Jazmine Sullivan n’est pas seulement l’une des plus grandes voix de sa génération. C’est aussi une song-writer hors-pair dont l’absence sur la scène R&B-Soul s’était faite sentir. Reality Show sorti la semaine dernière aux U.S.A est un opus que la jeune chanteuse a entièrement écrit mais c’est aussi l’album du retour de passion. Après l’échec de « Love Me Back » dans les charts, elle avait préféré, déçue, s’éloigner du milieu musical, annonçant même qu’elle quittait l’industrie. Mais finalement, aidée par son fidèle compagnon Salaam Remi mais aussi Chuck Harmony, Key Mane ou encore Da Interz , elle nous propose un album ambitieux dans l’air du temps sans toutefois perdre de sa soul.

En effet, comme chez beaucoup de ses confrères et consœurs actuels, on sent tout de suite la vibe plus hip hop dans les nouveaux travaux de la chanteuse. L’opus s’ouvre avec la chanson « Dumb » qui nous rapelle les productions de Kanye West à l’époque de « Late registration« , une instrumentale lourde et sombre, un refrain répétitif mais efficace et un rappeur, Meek Mill qui est aussi le seul invité de l’opus. Mais ce n’est pas grave, parce que Miss Sullivan se défend très bien toute seule, le culotté mais addictif  » Mascara » ou encore le foudroyant »  Brand New » en sont la preuve. Un phrasé enthousiasmant, des textes pointus où elle aborde aussi bien ses rapports sentimentaux que les problèmes sociétaux avec un humour dont elle seule à le secret. On sent qu’elle  a pris en maturité et s’épanouit en voyageant dans différents tons de la musique  urbaine des 30 dernières années. « Hood Love »  fait battre les cœurs comme si s’il agissait  de …. tandis que «  Let It Burn« sonne comme quelque chose que Mary J Blige aurait pu interpréter dans  » Share My World« .   Plus classique mais pas ennuyeuse pour autant,  Forever Don’t Last brille surtout par cette interprétation toute en nuances et pleine de chaleur. Veins s’inscrit dans une vibe plus sombre mais très sensuelle quand le rythmé et plutôt divers Stantley réussit à nous surprendre dans une fin d’opus maitrisée.

En effet, comme chez beaucoup de ses confrères et consœurs actuels, on sent tout de suite la vibe plus hip hop dans les nouveaux travaux de la chanteuse. L’opus s’ouvre avec la chanson « Dumb » qui nous rappelle les productions de Kanye West à l’époque de « Late registration », avec une instrumentale lourde et sombre, un refrain répétitif mais efficace et un rappeur, Meek Mill, qui est aussi le seul invité de l’opus. Mais ce n’est pas grave, parce que Miss Sullivan se défend très bien toute seule. Le culotté mais addictif « Mascara » ou encore le foudroyant « Brand New » en sont la preuve. Un phrasé enthousiasmant, des textes pointus où elle aborde aussi bien ses rapports sentimentaux que les problèmes sociétaux avec un humour dont elle seule a le secret. On sent qu’elle a pris en maturité et qu’elle s’épanouit en voyageant dans différents tons de la musique urbaine des 50 dernières années. « Hood Love » sait faire battre les cœurs tandis que  » Let It Burn » sonne comme quelque chose que Mary J Blige aurait pu interpréter dans  » Share My World« . Plus classique mais pas ennuyeuse pour autant, « Forever Don’t Last » brille surtout par cette interprétation toute en nuances et pleine de chaleur. « Veins » s’inscrit dans une vibe plus sombre mais très sensuelle quand le rythmé et plutôt divers « Stantley » réussit à nous surprendre dans une fin d’opus maîtrisée.

Vous l’aurez compris! Realilty Show est un projet d’une des voix les plus puissantes de sa génération qui vaut le détour. Quelques fois, on a même envie d’enlever le beat et les instruments pour se confronter à la joliesse de son timbre qu’elle n’a jamais aussi bien exploité. Sullivan est une artiste en constante évolution, une jeune femme qui mérite toute notre attention, et même si cet album n’est pas parfait et peut avouer quelques moments de faiblesses comme « Masterpiece« , c’est surement l’artiste dont le travail se rapproche le plus de ce que le grand public attend d’un 3ème opus de Lauryn Hill. Malheureusement, ils ne le savent pas.

Triste Réalité!

15.5/20.

 

Image de prévisualisation YouTube