Tank est de retour. Après le succès de « When We » qui reste à ce jour le plus gros tube de sa carrière. L’artiste signe et persiste dans la même direction musicale et visuelle.

 

Une production minimaliste, un texte explicite et une façon de poser très langoureuse,  il innove en rien avec ce slow-jam qui se partage entre R&B avec quelques sonorités hip hop.  Le clip, particulièrement explicite est lui aussi réalisé afin de surfer sur le single du single précédent, mais musicalement « Dirty » n’est pas mauvaise pour autant. Le refrain est même peut-être moins répétitif et plus catchy que « When We » tout en étant dans la même veine.

On ne peut pas lui en vouloir à ce stade de sa carrière et après tout ce qu’il a fait de tenir à rééditer son plus gros succès. En revanche, même si la chanson est sympathique, ce serait cool que l’album soit plus harmonieux et cohérent que les 2 précédents qui vont malheureusement dans tous les sens.

[Chronique] Tank – Sex Love and Pain II.