Annoncé comme l’album de maturité après le succès de ses 2 premiers opus, Dangerous Woman d’Ariana Grande est arrivé après plusieurs mois de reports et une réputation un peu entachée suite à l’incident du « Donut ». On aurait d’ailleurs pu penser que sa carrière aurait du mal à être relancée après un tel impair. Le scandale avait pris une sacrée ampleur et on connait le chauvinisme américain,  il y avait peu de chances qu’ils lui pardonnent d’avoir dit devant le monde entier qu’elle détestait son pays.. mais c’est finalement ce qui s’est produit. Certes, le 1er single « Focus » a connu un échec et elle a été obligé de remanier son opus, mais elle a pu revenir dans le créneau des pop stars de premier plan de la scène musicale actuelle. Republic Records a fait appel à Max Martin, qui s’est occupé de la moitié des chansons du disque, ainsi qu’à Savan Salmanzadeh, qui s’est occupé de l’autre moitié. Très clairement donc, deux des plus gros producteurs pop, les faiseurs de tubes du moment sont sur un album qui ne nous réserve aucune surprise.

Lire cette vidéo sur YouTube ou sur Easy Youtube.

En effet, le titre laissait présager une évolution vers un son plus mature mais, à l’écoute du disque, on se rend bien compte que la chanson n’était annonciatrice de rien du tout. Elle est à prendre pour ce qu’elle est: un titre sympa, écrit et composé dans l’espoir de flirter sur la succès du « Earned It » de The Weeknd. Dans le reste du disque, Ariana reste dans le même esprit que celui de l’opus précédent où on touche à tout. Aussi bien R&B-Pop qu’électro, Dangerous Woman est calculé de la 1ère à la dernière seconde: les productions et les arrangements sont faits pour être passés à la radio. C’est clinquant. Ça claque beaucoup; c’est bien chanté et il y en a pour tous les goûts ou presque. L’album s’ouvre sur « Moonlight » qui rappelle l’ambiance légère et sucrée de son 1er album, avant de passer au single. Puis, on écoute Be Alright et son mélange de sonorités house-light 90’s et R&B; un titre efficace, tout comme l’est Into You. Ce dernier a sans doute mérité sa position de second single, son refrain restant en tête dès la première écoute. Elle a beaucoup d’aisance, des indéniables capacités mais malheureusement bien peu d’originalité et de personnalité. On passe tout l’album à se demander quand elle va prendre la barre mais l’ensemble est exactement construit comme tous les gros disques de Rihanna, et ça ressemble donc aussi beaucoup à tout ce que les autres pop stars font en ce moment. On sauve le très beau duo avec Macy Gray, classé là par besoin de crédibilité mais tout de même très réussi, ainsi que la chanson Bad Decisions et le coté bon enfant de Thinking About You.

Lire cette vidéo sur YouTube ou sur Easy Youtube.

Dans l’ensemble, ce n’est pas un mauvais opus mais il n’est en rien dangereux. Il est mieux produit que ceux de Fith Harmony et Meghan Trainor, largement mieux chanté que ceux de Selena Gomez et Demi Lovato, mais ces opus sont tous interchangeables dans la démarche. Elle se doit de se démarquer si elle veut perdurer. Ce qui a fait son succès au début était un style Retro-pop-R&B qui a quasiment totalement disparu aujourd’hui. Elle aussi se met dans ce moule qui ne lui permet pas d’évoluer, de nous surprendre.. et même pas vraiment de vendre vu qu’elle passe de 130.000 ventes en première semaine d’exploitation à 20.000 en seconde semaine. Un séisme et des chiffres bien plus faibles que ses 2 premiers albums. Le format pop féminin actuel est en crise. Ariana a cependant des capacités; ce sera ainsi le moment pour elle de savoir si elle veut devenir une grande artiste ou si elle veut rester une fille parmi tant d’autres.

12.5/20.