La palme de la plus grosse imposture pop revient au duo franco-allemand Milli Vanilli, avec leur tube planétaire « Girl you know it’s true« . Ce documentaire est une chronique de leur descente aux enfers qui nous permet aussi de réfléchir sur l’impact de la célébrité et les différents revers. C’est un mini-film signé Arte, très instructif.

« À la fin des années 1980, l’Allemand Rob Pilatus et son acolyte français Fabrice Morvan inondent la planète pop avec le tube « Girl you know it’s true ». Le duo répondant au nom de Milli Vanilli est alors en tête des charts. Jusqu’au jour où le monde découvre qu’il n’a jamais chanté la moindre note… Le conte de fées vire au plus grand scandale de l’histoire de la pop et conduit Pilatus à une mort prématurée. »

Le Plus.

Le fameux moment qui entraine leur chute et la dénonciation de leur producteur vient de cette session playback ratée.

Lire cette vidéo sur YouTube ou sur Easy Youtube.

Ils sortent une publicité pour assumer le scandale et essayer de redorer leur image.

Lire cette vidéo sur YouTube ou sur Easy Youtube.

mais ça ne prendra pas, en plus le tribunal américain les condamne et rembourse chaque acheteur qui le demande à hauteur de 3 dollars le disque.

Leur producteur essaie de lancer un autre groupe sous le nom « Try’n’B » sur le second album avec les vrais chansons, mais c’est un échec commercial cuisant. Pendant ce temps, Morvan et Pilatus enregistrent un titre Don’t Give Up the Fight, qu’ils chantent en direct à la télévision allemande, puis ils emménagent à Los Angeles et signent chez Joss Entertainment Group, où ils enregistrèrent leur album suivant sous le nom Rob & Fab. Presque toutes les chansons sur l’album furent écrites par Kenny Taylor et Fabrice Morvan, tandis que Morvan et Pilatus fournissaient les voix. En raison des contraintes financières, Joss Entertainment Group n’a pu produire l’album qu’aux États-Unis, le marché le plus difficile pour les Milli Vanilli. Un single, We Can Get It On, fut mis à la disposition des stations de radio peu avant la publication de l’album. Toutefois, le manque de publicité, une mauvaise distribution et le scandale entourant Milli Vanilli en firent un autre flop.

Leur producteur Frank Farian, s’est cependant vu décerner le prix musical Echo pour l’ensemble de sa carrière, et vit désormais à Miami. Il ne souhaite plus s’exprimer sur le sujet, il dit être en paix avec sa conscience :  «Milli Vanilli était une grossière erreur. J’ai toujours eu un mauvais pressentiment quant à l’avenir de ce groupe.».

L’avis de Musicfeelings.

Cette histoire nous montre les travers du monde de la pop, et jusqu’où on est prêt à aller pour être célèbre (les 2 garçons) et gagner de l’argent ( leur producteur). Ce dernier qui est finalement le plus protégé dans l’histoire. Il se rend compte que le plan est devenu totalement ingérable, qu’ils veulent chanter eux-mêmes, et ils les dénoncent. Il aurait pu les virer et s’en aller, mais il les dénonce car ça reste une relation de pouvoir, et comme il le dit lui-même dans le documentaire, il n’a aucune estime pour eux. Dès la seconde où ils ne leur rapportent plus d’argent, il les anéantit.

On a des cas un peu similaires, assez récents avec l’histoire de Britney Spears et de sa chanson » Alien ». C’était un titre extrait de son album « Britney Jean ».


Britney Spears – Alien (voix Studio) (extrait) par purecharts

La version avec les voix de Britney a filtré en 2014 et c’était horrible, bourré de faussetés. Le producteur a ensuite volé à sa rescousse en expliquant qu’elle n’avait pas eu le temps de terminer le titre, ce qui fait que sur le version album, tout le second couplet du titre est chanté par une choriste qui imite la voix de Britney Spears. Qui n’a pas le temps d’enregistrer une chanson pour son propre album et le commercialise?

Un manque de respect absolument honteux qui n’a pas eu le même impact et qui a même été défendu par les fans de cette dernière, ce qui montre bien qu’on est dans une industrie où il n’y a plus que l’image qui compte. Milli Vanilli, sans être des chanteurs ont incarné cette vente de l’image, au même titre de bon nombre de pop stars  actuelles qui « chantent » leurs titres, avec une énorme aide de l’autotune, et qui sont incapables de reproduire leurs efforts en live. C’est aussi une supercherie, mais une supercherie désormais acceptée par le système.
Dans un sens, Fab et Rob ont été là au mauvais moment.
En 2016, il n’est pas sur que la même révélation par un groupe du même genre détruirait une carrière ou attirerait la risée de l’industrie, au contraire.

Difficile de savoir si c’est une double tragédie ou une « évolution » logique.

Triste Réalité!

Le précédent Moviefeelings.

[Moviefeelings] Documentaire sur la NewJack, le R&B et le Hip Hop des 80’s à nos jours.