prévisualisation YouTube

1. Les debuts en pop-rnb star pour ados.

La chose la plus importante à savoir sur Christina Millian est qu’elle a toujours voulu devenir une actrice à la base. C’est quelque chose de très important qui va d’une certaine manière peser sur les choix qu’elle va faire dans sa carrière musicale.

En effet, la jeune fille originaire du New Jersey et de parents cubains emménage à Los Angeles à l’age de 17 ans pour devenir actrice et c’est par hasard, en faisant la rencontre de Rodney Jerkins qu’elle se met à écrire des chansons et se dit qu’elle se lancerait bien dans une carrière musicale mais c’est difficile pour elle d’avoir une démo et ce n’est qu’en 99 qu’elle rencontre Ja Rule qui lui donnera sa chance. Il l’a fait poser sur le titre «  Between Me and You » qui devient un petit hit aux U.S.A. Elle se classe 11ème au HOT 100. C’est le debut de la gloire et des opportunités dans le monde musical pour elle avec une signature sur le label DEF Soul Records mais aussi une participation sur l’album «  J.Lo » de Jennifer Lopez . Elle co-écrit le refrain de  » Play  » (sur laquelle elle fait les choeurs) qui devient un succès mondial en même temps qu’elle enregistre son premier opus.

Image de prévisualisation YouTube

Un premier album très girly rnb-pop qui s’eloigne du coté plus hip hop, hood de la chanson « Between Me and You », ce qui sera sa première erreur. Le single «  A.M. TO P.M » se fait remarquer dans le top 40 aux U.S.A mais ça reste maigre tandis que la chanson  » When You Look At me « , très pop, dans la lignée des singles de Britney à la même époque passe totalement inaperçue. Sa prod’ voulait en faire une lolita R&B-pop pour profiter du succès de Britney et d’Aguilera mais le public américain n’a jamais mordu à l’hameçon, ce fut le cas aussi pour  » Don’t mess with the radio » de Nivea qui est exactement dans la même veine. Dans quelques pays européens ça se passe bien notamment en UK, où l’opus convainc environs 100.000 personnes mais ailleurs, ce n’est pas du tout la joie. D’ailleurs, le label a du mal à sortir l’opus aux U.S.A et la jeune chanteuse finit elle même par se résigner  à le faire parce que le projet ne lui ressemble pas.

C’est le premier de ses échecs musicaux mais elle a un regard très serein dessus expliquant que le public a été perdu entre l’image de la chanson  » Between and You and Me  » et le coté pop ado des singles. Ce qui est totalement vrai, en réalité, elle aurait du poursuivre son association avec le Murder Inc, enchainer les collaborations pour essayer d’avoir une crédibilité rnb et ne pas continuer avec des chansons comme « When you Look at me ». D’ailleurs, juste après elle, une chanteuse du nom d’Ashanti suit ses pas avec Ja Rule et a le succès qu’on connaît.

Image de prévisualisation YouTube

2. Et la femme fatale s’éveille..

Ce n’est pas quelque chose qu’elle vit très bien mais entre temps, elle a la chance de décrocher des contrats d’actrice et surtout de faire une petite tournée en Europe en première partie des N’sync. Pour le second album, elle veut adopter une image plus mature, plus femme, et on le sent d’entrer avec  » Dip IT Low  » qui n’a plus rien à voir. Elle casse avec son ancienne image et se ré-introduit auprès du grand public en dame sexy, rebelle, etc. Il mord à l’hameçon mais simplement le temps d’un single. Avec Beyoncé ( qui s’était emparée de ce domaine là visuellement), Jennifer Lopez, et Ashanti ( qui essayait de s’y lancer), personne ne sent réellement le besoin de la suivre ou d’aller écouter son album.

Le titre suivant «  Whatever You want» dans la même veine floppe sechement et l’opus termine sa course à 382.000 ventes. Pour la période, c’est mauvais, voir très médiocre, mais le plus cruel est que ça reste son album le plus vendu à ce jour dans ce pays là.

Cependant encore une fois, elle réagit en expliquant qu’elle a toujours voulu allier R&b/Pop/dance et toucher principalement l’audience mainstream avec ses 2 albums et que c’est pour ça que le public urbain n’a pas suivi, hors elle dit se voir comme une artiste R&B et décide de faire un album urbain. C’est la première fois de sa carrière qu’elle peut tenir les rennes, qu’elle est productrice executive de son projet qui est principalement composé par son petit ami de l’époque «  Dre ».

3.  Mais le public ne suit pas.

Elle enregistre donc ce 3ème opus «  So amazing » entre 2004 et 2006 mais à la fin de l’enregistrement, Def jam sent que le vent musical a tourné et alors que son projet est terminé, lui demande d’enregistrer «  S.O.S » et «  Unfaithful » , les fameux tubes de Rihanna. Sauf que Millian est terrorisée. Elle a peur de se retrouver dans la même situation que lors des 2 précédentes ères avec donc des mini tubes pop qui ne sont pas du tout suivis par le public R&B et ne lui permettent pas de vendre des opus . Elle fait le choix de refuser les chansons, ce qui la met en conflit avec le label, mais elle assume et propose donc la chanson  « Say I » en premier single. Le titre n’est pas mal recu par le public R&B, mais ce n’est pas le carton qu’elle esperait. Il se classse 13ème au hit r’n’b et 21ème au hot 100 mais l’opus lui ouvre sa première semaine avec seulement 58.000 ventes. Il signe son arret de «  mort musicale ». Def jam ne lui donne pas l’opportunité de proposer la ballade «  Gonna Tell Everybody » qui parle de sa rupture avec Nick Cannon comme elle le voulait, car ils voient que Rihanna cartonne avec «  S.O.S » et « UNFAITHFUL » et décident finalement de mettre Christina à la porte pour  finalement avoir voulu être trop intègre.

Image de prévisualisation YouTube

Contrairement à beaucoup qui se sont cassées la gueule parce qu’elles s’éloignaient du R&B, la charmante  chanteuse d’origine cubaine rencontre ce souci dans le sens inverse. Dès le début, on a trop voulu en faire une artiste mainstream touche à tout et ça n’a pas marché, alors elle n’a eu de cesse de vouloir se rapprocher du public urbain mais le temps a passé et la concurrence l’a écrasé de sorte qu’au final, elle n’a jamais eu d’album certifié Or et son dernier projet en 2006 n’a pas trouvé 200.000 preneurs. Ca peut surprendre mais sa notoriété dépasse très largement la réalité de sa carrière et de ses chiffres. Elle n’a jamais pu montrer ce dont elle était réellement capable et ce doit être frustrant. Autre point qui est souvent évoqué dans son cas, c’est le fait qu’elle n’ait jamais réellement revendiqué ses origines latines dans sa musique comme une J.LO ou une Gloria Estefan. Hormis une version de «  AM. TO. PM » en espagnol, elle n’est pas du tout proche de ce public là et ça ne l’a jamais intéressé de l’être.

Et ça a a été le soucis de la suite car elle a continué d’avoir une mini carrière d’actrice, un nom plus ou moins connu et aucun public derrière. C’est la pire situation possible dans l’industrie musicale parce qu’on devient vite une source de gossip et c’est compliqué de  s’en sortir. En 2008, elle signe sur Myspace Records, une ballade solide «  Us against The world« , la critique l’encense mais il n’y aucune base fan derrière et ça ne décolle pas. Après de multiples tergiversations, l’album » Elope » est annulé. Son histoire avec The dream lui permet ensuite de signer sur Interscope Records mais ils se séparent avant que quoi que ce soit puisse être exploité commercialement. Avec les titres qui ont filtré cependant, on voit qu’elle continue de suivre un son r&b urbain comme ce « Zipper » plutôt efficace dans son genre.

Image de prévisualisation YouTube

Depuis 2012, elle a eu ce qu’il lui fallait, à savoir qu’elle a signé sur l’un des plus gros labels urbains, Young Money. Une opportunité inespérée pour quelqu’un comme elle qui est  donc à la poursuite d’une crédibilité urbaine depuis le début de sa carrière mais  le coeur ne semble plus vraiment y être.  Elle a fini pour toucher à l’electro entre temps ( alors qu’elle s’y refusait avant) et on ressent beaucoup chez elle que finalement l’idée qu’elle voulait être une célèbre actrice mais pas forcement chanteuse. Une autre fille dans sa situation aurait essayée d’enchainer les  mixtapes ou collaborations avec Drake, Nicki Minaj, Lil Wayne etc. Elle est plutôt paresseuse et se repose sur ses lauriers. D’ailleurs, le dernier clip qu’elle a proposé est pour une de ses chansons sortie en 2006, ça prouve qu’il y a quelque part chez elle, un manque d’ambition assez criard.

Image de prévisualisation YouTube

Cependant tout n’est pas totalement perdu. Tant qu’elle est signée sur cette plate-forme là, elle peut toujours rebondir au moins le temps d’un succès single R&B si elle fait une collaboration avec Drake ou Lil Wayne. En revanche, il est assez clair qu’au vu de son attitude générale et de son manque de réelle empreinte, elle aura du mal à être une vendeuse d’albums un de ses jours, et ce malgré le capital sympathie qu’elle doit notamment à sa superbe plastique.

Triste réalité !