Le débat sur l’appropriation culturelle dans le monde du rap semblait s’être un peu calmé mais la rappeuse car tout le monde attend plus ou moins les Grammys Awards.  Tout le monde sauf
Angel Haze qui relance les hostilités dans une nouvelle lettre ouverte, alors qu’elle a annoncé la sortie d’un nouvel EP « In The Wet Years« . Après Azealia Banks, J.Cole, Solange, Kendrick Lamar et tous les nombreux artistes qui ont donné leurs points de vue sur ce débat, Haze donne sa vision des choses qui rejoint quelques fois ce que Musicfeelings avait expliqué dans le dossier sur le multiculturalisme et celui sur la culture musicale noire. On perçoit à travers ces mots que malgré tout, il règne actuellement un vrai climat de tensions raciales dans le monde du hip hop américain et ça ne se calmera pas tant que l’industrie ne répondra pas aux questions posées comme Macklemore le disait lui même.

2. La Lettre.

Qu’est ce que j’aimerais dire aux artistes blancs faisant du hip-hop ? C’est une question compliquée.

C’est une période bizarre pour parler de race dans le monde du hip-hop, quand il y’a autant de monde qui veut devenir noir.Mais les gens veulent seulement être noirs quand ils sont blancs et seulement quand cette identité noire a été aseptisée en d’autre mots rendue blanche.
Quand être noir est tellement stéréotypé par les médias que vous ne savez même plus désormais ce que signifie être noir.

En Amérique, être noir n’est toujours pas accepté. Les gens ont créé cette sorte de caricature du noir. C’est comme un retour à l’ère Jim Crow. Les gens disent vouloir que tout le monde soit sur le même pied d’égalité, mais on veut toujours nous appeler des nègres. Il semble y avoir cette hypocrisie, parce qu’ils veulent s’approprier la culture noire, mais seulement quand c’est cool ou avantageux pour eux. Comme si ils veulent le faire mais ne veulent pas être associer à ça. Et c’est la raison pour laquelle ces gens n’ont pas le droit, dans une certaine mesure, d’utiliser la musique noire à leurs propres fins.

L’appropriation culturelle devrait être une conversation. Ça devrait être quelque chose que les gens disent : comme, pourquoi faites-vous ceci ou pourquoi rappez vous sur ce sujet quand vous n’êtes pas d’ici ? C’est une occasion pour nous de réaffirmer la culture dont nous sommes issus : voici ce dont vous vous appropriez, voici ce que (qui) nous sommes, en tant que culture, en tant que peuple.
Il devrait y avoir tellement de conversations différentes en cours, pour ma part j’ai appris beaucoup juste de Twitter sur le hip-hop et ce qu’il signifie pour certaines personnes. Pour certaines personnes, ça représente ce qu’ils sont, d’où ils viennent, c’est leurs racines et comment ils grandissent.

Quiconque tenterait de s’approprier cela, en se comportant comme si c’était son histoire à lui aussi serait comme du mettre un masque noir« Black face ». ( Le maquillage que les acteurs blancs avaient l’habitude de mettre pour dépeindre les visages des noirs. Al Jolson, chanteuse celèbre dans les 1920’s fut celèbre parce qu’il en portait* rajout Musicfeelings  ).
Vous voulez le mettre mais vous n’arrivez pas à assumer la stigmatisation et toutes les absurdités qui viennent avec, et vous ne voulez pas de ce stigmate.
Mais voilà, il y a le hip-hop et ensuite il y a le « rap-pop » et il n’y a rien de mal avec le « rap-pop », dans toutes ses formes. Il y a les gens comme l’Atmosphère. Il y a Macklemore dont je suis fan depuis des années, quand il faisait encore de la musique dans le sous-sol de sa maman – mais il est un rappeur pop et tout le monde le sait. Le « rap-pop » est une chose maintenant; c’est un style musical, un genre en soi.

J’aime la le « rap-pop », j’aime la trap (trap music/hip hop à ta guise), j’ai aimé la fusion, j’aime tout cette merde. Je m’éclate avec tout. Qu’importe ce qui est arrivé dans le passé, j’apprécie la musique d’Azealia Banks. Je peux apprécier toutes les perspectives, mais en ce moment, il y a un tel focus sur la « race » dans le monde que c’est comme si on vous donnait un coup de poing violent quand quelqu’un qui ne fait pas partie d’une culture se l’accapare et la dirige littéralement et s’enfuit avec. C’est très irrespectueux.

En un sens, le type de musique qu’une personne fait n’est pas si important. Faites tout le rap vous voulez, mais ne vous appropriez pas une culture pour ensuite prendre vos distances de ses aspects les plus négatifs. Vous voulez être le visage du hip-hop ? Faites-en alors le visage de hip-hop.

Il y a une guerre autours des brutalités policières dans ce pays et sur ce que la liberté signifie réellement. Vous voulez faire le rap ? Très bien, allez-y, mais faites-le utilisant votre histoire, non la nôtre. Vous voulez être avec nous ? Soyez le quand ça compte, aussi. Vous voulez agir comme nous ? Mettez vous donc dans nos chaussures quand le malheur frappe – surtout à ce moment. Je ne déteste personne ou quoi que ce soit parce qu’ils font les choses qui les inspirent. Je déteste quand les gens ferment les yeux sur des sujets qui doivent être abordées.

Avec ça, si Iggy Azalea gagne un Grammy Awards demain, ça promet beaucoup faire jaser. Le sentiment d’injustice ne fera que grandir chez certains et ce genre de situations ne mènent jamais à rien de bon.

Le premier single disponible.

Que pensez vous de sa lettre? Est-elle pertinente?