Seuls les plus courageux essaieront de découvrir les extraits de l’opus de Kesha qui sort donc dans une dizaine de jours aux U.S.A. Adieu les influences  » rock » qu’elle avait promis, l’opus se veut dans la droite lignée des singles. Une pop dance facile et jetable à la première écoute. Je retiens uniquement la ballade «  Past Lives« , ce qui est déjà une grosse avancée comparé au premier album où j’avais tout remis à la corbeille.

Je verrais néanmoins si j’ai la force de lui donner une chance en écoutant entièrement, au moins pour la féliciter pour le projet acoustique qui accompagnera ce festival de non musicalité.

Triste Réalité!