Après  » I », Kendrick Lamar rugit et attaque les racistes  sur  » The Blacker The Berry ».

Kendrick Lamar n’est pas allé chercher ses 2 Grammys Awards. Le comité a voulu réparer l’erreur commise à son encontre l’an dernier en lui offrant les prix de la Meilleure performance rap et de la Meilleure chanson rap, mais il est sur un autre terrain cette fois. Au cours  des derniers mois, notamment suite à ses clashs avec Azealia Banks et ses déclarations ambiguës dans le Billboard Magazine. Les fans du rappeur, la rue qui s’était battue pour lui commençait à prendre ses distances en l’accusant de se distancer de leurs revendications. Il avait lancé la polémique avec cette phrase au sujet de Michael Brown ( jeune noir américain tué par un policier) :

« Ce qui est arrivé à Michael Brown ne devrait jamais se produire . Jamais. Mais quand nous n’avons pas de respect pour nous-mêmes, comment pouvons-nous attendre d’eux qu’ils nous respectent? Ça commence de l’intérieur. Ne commencez pas avec juste un rassemblement, ne commencez pas des pillages – ça commence de l’intérieur ».

La plupart des gens ont compris qu’il mettait en avant le fait que les noirs américains ne se respectaient pas forcement et qu’ils avaient une grosse part de responsabilité dans ce qui était arrivé à Michael Brown. Ils se sont mis à le bouder et c’est pour réagir à tout ça qu’il propose  » The Blacker The Berry », un titre saignant, même venimeux où il reprend à son compte toutes ( ou presque) les revendications sociales et raciales des ghettos américains.

Sur une production de Boi-1da, il crache son mépris pour le racisme toujours ambiant et accuse les blancs, de vouloir voler la culture noire. A un moment, on l’entend clairement dire « You hate my people, your plan is to terminate my culture ( vous détestez mon peuple, votre but est de détruire ma culture) en référence ici aux nombreux débats menés sur l’appropriation culturelle. Un revirement qui devrait donc plaire à  la majorité de sa fan base vu qu’il était resté assez  » doux » sur ce genre de sujets avant aujourd’hui contrairement à J.COLE. Cependant, ça devrait plaire à la majorité, mais pas à tout le monde notamment à cause des toutes dernières phrases de la chanson où il lance :

 » Alors, pourquoi ai-je pleuré quand Trayvon Martin était dans la rue? Lorsque  les gangs me pousseraient à tuer un noir encore plus noir moi? Hypocrite! « 

C’est une phrase clairement polémique qui lui laisse aussi une sortie de porte de sortie au vu de ce qu’il a déclaré au début du titre. Il remet sur le même plan le fait que les noirs des gangs s’entretuent avec le fait que Trayvon Martin ait été assassiné lâchement. C’est une manière de dire que ce sont les noirs eux-même qui baissent la « valeur » de la vie d’un noir en s’entretuant entre eux. Une liaison extrêmement facile, et même dangereuse, on ne peut pas mettre sur le même plan le fameux mythe des gangs et le meurtre d’un adolescent non armé dans une rue au U.S.A.

Le sentiment général est bon, le titre est bien produit, mais le fait de prendre sortie donne toujours le sentiment qu’il se dit  » je vais taper sur tout le monde pour ne pas être trop mal vu par l’industrie » et c’est un peu dommage, car ça nous donne une impression d’inachevé, même si encore une fois, le titre en lui même est une réussite.

Triste Réalité!