Après les nombreux singles de l’année 2018, qui furent des choix assez médiocres, Ciara se remet en selle avec un slowjam. La chanteuse reprend la formule qui marche le mieux pour elle depuis 2006 sur « Greatest Love » qui raconte son histoire d’amour avec son mari.

Le producteur avait annoncé que c’était très similaire à « Body Party ». On est loin l’évidente magie du refrain co-composé par Future, mais le titre reprend des éléments old school, en essayant de les remoderniser. Le talon d’Achille de la chanson sera sans doute le fait que la mélodie dans les refrains soit assez faiblarde. Sa force est que la production est limpide et sacrement bien ficelée. Cela nous donne un titre sympathique, qui ne révolutionnera rien dans son genre, mais se laisse écouter très agréablement.

Sa voix est aussi devenue de plus en plus nasillarde avec les années, ce qui est renforcé par son envie de pousser dans les aigus.. qui pourrait donner une impression de lassitude au fil des écoutes. Malgré tout, c’est de loin son meilleur single depuis le début de cette ère. Sa chanson la mieux placée pour se repositionner dans les radios R&B Us ( si elle ne s’est pas encore trop grillée) en vue d’une éventuelle sortie d’albums.

 

[Dossier] Ciara, la fille qui avait trop vite voulu devenir une superstar.