On attendait beaucoup  du second album de Bruno Mars «  Unorthodox Jukebox« . Avec le  pêchu et détonnant  «  Locked Out Of Heaven » qui n’était pas sans faire écho aux meilleures heures du groupe Police, le chanteur avait  su surprendre. Un pied de nez aux mièvreries du premier album pour une accolade à un  son plus mature néanmoins doté d’ une étourdissante efficacité. Belle et ingénieuse qu’était cette idée d’aller reprendre la recette des succès des années 80’s dans un monde mainstream qui baigne totalement dans l’electro dance.

A l’arrivée pourtant, ce sera finalement le talon d’Achille de se second essai. Mars a une jolie voix, beaucoup d’entrain, une très bonne culture musicale et surtout une excellente capacité  à singer ses aînés. Michael Jackson, Prince, Robin-Gibb des Bee-Gees ou encore Sting et Bob Marley, tous y passent, mais aucun ne reste.

En effet, dans son désir de totalement s’empeigner du son des autres, Bruno se perd. En écoutant, Unorthodox Jukebox, on passe un joli moment à voyager entre les 60’s/70’s/80’s mais on a définitivement beaucoup de mal à savoir qui il est vraiment artistiquement. Il y a cette volonté de toucher le plus grand nombre sans s’être encore totalement trouver soi même.

Au point où même lorsqu’il fait face à une jolie demoiselle, à savoir Esperanza Spalding, il ne peut s’empêcher de se faire passer  pour Freddie Mercury. Gageons que le pari pour son prochain essai sera de mettre en exergue sa vraie personnalité artistique.  Unorthodox Jukebox montre déjà une énorme évolution comparée à » Doo-Wops & Holigans« , on peut penser qu’il continuera dans cette voie.

13.5/20.

Musicfeelings + :  Treasure, Natalie, Young Girls.

**

Live Chez Jimmy Kimmel.

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube