Le single  » You’re Mine » de Mariah Carey sorti pour la Saint-Valentin a fait un démarrage catastrophique dans les charts mondiaux. Aucun pays n’a réellement soutenu la chanson et le remix avec Trey Songz malgré le fait qu’elle ait souffert d’une promotion marathon aux U.S.A tout le long de la semaine dernière.
C’est un nouvel échec pour la chanteuse qui aura bien du mal à inverser la tendance, surtout qu’il n’y a plus maintenant qu’une prestation playback au Bet Honors la semaine prochaine dans le programme  » promotion ».

Aux Etats-unis, la chanson est 88ème sur Billboard avec 32.000 ventes. En France, elle est 96ème avec 600 copies écoulées, et en Uk, elle est 87ème avec 2700 copies. Des chiffres effrayants surtout quand on sait que les ventes du remix et celle de la chanson originale ont été regroupé, les fans de Trey Songz ont donc du aider. Si elle n’avait proposé que sa version en solo, ça aurait été encore plus mauvais.

Le label doit se mordre les doigts d’avoir espérer qu’elle pouvait avoir un plus gros succès que «  #Beautiful ». Le chiffre américain est d’autant plus effrayant que le streaming est comptabilisé et qu’elle avait proposé 2 vidéos dans une seule semaine. Une nouvelle démonstration du rejet profond que le grand public adresse à l’image qu’elle renvoi depuis de nombreuses années déjà.

Elle est désormais arrivée à un tournant, si elle ne réussit pas à proposer un bon titre fédérateur avec une image cohérente d’ici la fin du mois d’Avril. L’album qui arrive sera sûrement son plus gros échec à ce jour. Quand on sait que «  Memoirs » avec un single à succès «( Obsessed) et près de 5-6 clips vidéos ( donc les remix) n’a pu séduire qu’environs 550.000 américains et ce en fin d’année… et en 2009 ( période où le R&B se vendait encore relativement bien), elle est réellement en mauvaise posture.

Sa principale erreur est de croire qu’en réalité «  The Emancipation Of MiMi » était une approbation de son comportement d’adolescente attardée alors qu’il n’en est rien. Le succès de cet album avait été orchestrée sur son image de «  diva  classe » et surtout sur 6-7 albums sorti entre 99 et 2010 : C’est le seul qui marche réellement. Ceci confirme deux choses, la première est que ça fait très longtemps qu’elle a été relayée au rang de «  chanteuse de second plan » commercialement parlant et la seconde est qu’en fait le grand public n’a jamais réellement accepté sa transition – pas musicale- mais bien cette obsession de la jeunesse dans tout ce qu’elle a de vulgos et de déshabillée.

Une fois que son équipe et elle même auront compris ces 2 choses, elle pourra peut être enfin avoir à nouveau les arguments à la hauteur de ses ambitions.

Triste Réalité !