En ces temps où la musique mainstream verse dans une constante et lassante médiocrité. J’ai décidé d’ouvrir une toute nouvelle rubrique sur le blog : « Old But Gold ». Comme son nom l’indique, nous parlerons des titres moins récents qui ont su me marquer, marquer l’histoire de la musique et bien évidemment vous marquer vous aussi. Vous êtes tout à fait à même de présenter ou de demander des titres. La rubrique ne sera pas fixée (sauf si vous l’appréciez), et sera plus une sorte de bouffée d’air pour des journées où le cru musical sera plutôt moyen,voir mauvais.

Ce soir, nous allons commencer avec Fast Car de Tracy Chapman. C’est le titre qui a fait décoller la carrière de la chanteuse américaine par le plus grand des hasards un 11 juin 1988. C’était le 70eme anniversaire de Nelson Mandela et une pléiade de prestigieux invités (Sting, Bryan Adams) lui rendait hommage dans un concert retransmis de par le monde.

Tracy Chapman alors âgée d’une vingtaine d’années et à l’allure plutôt sobre venait de sortir sans grand bruit son premier album. De ce dernier et poussée par son label qui lui avait in-extremis arraché une apparition, elle performa 2 titres: Talking About A Revolution » et «  Why ». Une prestation qui ne fit pas grand bruit hormis qu’il était plutôt surprenant de voir ce bout de femme se raconter pieds-nus et guitare au bras, parmi les superstars  80’s et leur lot de paillettes.

Ce n’est que lors de son inattendu second passage où elle dut remplacer un Stevie  Wonder indisposé qu’elle interprètera Fast Car et émut non seulement toute l’assemblée mais aussi les ménagères scotchées face à leurs écrans. Le titre se classa dans quasiment tous les tops 5 mondiaux en quelques jours  donnant par la même occasion un rang de choix sur l’échiquier musical à la petite Tracy. Elle gagna l’année suivante un grammy  pour cette chanson qui est  l’une des plus reprises et téléchargées de tous les temps, réussissant encore à ce jour à remonter dans des charts  i-tunes sans promotion aucune.

Fast car selon moi mérite cette reconnaissance et bien plus encore. Je trouve qu’il est autant dans sa simplicité que dans son texte porteur d’une véritable force. C’est un titre élégant, lumineusement rédigé et surtout sublimé par la voix rocailleuse et grave de Chapman.

Il arrive à faire cheminer ensemble toutes les émotions aussi contradictoires qu’elles soient. Sans jamais tomber dans l’excès, Fast Car est autant joyeux que mélancolique, autant profond que léger, autant brutal que touchant.

Un bijou comme on en a rarement connu : un nectar auditif sur lequel le temps n’a absolument aucune emprise..

Je vous laisse découvrir ou redécouvrir..

Image de prévisualisation YouTube