John Legend est un homme qui sait y faire. La prétention de son pseudonyme (Legend) n’a d’égal que son tact et sa précision quand il s’agit de gérer sa carrière sans tomber dans le clinquant. C’est le monsieur qui est toujours présent même en étant absent, ou l’inverse et ce même quand il fait 5 ans sans nous proposer de projet solo.

On avait tous hâte de découvrir le successeur d’Evolver » au vu de la grandiloquente liste de collaborateurs. Hormis son ami et fidèle Kanye West, Hit-Boy, The Runners, Malay, Q-Tip, Stacy Barthe, Sara Bareilles ou encore Da Internz et Pharrell Williams ont mis la main à la pâte pour la réalisation de  » Love In The Future« .

Image de prévisualisation YouTube

Un album de prime abord long, mais pas interminable. On sent bien qu’il a pris du plaisir à le concevoir et à au maximum voulu donner une place à toutes les personnes qui l’ont accompagné dans cette aventure. Une valeureuse idée sur papier qui pêche un peu dans la réalisation.

En effet, on le surprend vite à aller dans tous sens, sans jamais nous donner un aperçu de cette chose curieuse que pourrait être l’amour dans le futur. Un comble pour quelqu’un qui nous avait habitués à son souci peu banal de la cohérence et du détail.

Il reste étincelant sur les jolies ballades soul bien ficelées comme d’entrée avec le profond » The Beginning », plus tard sur le mielleux «  Tommorow » ou encore  » Caught Up » et sa rythmique à la Marvin Gaye. Sa voix chaude fait des merveilles sur la comptine  » Dreams » et on a envie de toucher la lune tant la rythmique de  » Save the Night » nous transporte.

Cependant, le reste est plus hétéroclite, souvent anecdotique avec quelques ballades sympathiques mais bien trop variété pour sa Majesté, à l’instar d’All Of Me ». On s’y habitue mais les arrangements auraient pu être moins sucrés, de même qu’il aurait pu nous épargner l’assommant et geignard  » We Loved it » en duo avec Seal .

Il y a du travail,de l’envie et de la recherche dans  » Love In The Future »… mais l’opus est-il peut être un peu trop zélé? John aurait sans aucun doute gagné à être plus concis et direct comme à l’époque du légendaire  » Once Again ».

13.5/20.

Image de prévisualisation YouTube

Prestation live de «  All Of Me » chez Jimmy Fallon.