Après les combats contre R.Kelly, ou encore XXXtentacion qui sont un peu tombés à l’eau face à Spotify. Les féministes font la guerre à  la chanson « Baby It’s Cold Outside ».
C’est un classique de noel, qui date de 1944, qui a été repris par des centaines et centaines d’artistes depuis. C’est un titre qui a été repris dans 30% au moins des opus de noël. « Tout le monde » a chanté ce titre.

 

Fantasia l’a d’ailleurs aussi repris l’an dernier.

 
Les femmes et hommes  du movement « Me Too » veulent qu’il soit dégagé de toutes les playlists de noel, parce que le titre serait une incitation au viol. En raison? les paroles!
 « Baby It’s Cold Outside » raconte l’histoire d’une femme qui après son rendez-vous avec un homme veut rentrer chez elle et celui-ci essaie de la retenir en lui disant qu’il « fait froid dehors »
Ils se lancent alors dans une conversation où l’homme essaie de séduire la femme afin qu’elle passe la nuit avec lui.
Ce qui gène les féministes, ce sont 2 phrases. Un moment dans la chanson, l’homme lui propose de prendre un dernier verre:
 
« But maybe just half a drink more
(Put some records on while I pour)
The neighbors might think
(Baby, it’s bad out there)
Say « What’s in this drink? »
Ma foi, peut-être que je prendrai encore un demi-verre – Mettons un disques quelques disques pendant que je nous sers
Que vont penser les voisins? – Bébé, il fait froid là-dehors
Dis-moi, qu’est-ce que tu m’as servi à boire ? ( il y a quoi dans ce verre?) – Tu ne trouveras pas de taxi là-dehors
Dans un second temps, elle lui dit  » The answer is no » ( ma reponse est non ») mais l’homme continue de trouver les raisons pour qu’elle reste avec elle.
Je dois simplement y aller – Mais, bébé, il fait froid dehors
Ma réponse est non – Mais, bébé, il fait froid dehors
Dans la chanson, c’est vu comme un moment de « séduction » où l’homme trouve des raisons pour que la femme « innocente »  reste avec lui pour la nuit. Celle-ci s’inquiète de ce que penseront les voisins, sa famille, mais lui trouve toujours un moyen de contrecarrer ça.
Les féministes estiment que la référence à ce qu’il y a dans le verre et le fait qu’elle dise à un moment  » la réponse est non« , mais qu’il continue est la preuve que la chanson est une incitation au viol.
Pour le moment, le message semble être entendue car une station de radios aux USA à chicago a décidé de supprimer le titre de ses playlists, mais la pression est telle que d’autres pourraient suivre.
L’idée n’est pas mauvaise en soi, mais le titre a été écrit et longtemps interprété dans le contexte de la séduction. Le fait de revoir avec le regard de 2018 afin de la supprimer de l’histoire est contre-productif pour 2 raisons:
  •  La première, comme avec R.Kelly, les gens font avoir l’impression qu’on leur interdit quelque chose et iront écouter comme une transgression. On se souvient que quand Spotify a supprimé R.kelly de ses playlists, les écoutes de ce dernier sur Spotify ont explosé dans les mois qui ont suivi.
  • L’autre raison est que c’est un danger et un précédent sérieux qu’elles vont créer. C’est d’ailleurs ce que je disais déjà dans le dossier sur l’affaire R.Kelly, c’est à dire qu’elles veulent créer une jurisprudence qui va faire en sorte qu’on va progressivement revoir toute l’histoire de la musique, sous le prisme du féminisme actuel. Partant de là, on va dégager progressivement les textes souvent très misogynes de Notorious B.I.G, de TUPAC et de plein d’autres artistes. Ce n’est pas possible. IL faut éduquer les gens, il faut leur montrer ce qui peut paraitre sensible ou dangereux pour la cause féminine, mais on ne peut pas revoir chaque chanson avec le regard de 2018 pour la supprimer. C’est peu productif et surtout ces chansons font aussi partie d l’histoire et de l’évolution du regard de la société sur justement la cause féminine.

[Dossier] R.Kelly : Aaliyah, Spotify, Michael Jackson, les accusations, la dictature des vagins et quels dangers pour la liberté?

 

Triste Réalité!