Ciara, la fille qui a voulu trop vite être une superstar.

L’une des success-story féminines les plus courtes du début des années 00’s dans le R&B féminin est celle de Ciara Harris, qui a  vu sa carrière lui filer entre les doigts en moins de temps  qu’il n’en faut pour faire « Atchoum ».  Certes la chanteuse survit encore, à travers les featurings ou grâce à un ou 2 singles qui lui permettent de ne pas totalement sombrer dans l’oubli, mais la crédibilité a pris la porte de sortie depuis un long moment.

Retour sur les raisons de ses échecs, ce qui a cloché, mais aussi quelles ont été ses différentes réactions  face aux choix qu’elle a pu concevoir.

1.Introduction : Qui est Ciara Harris ? Ce qui était attendu d’elle.

Image de prévisualisation YouTube

Arrivée en 2004 sur la scène musicale après avoir enregistré son premier album aux cotés de L.A reid l’année d’avant, Ciara avait été conçue, préparée, diligentée pour plaire à un public très précis : le public urbain, les filles du ghetto. C’était très clair et c’est d’ailleurs comme ça qu’elle défendait son projet dans les interviews. Elle avait un look à la limite du garçon manqué, une façon de parler  qui montrait qu’elle n’était pas restée longtemps sur les bancs de l’école et elle dansait tout le temps. Il n’y avait pas forcement de  grâce chez elle, tout était très brut et c’était bien pour ses managers car elle était parfaite pour le personnage qu’ils avaient pensé.

Au niveau du son,  le premier single de Ciara était « Goodies » qui est en fait une collaboration avec Lil Jon. Il est devenu le carton que tout le monde connaît mais il lui a planté sa toute première épine dans le pied. « Goodies » a succédé d’une certaine manière au « Yeah » de Usher, l’autre gros carton de l’année, et comme à ce moment, le mouvement « Crunk » devient de plus en plus populaire, on a rebaptisé Ciara :  » princesse du « Crunk’N’B « . Sur le coup  les gens du label trouvent ça cool, elle ne se rend pas très bien compte de la chose, elle a du succès, ça se vend, mais elle va prodigieusement détester ce surnom par la suite, et ce avec toutes les bonnes raisons du monde.

2.Le Crunk’N’b.

Le fameux « Crunk’nb », c’est quoi ? C’est tout simplement appellation qu’on donnait aux productions très urbaines , très ghetto faites par LIl Jon parce qu’il se revendiquait du mouvement « crunk ». Il a produit pour Nivea  le « Okay » ( il faut savoir que l’histoire est très cruelle car c’est Nivea qui avait posé la première sur une production de Lil Jon, mais à cause des soucis avec son label, sa chanson sortira après celles d’Usher et CiCi), le «  Girlfight » pour Brooke Valentine.. Malgré les fortes sonorités hip hop south, ces chansons restent quand même du R&B/Hip Hop  et ne nécessitait pas une appellation particulière. La même chanson produite par un autre garçon sans les cris de Lil Jon n’aurait pas été qualifiée de « Crunk’n’b ».

La preuve, c’est la seule chanson qu’il produit à Ciara, mais pourtant on a fait passer tous ses autres singles « 1, 2 Step », « Oh » pour du soit-disant « Crunk’n’b » alors qu’ils sont produits par Jazze Pha qui lui, délivre un travail très éloigné du style crunk depuis déjà 5/6 ans.

Pour  bien  résumer la chose, Ciara a été mise à la tête d’un royaume sans château . Le Crunk’nb n’existait que par Lil Jon, mais déjà en 2005, il était demodé. Ne pouvant plus s’associer avec lui et désespérant de se débarrasser de cette étiquette, elle répétera par la suite à qui voudra l’entendre qu’elle a toujours voulu faire et toujours chanté du R’nB/Pop et qu’elle n’en avait rien à faire du R&B ( mais ça on le détaillera plus tard).

 Bref, l’ère « Goodies » s’achève avec de gros succès et 2.7 millions de ventes aux U.S.A. C’est la fête pour elle, cette méthode fonctionne encore.

3. La dévaluation.

Là, elle commence à se dire qu’elle doit amorcer la route, le changement vers ce qu’elle veut être, c’est à dire une mini Janet Jackson car elle est une énorme fan. Elle veut un vrai impact sur le public « blanc ». Elle veut réellement et tellement cross-over qu’elle se lisse. « Promise » est une ballade R&B sucrée qui lance le premier album et qui contraste totalement avec l’univers qu’elle avait voulu vendre sur le premier album. La chanson reçoit un très bel accueil critique et un certain succès commercial mais elle ne classe que 11ème au Hot 100, et après un démarrage en fusée, dégringole très vite dans les charts américains.

On a bien vu que son public a été légèrement déboussolé, alors le label envoie « Like a Boy » qui est une version un peu plus pop de ses succès ghetto d’avant. Les américains restent plus sceptiques, le titre ne se classe 19ème et devient par contre l’un de ses plus beaux succès sur le vieux continent. En 3ème choix, elle propose « Can’t Leave Alone » avec son mec de l’époque qui n’est autre que 50cent.  Il était à la base prévu comme second single de l’opus. Une chance qu’il ait été écarté. ! La chanson ne se classe que 40ème au HOT 100 et c’est le début de la fin, mais ça, elle ne sait pas encore.

En fait le plus gros succès de Ciara pendant toute cette période est la chanson « Get up » produite par Jazze Pha, qui est effectivement dans la trame Ghetto-DanceUrbaine-South dans laquelle il l’avait fait naître.

The Evolution termine avec 1.3 millions de ventes…c’est déjà moitié moins que la première fois mais Ciara n’a pas le déclic. Elle n’a pas l’idée de se dire qu’elle est sanctionnée ou qu’il y a un souci quelque part. Elle s’engage pour l’album qui va la tuer, à savoir Fantasy Ride.

4. Fantasmes et désillusions.

C’est un album qu’elle voulait faire en 3 disques à la base. Elle avait bossé avec tous les producteurs de la scène R&B de l’époque, The Dream, T-pain, Rodney Jerkins, Jermaine Dupri, etc.. tout le monde avait eu Ciara en studio.

Cependant, ça directement mal commencé  quand  elle a envoyé le titre « High Price » aux radios américaines. La réception fut terrible, de telle sorte que le clip très trash qu’elle avait tourné a été annulé. On a cependant un extrait du délit.

Image de prévisualisation YouTube

Ils n’ont jamais osé le diffuser et on les comprend. Ensuite elle s’ est essayé avec T-pain sur « Go Girl » mais c’est un autre énorme flop. Les filles du ghetto qui l’ont soutenu ne comprennent pas le son. Elle revient avec un autre mid tempo sentimental, mais là encore, ça ne prend pas. C’est à ce moment qu’elle fait la grosse erreur de proposer « Love,Sex and Magic » avec Justin T qui tue littéralement sa carrière. Elle propose à ce moment là une chanson pop que les fans de J.T soutiennent la première semaine de ventes du single, que les européens qui sont sous la houppe de J.T à l’époque aiment, mais que sa propre base fan interprète comme un traumatisme.

Le fossé entre la Ciara très urbaine, ghetto et la fille proposée dans le clip est énorme. Sa manière de parler aussi change, elle est le plus lisse, elle s’agace quand on prononce le mot « Crunk’n’b », et s’érige en temps que musicienne «  R&b/Pop ». C’est clair qu’à partir de ce moment là, elle veut aller toucher le même public qu’une Beyonce. D’ailleurs, elle se donne aussi un alter-ego, Super Cici à l’époque, pour faire face à Sasha Fierce.  Il n’en faudra pas plus pour que tous ses fans prennent la porte de sortie. Le rejet est violent, aussi bien avec les singles « Like a Surgeon » et « Work » ( qui  n’a même pas eu un top 200) qu’avec l’opus.

191.000 copies vendues en tout aux U.S.A en 2009.

La claque fut d’une violence inouïe et inattendue pour Ciara, qui court en studio aux cotés  de The Dream et Tricky Stewart, parce qu’à cette époque, c’était leur moment. Ils lui produisent « Ride » qui devient un hit dans les radios R&B. Elle reprend aussi cette attitude très ghetto mis en valeur dans tout l’album : la pochette, les sons, et même la mini vidéo qu’elle fait pour le titre éponyme du projet.

Image de prévisualisation YouTube

On a droit à tous les clichés, elle parle même bien à coté des poubelles pour s’assurer d’être entendue par son public.Elle comprend à ce moment là il  où se trouve et essaie de le reconquérir après les avoir blessé et ils mordent à l’hameçon à l’écoute de « Ride ». Mais elle n’a jamais abandonné ses ambitions internationales, et propose le très pop « Gimme That » en second single.  ET Bam, déjà qu’ils étaient sceptiques, ils la laissent encore tomber.

115.000 ventes totales pour l’album en 2010.

5. La totale incohérence et paresse du personnage.

Je crois que là vous l’aurez compris. Les raisons du  rejet violent que subit Ciara, hormis la qualité intrinsèque de sa musique qui est discutable voire clairement trop moyenne, viennent du fait qu’elle a trop  vite voulue devenir une superstar pop sans avoir consolidé sa base fan urbaine.

Du coup, elle reçoit une espèce de sympathie de la part de ces gens là quand elle propose des sons urbains  avec les producteurs du moment. Ce fut le cas avec « Ride », ça a été encore le cas avec « Body Party » quand MikeWillMadeIt était le producteur du moment. Mais chaque fois qu’elle s’approche ne serait qu’un peu d’un son pop « Got Me Good », « I’m Out », ils lui ferment la porte et c’est toujours une chose qu’elle n’a pas comprise. Son dernier album éponyme qui n’a trouvé que 136.000 preneurs (malgré l’enorme promo et les clips pour chaque chanson) s’en serait sans doute mieux sorti si elle avait proposé « Read My Lips » par exemple en second single. Mais Super CiCi est avide de célébrité internationale et une partie de ses fans internet (ceux là qui n’achètent jamais rien) la complaisent dans ce rêve où elle se dit qu’elle pourrait avoir des hits avec des chansons comme « Overdose », ce qui n’est pourtant clairement pas possible.

Un exemple tout bête serait « Sorry », le mid tempo qui n’a pas marché avant la sortie de cet album. Il s’est tout de même mieux vendu en une journée que le « Got Me Good » qui bénéficiait d’un clip, d’une promo sur presqu’un mois. Il est clair dans la tête des gens qui aiment Ciara, qu’ils veulent de l’urbain. Quand elle s’entête à les dérouter en proposant de l’urbain, puis de la pop, ses ventes d’albums sont mauvaises car ses fans savent très bien qu’ils n’auront pas le son et l’expérience qu’ils voudront en achetant un album complet d’elle.

Autres points..

Ciara n’a jamais fait de tournée en tant que  tête d’affiche, et ce même quand elle avait du succès. C’est assez paradoxal car une chose souvent mise en avant pour la défendre, c’est qu’elle est une performeuse. Pourtant, il n’y a pas de réelles demandes  chez  le public pour aller la voir sur scène et le peu de demandes qu’il peut y avoir : elle n’y répond pas.  Elle pourrait faire une tournée des petites salles de 500 à 1000 personnes  aux U.S.A depuis qu’elle ne marche plus, au moins pour se consolider une base fan mais elle ne le fait pas et ça contribue à ce grand écart qu’il y a entre elle et les gens qu’elle veut séduire. Elle croit toujours qu’elle aura un énorme succès et fera à ce moment là une tournée des stades mais ce n’est pas comme ça que ça marche et les gens se foutent de sa gueule comme Rihanna lors de leur engueulade.

Il faut savoir être humble et se représenter au public même si c’est dans un bar surtout quand on a les chiffres qui sont les siens.

Enfin, depuis sa rupture professionnelle avec Jazze Pha , Ciara travaille avec tous les producteurs du moment, ceux là même qui bossent avec Monica, Brandy, Jennifer Hudson, Beyonce et toutes les autres.  Quand sort un album, entre une production de Rodney Jerkins chantée par Monica  et une production de R&B chantée par Ciara, un fan de R&B a  très vite fait son choix.  Elle ne peut clairement pas jouer sur le domaine de la voix, au delà du fait qu’elle soit pas une grande vocaliste, son timbre est hyper froid, très peu de couches.

Image de prévisualisation YouTube

@ a la 1.53, la note non humaine qu’elle sort.

Quand sortait son album «  Basic Instinct » en 2010, on avait déjà expliqué que le plus important pour elle était d’avoir un son qui la définit.  On proposait même à cette époque qu’elle aille trouver les Neptunes pour enregistrer avec eux – Pharell n’avait pas encore ce succès ci– juste pour qu’il y ait un son « Ciara », qu’on se dise en attendant une chanson : c’est du Ciara et que ça fidélise donc l’auditeur mais elle n’a jamais eu assez de personnalité artistique ou de cran pour ça.

Triste Réalité!

Que pensez vous de Ciara et de ce dossier?