Catastrophe sur la planète r’n’b depuis hier soir avec l’annonce de la première semaine du 7eme album de Monica  » New Life« . La prêtresse de la scène urbaine devrait avoir entre 55.000 et 65.000  ventes pour les 7 premiers jours d’exploitation de son projet. Le plus mauvais début de sa carrière  avec une perte de plus de 130.000  acheteurs comparé aux débuts du précédent qui  avait su séduire plus de 185.000 personnes. Pour ne rien arranger, les magazines  américains ont assommé l’opus de mauvaises critiques (C+ from Entertainment Weekly. 2/4 from Los Angeles Times.4/10 from NME.2/5 from Slant. C+ from AV Club.) le décrivant comme son pire produit et décriant une association avec Rico Love désastreuse notamment pour le fameux duo avec sa consoeur Brandy sur  » It All Belongs To me« .

Un comble pour celle qui avait autrefois tout misé et tout gagné sur « The Boy Is Mine« , véritable claque dans les règles pour la nouvelle mariée, nous avons quand même cherché à savoir si tout ce désamour prononcé était justifié.

D’abord, la chronique.

Il y a toujours eu quelque chose de très scolaire dans le r’n’b de Miss Brown, pendant que  ses amies ( Aaliyah, Brandy, Beyonce, Kelly Rowland) se sont souvent essayées à varier les influences de la pop à l’electro pour le pire comme le meilleur, elle est restée la vraie gardienne du temple. Les mids tempos et ballades piano où Monica joue la  » Whitney Ghetto » sont ses meilleurs atouts, ces derniers succès ( Everything To Me, Love All Over Me, So Gone..ect) l’ont prouvé. Malheureusement RCA a cru bon de la cantonner qu’à ça en oubliant le grain de folie et la malice très présente dans son image ( la méchante qui avait tapé Brandy en lui volant sa chanson) et dans les textes de ce qui reste à ce jour comme son meilleur projet  » The Makings Of Me« . Ils  l’ont un peu trop lissé, poli et c’est ce qui est frappant dans «  New Life », album exclusivement composé de ballades et de mid tempos langoureux. Hormis  » Anything » , ex premier single refourgué en dernière bonus track, Monica joue dans une gamme smooth tellement poussée qu’elle peut être déroutante pour ses fans à elle – même notamment pour les 6 premiers titres.

New Life s’ouvre en effet (quand on oublie l’intro avec MJB) sur les productions de Rico Love, dernier producteur appelé par le label pour fournir des tubes à la chanteuse. Ces derniers ayant vu que  » Anything » et «  Until It’s Gone » avaient du mal ont demandé à Miss Brown d’aller voir le faiseur de tubes de la scène urbaine et la collaboration a mal tourné. Rico Love est de bonne foi et essaye de rafraîchir un peu le r’n’b très classique de la chanteuse, il lui ouvre même les portes d’un univers reggae avec «  Man who Has Everything » mais la bonne volonté ne va pas forcement de pair avec le talent. Ces productions à l’instar de «  It All Belongs To me » sont souvent fades, dictées et trop actuelles. La plupart du temps, tout est basé sur la voix d’une Monica sans véritable pincée de sel, sans le petit rajout catchy qui ont fait de Monica, la chanteuse r’n’b mainstream qu’elle est aujourd’hui car,c’est bien là que Rico s’emmêle les pinceaux. Tout comme il aurait dû voir qu' » It All Belongs To Me » n’aurait aucun effet sur les sympathisants de Brandy seule des 2 à avoir une » visibilité » internationale), il aurait du percevoir que l’ensemble de ce qu’il offre à Monica, y compris son  » Motivation pt 5896 » (Take a Chance) sonnerait fédérateur pour des partisans d’une Faith Evans en 2012, mais pas à ceux d’une chanteuse qui a encore la prétention d’obtenir des disques d’or aux U.SA. Il aurait fallu frapper fort et donner des sons novateurs, soit ne pas frapper du tout et lui n’a pas su dosé.

Ainsi il est certain qu’aucune de ces productions, y compris le duo avec Brandy (même si fortement sympathique) ne resteront pas dans les annales. On les écoutera un temps : Daddy’s Good Girl n’a rien de méchant, les choeurs du refrain de  » Man Who Has Everything » sont délicieux et l’ambiance un peu Michael Jacskon de  » Take a Chance » est charmante mais ça s’arrêtera là. Rien à voir avec la bonne seconde partie où Monica retrouve ses élus habituels : Lamb, Jermaine Dupri, B.Cox et surtout Pollow Da Don qui lui offre les chansons les plus abouties de son projet. Une fois qu’on a acquis que  » Until It’s Gone «  est un de ses plus grands titres et qu’il aurait sans aucun doute mérité une plus grande promo. On peut se pencher sur «  Wihout You« , véritable nectar où sa voix se marie parfaitement avec l’instrumentale simple mais redoutable d’efficacité qu’offre le cousin à la cousine. Pareil, Amazing nous prouve que même si on les voit de moins en moins, JD & B.Cox savent toujours comment mettre de l’âme sur 3 notes de piano aussi succinctes soit elles. On retrouve cette Monica qu’on aime, élémentaire, classique mais efficace même sur Cry (dont la demo de Sullivan était un peu faible) qu’elle mène à tout autre niveau grâce à son aisance à jouer dans les aigus.

L’opus se referme sur Time To Move Out, autre mémorable moment des carrières de Pollow Da Don et de Monica, la ballade côtoie aussi bien la soul que le gospel poussant la chanteuse à sortir de ses sentiers battus pour cette fois aller tutoyer une Anita Baker ou une Patti Labelle. Ce sera sans aucun doute un titre qu’elle mettra en avant dans ses prochaines tournées du à ce coté intemporel qui sied parfaitement à son timbre et finalement à sa vision de son projet encore une fois torturé par la présence trop accrue de Rico.

On traîne d’ailleurs cette même impression de flou au sujet du producteur quand on découvre les bonus «  Catch Me », « Breathe » et surtout l’excellent « 3D », déjà plébiscité par les fans. Cross-over mécanique et bien représentatif des sons qui ont su fait perdurer Monica avec un succès plus ou moins constant sur la scène musicale.

En définitive, au niveau de sa qualité, New Life est un album sympathique mais mal dosé. 2-3 up tempos en plus, une élimination de Rico Love au profit des titres enregistrés avec les producteurs de la seconde partie aurait sans aucun doute donné plus de corps à l’ensemble.

13/20.

2. Mérite t-il donc ces mauvais scores et la violence des critiques?

Oui et non.

C’est à dire que s’il ne mérite pas vraiment et surtout si Monica ne mérite absolument pas ce qui lui arrive ces derniers jours. On est néanmoins dans l’obligation de voir que c’était prévisible. Tout part du fait qu’elle n’a jamais terminé la promotion de » Still Standing » qui n’a eu que 2 singles alors qu’elle avait les moyens d’en sortir 4 et d’approcher le million de ventes. 2 singles pour 580.000, c’était très bien mais peut être trop, ça lui a donné l’impression d’avoir de nouveau rétablie une popularité hors nous voyons bien que ce n’est pas le cas. Les radios n’ont toujours pas totalement confiance en elle et le fait d’être aller chercher Brandy n’a pas forcement été une aide. Certes, elles ont toutes les 2 une histoire mais Brandy Norwood malgré sa réelle notoriété et son excellente réputation reste un cas très complexe de l’industrie du disque américain. Les radios vers lesquelles Monica s’oriente (urbaines et urbaines adultes) n’ont pas du joué de titres de Brandy en masse depuis 2002 ou pire 2000 pour les secondes. C’est bien simple, personne ne sait jamais vraiment où la placer y compris elle même.

C’est la seule rescapée des artistes r’n’b qui avaient réussi à parfaitement allier pop/r’n’b  et elle traîne ça désormais comme un malaise. Elle a une base fan  et un gros capital sympathie dispersé entre des fans de pop et de r’n’b du coup, il aurait fallu donc faire un titre qui aurait pu attirer tous ces gens. Monica n’aurait pas du pensé à faire une chanson qui se dirige vers ses fans à elle mais faire une chanson qui toucherait le grand capital sympathie de Brandy tout court. La chose qui manque en fait à ce duo et à Monica de manière générale, c’est son manque d’ambition. Mo’ voulait un tube r’n’b tranquille et n’a pas pensé qu’elle aurait pu viser un tube tout court. Maintenant que les radios prennent plus de temps pour les jouer parce que la chanson est un grower, elle se retrouve dans les choux. Contrairement à Brandy qui reste la grande bénéficiaire vu qu’elle aura de toutes façons réussie à être jouée par des radios qui n’avaient plus rien à faire d’elle depuis des années. It All Belongs To Me lui chauffe la salle pendant que son single arrive. Monica s’est donc perdue en étant trop peu ambitieuse et les critiques lui réservent cette violence car avec le nom de Brandy accolé: tous s’attendaient a un opus plus mainstream, quelque chose de plus punchy et ils se sont retrouvés avec un son bien trop mou pour ce à quoi cette association fait référence.

3. Est elle rattrapable?

Toni Braxton avait fait 70.000 copies de Pulse en première semaine et a fini à 150.000 ventes. Monica avec un score inférieur signe un peu la mort née de son opus. Il est plus moins certain que le label n’insistera pas beaucoup surtout qu’il n’y a pas de grandes possibilités de carton. Elle a d’excellents seconds singles ou des titres qui peuvent être portées quand on commence fraîchement une ère. Là avec 3 flops , une mauvaise presse,il va lui être impossible d’imposer un nouveau titre. Man Who Has Everything qu’elle semble vouloir exploiter serait en plus un mauvais choix, Wihout You & Amazing  auraient plus de charme à la limite. Mais à l’heure où un navire chavire, pas sur qu’ils aient la lucidité de faire les bons raisonnements. Le retour de Monica au top des  charts devrait donc sauf miracle se faire pour le prochain album avec une bonne traversée du désert dans les prochains mois.

Triste Réalité!