Très attendue après « Dangerous Woman » et surtout les attentats malheureux de Manchester, qui ont néanmoins incroyablement augmenté sa popularité, le nouveau single d’Ariana Grande«  No Tears Left TO Cry » est arrivé ce Vendredi, 20 Janvier. On ne savait pas exactement à quoi s’attendre avec une chanson co-produite par Pharrell Williams ( dont le niveau a incroyablement chuté ces derniers temps) et Max Martin, mais on pensait qu’il y aurait une prise de risque ou une façon de s’établir et de totalement se décoller de la concurrence sur la scène pop féminine. Il n’en est rien. Ariana joue la carte de la sécurité sur ce premier single, qui aurait pu être une chanson d’album ou un 3e voire 4e single sur ses 2 précédents essais. Une petite influence trap urbaine sur les couplets s’insère dans ce titre pop teinté d’electro, qui sonne comme un cousin éloigné de « One Last Time » et de « Break Free », en moins efficace. C’est comme si c’était le 1er single de la réédition de « Dangerous Woman« , mais pas vraiment la chanson de lancement d’une nouvelle ère. Il manque une sorte de fraîcheur et un refrain particulièrement efficace.

Visuellement en revanche, Dave Meyers fait un travail graphique et photographique absolument formidable. Le clip est à la fois dark, intriguant et même lumineux. Il y a vraiment quelque chose de séduisant dans cette ambiance mi-médiévale, mi-futuriste. Le seul vrai souci, c’est encore une fois elle, qui manque odieusement de charisme. Elle ne fait rien, n’incarne rien. Une autre pop star aurait sublimé l’ensemble avec une petite chorégraphie ou une storyline plus incarnée. Ici, c’est elle qui refait les mêmes mimiques qu’elle fait dans 80% de ses clips depuis 2013 et donc, ça dessert le travail autrement formidable du réalisateur.

C’est donc un retour réellement moyen. Le titre aurait eu quelque chose de plus immédiat au niveau du refrain, qu’il eu aurait assuré son premier numéro 1 qu’elle cherche depuis si longtemps, mais même ce côté-là. Il est un peu fade. Peu de chances que ce soit le succès foudroyant que son équipe espère, il faudra surement miser sur les prochains extraits pour pérenniser l’ère. C’est dommage, car elle méritait mieux… c’était réellement leur chance de la faire évoluer artistiquement, pas juste de resservir ce qu’elle a déjà fait plusieurs fois en moins bon.

#Edito 2 : Le problème, c’est la musique!

Triste Réalité !