Qu’on ou qu’on ne l’aime pas, qu’on l’écoute ou qu’on ne le fasse pas: Brandy est une icone de la musique urbaine,  si ce n’est la principale icone féminine des 90’s lorsqu’on enlève des Whitney, MJB, ou encore Janet qui sont de la génération au dessus. Elles étaient 3: Aaliyah, Monica et Norwood et c’est cette dernière qui a su créer le plus gros engouement derrière sa musique de façon à transcender les barrières entre le R&B et le public pop. Autant en terme de ventes , que d’impact, elle a été loin devant ses 2 compères. Ces tubes ont plus marqué et on ne parlera même pas des poupées à son effigie et des adorations qui lui étaient donné via aussi sa série Moesha.

Cependant elle a eu une décennie 2000 difficile avec des opus mal promus pour l’un ( Afrodisiac) et contreversé pour l’autre   » Human » jugé trop pop. On ajoute ça au fait qu’elle ait pris à chaque fois 4 ans de pause ( c’est d’ailleurs une des seules chanteuses à  pretention au succès mainstream à se le permettre), on a pas beaucoup vu la fille Norwood en haut de l’affiche ces dernières années.

Du coup, quand elle décide de revenir, de revenir au R&B et au vu de l’état actuel de la scène, ça attire la curiosité, notamment d’une bonne partie de gens qui ne l’ont plus vu depuis « Full Moon ». Elle devient d’une certaine manière un espoir pour eux de voir à nouveau leur musique reprendre le haut de l’affiche, en témoignent les 5 millions en 7 jours de son clip «  Put It Down » sur Youtube qui n’ont rien à envier à ceux d’une Beyonce et qui  sont mieux que tous les autres artiste r’n’b du moment y compris Usher.

C’est clair, il y a une demande, du moins une certaine curiosité au sujet de B.Rocka et elle l’a compris. C’est à dire pour que cette fille qui a toujours été très aseptisée, très poppy, très soft pour ses confrères urbains livrent  un second single comme  » Wildest Dreams« , c’est qu’elle sait que l’église est en train de brûler et qu’elle use de ses dernières petites ressources pour rassembler les fans du genre autour d’elle.

C’est typiquement autant dans la production, la flute en arrière et la manière de poser,  le genre de chansons qui auraient pu cartonner dans les radios en 95/96, à ses tout débuts. Elle parle de l’influence MJB, on la sent dans la vibe très 90’s street du titre. C’est ce genre de sons qui ont fait la renommée de cette dernière et c’est un peu sur ce terrain là qu’on l’attend elle même Mary depuis des années.

Un terrain où on n’a quasiment jamais vu Miss Norwood. Elle a certes fait du son 90’s mais ce genre de titres très  tendance soulful, très fort,elle les a ratés du moins dans l’exposition au grand public. Pour cause? Ils ont  en majorité cartonné quand elle n’était pas dans le creneau. Vous avez déjà  tous entendu un titre avec d’aussi fortes références 90’s/old school chez Keyshia Cole ( sa carrière), Monica ( Love all over Me, Everything To Me;ect)  et encore une fois MJB. Ce sont  ce genre de chansons qui les ont fait vendre récemment quand B.Rocka jouait à la fille pop ou se battait sur  avec Atlantic au sujet d’Afrodisiac.

Cette fois ,elle prend vraiment un énorme risque en se livrant ainsi car au vu de sa stature (en dessous d’Usher en terme de sympathie), il lui aurait clairement été plus facile de jouer sur des chansons comme  » Climax« . Elle choisit le créneau urbain, corsé,  qui joue beaucoup sur l’humain et où ses sublimes harmonies rayonnent… est ce que ce sera un succès?

C’est ce qui va être intéressant d’analyser mais une chose est certaine, on ne pourra plus lui reprocher de ne pas avoir jouer le jeu.Beaucoup se plaignent de l’absence de sons old school dans les radios : Voici et de la manière la plus sincère  qu’on puisse  faire vu que le texte est directement relie à sa vie et à sa rupture avec le père de sa fille.

Il est assez certain qu’elle devrait avoir un bon écho dans les radios adultes mais le soucis va se poser dans le relais avec les grosses radios urbaines qui commencent  à porter Put It Down. Vont- elle soutenir un tel titre? C’est ce qu’il va être interessant d’observer.

Dans tous les cas, si ce n’est pas le cas, les fans de r’n’b devront ensuite se remettre en cause car si même de la part de la seule chanteuse des 90’s qui a encore une certaine exposition et un gros capital sympathie, ils n’acceptent un son qui leur est dédié, qui leur appartient…Comment vont ils vouloir que les autres se motivent à en faire?

 Quel avenir pour cette musique qu’ils disent tant aimer?

Enfin,  » Wildest Dreams ‘est un très beau titre encore une fois, sa voix a rarement été aussi touchante dans les couplets, empreinte de maturité et de sincérité. Les «  Neva Oh » nous ramenent tout droit à l’epoque  » Full moon » d’ailleurs  le titre aurait très bien pu se trouver sur cet album.

Si je l’aurais choisi en single? peut être pas. Mais le choix d’une audace peu commune a été fait et pose  des questions assez sérieuses sur l’avenir du R&B et sur ce que les gens qui disent l’aimer veulent réellement.

Affaire à suivre.

Cadeau!

Cliquez ici : http://soundcloud.com/4everbrandy/wildest-dreams-audio