Brian Mcknight parle de ses choix de carrière, de l’état du R&B, lors de la promotion de son nouvel album « Better« . Le chanteur a proposé son 13e album le mois dernier sur son propre label. Un opus qu’il compose entièrement, mais qui passe un peu inaperçu dans les charts en ce moment. L’album a pourtant été enregistré en live et repart selon lui aux fondements même du Rytmn and Blues. Dans une nouvelle interview, il a donné son avis sur sur la scène, l’état du R&B et les conseils qu’il donne à ses enfants qui essaient de faire carrière.

« Etre indépendant est un choix ».

Il commence par évoquer le fait d’être toujours courtisé par les labels, mais dit refuser de signer avec eux pour garder sa liberté.

«  A l’heure même où nous parlons, je suis constamment courtisé par des labels et leurs équipes. Il est évident qu’il y a encore une audience pour moi en terme d’économie et de chiffres, mais il est difficile de renoncer à la liberté d’être en mesure de faire ce que vous voulez. Même si cela signifie moins de ventes de disques. Pour moi, je veux faire ce que je veux faire sans me soucier d’avoir un parolier ou producteur tendance sur mon album, je ne suis pas vraiment intéressé par cela. Je veux juste être aussi créatif que je le peux. »

L’opus comporte à cet effet de légères influences pop/rock qu’on aurait pas entendu chez le chanteur, il y a quelques années.

Lire cette vidéo sur YouTube ou sur Easy Youtube.

Il refuse de perdre sa liberté pour revenir sur le devant de la scène, ce qui est tout à son honneur, même si quelque part, ça reste dommage, car une grande partie de son public l’a quand même laissé tomber et on le voit beaucoup moins, alors qu’il est une des plus grandes voix de tous les temps. Il y a surement moyen pour lui de signer sur un plus gros label et de garder en grande partie sa direction artistique, faire le minimum de compromis possible.

Sur l’état du R&B.

Le chanteur a aussi donné son avis sur l’état du R&B.

 » C’est frustrant de voir que le R&B ne marche plus sans savoir réellement pourquoi. Dans les 90’s, on dominait les radios. Les gens achetaient les albums. Les ventes étaient énormes. Tout le monde avait un disque d’or. Ce que je ne comprends pas, c’est pourquoi ils ont décidé de nous marginaliser et ça donne les ventes qu’on a actuellement. Ceci étant, c’est pas frustrant pour moi. J’ai eu ma carrière et chaque génération a son truc. Je ne comprend juste pas pourquoi ce n’est pas allé dans le bon sens, pourquoi ça ne s’est pas amélioré après nous. C’est ce qui est frustrant. On a eu des gens comme moi, R.Kelly, Boyz II Men et après ça n’a plus suivi ».

Très clairement, il n’aime pas la direction actuelle de la scène R&B mainstream et on peut comprendre et c’est vrai que ça peut-être un choc pour quelqu’un qui a vécu à l’époque des voix, de voir qu’aujourd’hui, tout le monde ne jure que par l’auto-tune. Sa frustration en ce sens est compréhensible. Ils ont explosé en pensant que la musique R&B/Soul continuerait de progresser et il a l’impression que musicalement, ça a encore régressé.

Les fils de Brian sont aussi des producteurs et il a parlé des conseils qu’il leur donnait pour faire carrière dans l’industrie actuelle:

 » C’est difficile parce qu’ils sont jeunes. Cette industrie ne semble plus vouloir de quoique ce soit de vrai, surtout quand tu es noir. C’est l’autre coté, celui dont personne ne parle mais c’est vrai. Je ne sais même plus quoi leur dire. J’ai grandi à une époque où tout était possible. Je ne pense plus que ce soit le cas de nos jours. C’est dur de leur dire ça, je ne sais pas comment le leur dire car je ne veux pas les décourager.. mais si j’étais un jeune Brian qui débutait en 2016, je retournerai surement à l’université je le dis un peu en rigolant, mais je doute que ce que j’ai accompli, et les ouvertures que j’ai eu puissent être les mêmes pour un nouvel artiste noir de nos jours. je ne veux pas les décourager, donc je ne dis rien, mais c’est dur ».

C’est assez violent. Il ne mâche pas ses mots, et on sent bien qu’il fait maintenant la musique pour le plaisir et n’a plus du tout envie de revenir dans le système. C’est dommage, car encore une fois, il est une voix qui compte et on aurait justement eu besoin de personnes comme lui pour se battre et défendre le genre en cette période. Ses propos coïncident avec ceux de plusieurs autres artistes R&B comme K.Michelle, Solange, Tank, Tyrese sur le racisme dans l’industrie actuelle.

Après à ce stade de sa carrière, il n’a plus besoin de ça. Il est établi, son héritage est cimenté et a bien le droit de faire la musique qu’il veut, comme il le veut. Son album est très sympathique, très doux avec une pincée de jazz bien pensée. On a aussi des influences reggae comme sur Goodbye, une vibe hip hop sur Get Into My Life. C’est un projet personnel, très bien réalisé. Il glisse tout seul et sa voix reste un nectar pour les oreilles.

Lire cette vidéo sur YouTube ou sur Easy Youtube.

Better est le titre éponyme et le nouvel extrait envoyé aux radios R&B adultes cette semaine.

Dossier sur le Multiculturalisme aux U.SA. >>> http://www.musicfeelings.net/2014/11/dossier-multiculturalisme-musical-usa/