Après Beyonce, Lauryn Hill et Claude François, Musicfeelings parle de Serge Gainsbourg dans la série « Faites entrer l’accusé« , où on parle des emprunts frauduleux de crédits ou  des vols commis par d’autres artistes.

Considéré comme un véritable génie, avant-gardiste de la musique française, Serge Gainsbourg a cependant souvent plagié les œuvres des artistes classiques comme Chopin, Beethoven ou encore Dvorak. Il a souvent repris des airs entiers de titres classiques pour les réadapter dans ses plus gros succès et, même si c’est quelque chose qui n’est pas forcément connu du grand public, les professionnels considèrent que cela ajoute à l’immensité de son talent. En effet, on peut le reconnaitre, il faut du cran  et un certain talent pour intégrer des rythmes classiques … à de simples chansons pop variétés.

Le vol de l’oeuvre de Babatunde.

Ceci étant dit, il n’a pas que transformé des airs classiques en chansons pop radiophoniques. En 1959, Babatunde Olatunji, un percussionniste nigérian réussit à percer aux U.S.A et y enregistra son tout premier album, « Drums Of Passion », qui est un des premiers albums de World Music produit aux U.S.A. L’opus connait un très beau succès aux U.S.A et s’est écoulé à ce jour à plus de 5 millions d’exemplaires. Un classique édité chez Columbia Records…. Serge Gainsbourg le reprend de manière éhontée 5 ans plus tard.

En effet, en 1964, Serge propose l’opus « Percussions« , un projet dit ambitieux à l’époque parce qu’il s’éloigne de ses précédents travaux, avec beaucoup de percussions et d’inspirations de rythmes africains. Et pour cause, Serge reprend 3 titres de Babatunde Olatunji sans pour autant le créditer.

« Akiwono »
…..

… devient « New York USA ».


gainsbourg serge j ai vu new york par dennis649

Kiyakiya…

Lire cette vidéo sur YouTube ou sur Easy Youtube.

… devient Joanna.

Lire cette vidéo sur YouTube ou sur Easy Youtube.

Et enfin, « Gin-go-lo-ba »

Lire cette vidéo sur YouTube ou sur Easy Youtube.

… devient « Marabout ».

Lire cette vidéo sur YouTube ou sur Easy Youtube.

Bien évidemment, croyant qu’il reprenait un artiste africain qui n’aurait aucun moyen de l’attaquer, il ne le crédite absolument nulle part dans l’opus et l’affaire prend plusieurs années avant que finalement Columbia ne finisse par s’en rendre compte et lui porter plainte. Cependant, l’artiste Babatunde Olatunji n’a jamais été réellement rémunéré pour son oeuvre, ni reconnu, ici, en France.

Il n’est cependant pas le seul à avoir été plagié dans cet opus « Percussions » de Serge Gainsbourg. En effet, la légendaire Myriam Makeba a été reprise sur la chanson « Umqokozo« …

Lire cette vidéo sur YouTube ou sur Easy Youtube.

… que Serge a transformé en « Pauvre Lola ».

Lire cette vidéo sur YouTube ou sur Easy Youtube.

Comme avec Babatunde Olatunji, Serge n’a pas eu la dignité de la créditer … et elle n’a jamais revendiqué ses droits, sûrement à cause de ses soucis de contrat avec son label RCA à la sortie du disque de Gainsbourg, qui s’en est donc sorti comme un roi sur ce coup-là. On ne lui niera pas son talent et le fait qu’il ait créé une grande partie de son œuvre, comparé, par exemple, à un Claude François, mais il n’en reste pas moins un copieur, qui a cru, comme beaucoup d’autres, qu’il pouvait voler les artistes noirs sans les créditer parce qu’ils n’ont pas la force médiatique nécessaire pour se défendre.

Lire cette vidéo sur YouTube ou sur Easy Youtube.

Triste Réalité!