C’est difficile d’être un artiste en 2016. L’Adami, société de gestion des droits des artistes, a publié un document dans lequel ils dévoilent ce que doit faire un artiste en 2016 pour gagner 100 euros.

Une situation compliquée.

On a parlé à plusieurs reprises de la situation assez catastrophique de l’industrie, mais c’est encore plus dur que ce qu’on ne le pensait. Pour gagner 100 euros en France, l’artiste doit avoir : 14 passages radio, 100 albums ou… 250 000 écoutes en streaming payant et un million d’écoutes en streaming gratuit. C’est violent  surtout à cause du streaming qui ne rapporte réellement rien en  valeur aux interprètes et qui pourtant est entrain de devenir le principal moyen de revenus pour l’industrie du disque.

Aux U.S.A, en 2015, le streaming est devenu plus rentable que le téléchargement légal, mais on voit bien que ça ne va pas rendre les artistes plus « riches « pour autant. C’est pour ça qu’ils jouent autant sur leurs images, car ceux sont les contrats de pubs et autres arrangements annexes qui permettront aux superstars de rentrer dans leurs frais. Les plus petits artistes et surtout les paroliers vont devoir se battre pour survivre, car le modèle actuel ne leur fait clairement aucun cadeau.

En France, l’espoir vient cependant du fait que le cd fasse encore de la résistance. Le public qui achète principalement les disques en France est « vieux » et a ses habitudes et c’est pour ça que le cd représente encore 58% des ventes de disque ici en 2015. C’est une bonne nouvelle car le streaming reste quelque chose que tous les artistes ne peuvent pas se permettre. En effet, l’adami rapporte aussi que pour un abonnement streaming de 9.99 euros, l’ensemble des artistes gagnent 0,46 euro. Un chiffre assez minable, qui montre aussi qu’on est une phase de restructuration de l’industrie et qu’on ne sait absolument pas vers quoi tout ça va se diriger.

Triste Réalité!