GenevieveMagFem0000

Les Destiny’s Child s’y sont mises, Beyonce a titillé le genre avec Grown Woman, Michelle a enfoncé le clou à coups de Say Yes et même si les chansons n’ont pas été de réels succès dans les charts, elles ont eu une très bonne réception sur la toile.

Il faut dire dans le même temps que les titres n’ont pas été aidés par une gigantesque promo, on ne peut donc pas évaluer ce qu’ils auraient donné avec l’appui surpuissant d’un label.  Une chose est cependant certaine, les sonorités africaines s’insèrent de plus en plus dans la musique urbaine ou plutôt urbano-pop et ça fait du bien.

Ça n’a pas été un parcours facile. Les chanteuses africaines ont au tout début été de pâles copies de chanteuses américaines. Elles essayaient de faire ce que ces dernières réalisaient sans les mêmes moyens, sans la même présence, histoire.. et ça sonnait terriblement faux.

Cependant depuis le début de la décennie 2010, la tendance s’est inversée, elles sont plus malignes et mélangent le son de leurs origines avec des influences pop internationales. Les mélanges du genre souvent très savoureux ont du être portées par des chanteuses nigérianes comme Tiwa Savage, Chidinma, Yemi Alade ou encore plus récemment la camerounaise Askia.

Image de prévisualisation YouTube

Les notes sont justes, les histoires sont crédibles, et dépeignent la plupart  du temps une Afrique moderne, fière de ses racines. C’est exactement ce dont on avait besoin au moment où on en avait besoin. Les producteurs se sont inspirés des européens sans les plagier, les paysages souvent très naturels, très simples dans les clips permettent de réunir aussi bien les personnes résidents en Afrique que la diaspora et surtout les curieux. Elles sont chacune à leurs niveaux en train de constituer une image solide, originale et surtout crédible pour la pop africaine mais aussi pour la musique de l’Afrique toute entière qui multiplie ses chances d’exploser enfin à la face du monde.

Image de prévisualisation YouTube

 En effet, le principal défit de ces jeunes filles va être de savoir comment va se passer le relais avec les européens et surtout les américaines. Les chanteuses RnB  ne passent plus un mois sans aller en Afrique, Brandy, Keri Hilson, Kelly Rowland, Monica, Michelle Williams, etc.. Elles savent qu’il y a quelque chose qui s’y trame, elles voient ces filles et voient leurs sons évoluer…. tout comme leurs labels. Et en ce moment, même après Say Yes qui a été un peu un pétard mouillé à cause de ses paroles trop religieuses, il y a surement une chanteuse pop urbaine qui retentera l’aventure de l’afro-pop .. et cartonnera et c’est là que toutes les cartes vont se jouer.

Ce créneau semble encore underground mais il est clair qu’il a des chances de ne plus le rester trop longtemps. Le hic va être de savoir qui va en profiter. Exemple, Si demain Keri Hilson ou Rihanna sortent un tube afro-pop et cartonnent.. est ce que ça va lancer la carrière des chanteuses originelles du genre comme Tiwa Savage à l’international.. ou alors est ce qu’on va assister à un blocus. C’est à dire qu’au lieu d’investir sur les chanteuses africaines, les maisons de disques U.S préféreront  continuer d’investir sur leurs poulaines connues en leur faisant copier légèrement ce que font les autres (Ce que Beyonce a fait avec Grown Woman). Il est probable que ce soit cette solution qu’elles choisiront, comme en France où le label a préféré vendre Matt Houston que directement P-Square avec le titre No Easy/Positif. Ces derniers ont d’ailleurs eu la chance d’être en featuring mais ce ne sera pas toujours comme ça que ça se passera. Il est possible qu’on ne donne tout simplement à ces filles aucun moyen d’action  pour avoir une exposition correcte.

Image de prévisualisation YouTube

Cependant à l’heure d’internet,  au vue de leurs personnalités très diverses et de l’originalité dont elles peuvent faire preuve, ce sera à ces filles de trouver les moyens, les idées pour renverser la balance. S’imposer à l’international et nous offrir une ou deux pop stars d’envergure issues d’Afrique dans un monde musical qui a décidément besoin de fraîcheur sera leur prochain défi.

Triste Réalité !