King Kendrick. C’est l’album du moment, celui dont tout le monde parle, celui que tout le monde écoute en streaming, mais surtout celui que certains achètent. En effet, l’impact du buzz autour de Kendrick Lamar ne se reflète pas totalement sur ses ventes, mais tout de même, le rappeur fait un solide départ avec l’opus  » To Pimp a Butterfly«  qui s’écoule donc à 320.000 ventes en première semaine aux U.S.A. Sachant que l’opus n’était vendu que  sur I-tunes et qu’il n’a eu aucun single dans les radios, c’est un très bon score. Il aurait pu être encore meilleur si on avait pu compiler avec les ventes physiques, mais ce n’est que cette semaine que les cds sont mis en magasin. La bonne nouvelle est que ça lui assurera une très bonne seconde semaine, un bon maintien pendant que le label cherche la chanson qui étendra son impact dans les ondes.

Lire cette vidéo sur YouTube ou sur Easy Youtube.

A mon humble avis – je prends mon temps pour le décortiquer et écrire dessus-, il n’y a pas de tube radio dans ce projet mais « How Much a dollar Really Cost » et   « King Kunta » feraient très bien l’affaire.

Ce succès montre en tout cas qu’il n’est pas nécessaire, ni obligatoire d’avoir du DJ Mustard sur son single pour réussir et certains artistes suivre cet exemple et prendre des risques.