Alicia Keys est de retour et c’est extrêmement plaisant. D’une part, parce que c’est finalement une chanteuse qui garde un réel capital sympathie auprès du public R&B, plus autant que pour sa musique qu’au début pour ce qu’elle représente. C’est l’artiste qui écrit, qui compose, joue du piano et n’a pas cette image sulfureuse. Elle a cet effet très représentative de ce que le public R&B old school aime, ce public qui a fait d’elle ce qu’elle a est, à savoir encore la chanteuse R&B qui a vendu le plus d’albums aux U.S.A depuis 2000.

Ce retour s’annonce passionnant, certes, musicalement, mais aussi dans les stratégies qu’elle  va utiliser pour se relancer après la catastrophée annoncée et confirmée que fut  » Girl On fire« . Elle avait pris le pari de proposer un autre single Pop « Girl On fire » mais pour ne pas aliéner sa fan base, il y a avait une version plus R&B du titre destinée au public R&B  adulte pendant que la version avec Nicki Minaj était matraquée dans les radios populaires. Elle a ensuite chanté cette version sur tous les plateaux télés où elle a pu,et le titre en lui-même a fini par cartonner avec cette promo intensive, mais le public R&B n’a pas du tout été touché.

Dès le démarrage, on avait expliqué ici, l’ère « Girl On fire » était foutu aux U.S.A.  On avait prédit le score exact final de ventes dès la semaine de l’opus et c’est exactement ce qu’elle a fait en de vie :

Focus, Alicia Keys, le revers sur l’opus : http://www.musicfeelings.net/2012/11/dossier-le-revers-du-girl-on-fire-dalicia-keys/

761.000 ventes, un chiffre faible, pas catastrophique en lui-même mais faible pour une chanteuse du standing d’Alicia.En fait, « Girl On fire » ( la chanson a été acheté principalement par des fans de pop, pas forcement fan d’Alicia) et les autres singles de l’opus plus soutenus n’ont pas eu l’exposition qu’ils auraient pu avoir, notamment avec le duo avec Maxwell » Fire We make » parce qu’elle était déjà un peu boudée par le public R&B.

Hors encore une fois, c’est le public très R&B qui a fait d’Alicia ce qu’elle est. Les raisons de son succès n’ont rien à voir avec une Beyonce qui était déjà un peu pop, y compris avec les Destiny’s Child. Alicia revendiquait une lignée plus « noble » avec des influences à la Prince, Stevie Wonder et ce coté compositrice. Le fait est que ce public est donc plus pointilleux et plus dur avec elle et « Girl On Fir  » a clairement cassé quelque chose.

10h après la sortie de son titre, elle n’est même pas dans le top 100 sur I-tunes aux U.S.A. C’est mauvais, ce n’est pas synonyme de flop, mais ça veut juste ire que le noyau dur d’Alicia keys est très faible. Les gens prêts à acheter un single d’Alicia keys juste parce que c’est Alicia Keys aux U.S.A ne sont clairement plus aussi nombreux qu’avant, en plus, c’est encore un changement musical. C’est ça qui ce sera un vrai chalenge pour elle, et et ce qui nous intéressa stratégiquement parlant;

Elle va devoir faire un très grand écart entre le public plus mainstream capable d’être séduit par In Common et les plus récalcitrants, les anciens qui auraient encore du mal à se faire.

Pour la promo du single, on sait qu’il y en aura beaucoup. Elle a toujours beaucoup de promo, donc il peut finir par prendre au moins auprès du public pop.. donc elle peut avoir un tube single.. mais est ce que « In common « peut pousser les gens qui achètent habituellement un album d’Alicia Keys à le faire?

Dans les faits, oui, en 2009, elle aurait facilement pu leur « imposer » ce titre, mais aujourd’hui avec une stature fragilisée, les choses ne seront plus aussi faciles.

Du coup , est-ce d’ailleurs la bonne chanson à envoyer  aux radios R&B adultes où se trouve le public d’Alicia Keys? N’a-telle  pas plus d’intérêt à jouer la carte du double single en proposant un autre titre plus R&B pour sécuriser et rassurer son ancienne fanbase?

Les possibilités sont nombreuses et c’est ce qui rendra cette ère intéressante. RCA mettra en tout cas tout en œuvre pour la relancer, c’est la reine des nombreuses chanteuses R&B du label. C’est la « patronne » de la zone urbaine, le bébé de Clive Davis… et ils savent que là ils jouent très gros.

Pour le moment, les débuts du titre sont compliqués.

Lire cette vidéo sur YouTube ou sur Easy Youtube.

2 semaines après sa sortie, il n’est pas dans le hot 100 américain. Il n’est pas entré dans le hot 100 anglais et est entré 76e en France avant de ressortir. On voit que l’ère «  Girl On Fire  » vraiment a fait énormement de mal à sa fanbase, encore plus qu’on ne le pensait.

Triste Réalité!