Trey-Songz-Trigga-cover-e1399982381379

Le temps passe décidément très vite : on ne le dirait pas mais Trey Songz en est déjà à son 6ème album en seulement 10 ans de carrière.  Il est sans aucun doute un des chanteurs R&B les plus prolifiques de sa génération même si paradoxalement, il n’a pas encore l’aura qui correspond à une discographie aussi dense.

Il faut dire que Trey change peu ; c’est un garçon qui évite toutes sortes de risques. C’est d’ailleurs pour ça qu’il a été un des seuls chanteurs de rnb mainstream à ne pas céder à la tendance electro il y a quelques années.  C’était appréciable artistiquement parlant, de ne pas le voir faire comme des Usher ou Chris brown mais il a aussi agi ainsi parce qu’ il redoute le moindre aléa.

C’est ça qui fait en sorte qu’on a pas l’impression qu’il ait proposé autant d’opus. Ces derniers au niveau des thématiques, des visuels et même des chansons sont assez similaires depuis «  Ready«  et ce n’est pas  » Trigga » qui en changera cet état de fait.

En effet, ce nouvel album de Tremaine Aldon Neverson ( de son vrai nom) où il a essentiellement invité Mila J, Ty Dolla Sign, Nicki Minaj et  Juicy J  et qui a été précédé dans les charts par les singles  » Na Na » et « Smart Phones » n’est en rien innovant.  » Trigga » son alter-ego hip hop existe depuis plusieurs années déjà et il le met plus avant par simple pretention commerciale. Le rap a la cote alors ses titres sont plus empreignés de cette vibe là. Les textes sont plus crus, il est moins sentimental, accentue le steoréotyque du bad-boy-bogoss sans coeur derrière qui les filles courent, et brisent leurs petits coeurs après être passées dans son lit. Si ça se rapproche peut être de sa réalité, ça donne globalement une série de chansons très actuelles, très sympathiques, à l’instar de « Foreign » ( qui fonctionne aussi très bien, peut être mieux avec Justin Bieber),  » Touchin, Lovin  » avec Nicki Minaj ( qui sera surement un single et un petit hit),   où encore «  Late Night  » que lui a produit MikewillMadeit.

Image de prévisualisation YouTube

«  Dead Wrong «  avec Ty Dolla Sign séduit grâce à son refrain mélancolique qui tranche avec le coté plus forcé des couplets pendant que  » Direspectful «  avec Mila J  a beau  être charmante, on ne peut s’empêcher de penser qu’elle aurait pu être meilleure.  On sent l’absence de son mentor Troy Taylor qui savait insuffler une sorte de romantisme désabusé à son univers, l’homme n’a cette fois qu’une chanson « What’s Best For You« , qui est une des plus « profondes « du projet avec « Smart Phones » qui prend finalement tout son sens en tant que second extrait à l’écoute de cet album.  Un opus qui se consomme très facilement mais qui peut aussi très vite s’oublier.

La question posée ici à la sortie de  » CHAPTER V »  reste entière.  Est il nécessaire d’avoir « Trigga » quand on a déjà eu  » Ready »,  »  Passion, Pleasure and Pain »  et  » Chapter V » ? Pas vraiment,  on peut prendre ou apprécier les singles par ci- par là mais on attend encore le grand album qui cimentera la place de ce bonhomme sur la scène rnb.

13/20.