Après avoir porté avec une certaine grâce l’un des collectifs les plus prometteurs de la scène urbaine, Syd, la chanteuse de, The Internet, connue pour la douceur et la singularité de son timbre de voix, vient de sortir son premier album solo, intitulé FIN. Un opus très attendu et dont la direction artistique s’éloigne très clairement des travaux réalisés au sein de sa formation. Elle n’a pas voulu livrer un album de The Internet par Syd, mais une approche plus personnelle de la musique urbaine. Plus « pop » aussi dans l’esprit. C’est en effet sur les bases du R&B contemporain du début des années 00’s que la jeune femme puise l’essentiel de l’inspiration qui lui permet de constituer ce projet très emprunté, mais bougrement cohérent et subtil. Elle ne s’est pas entourée de beaucoup grands noms de l’industrie : Hit-Boy, Anthony Kilhoffer,Rahki, mais c’est à peu près tout. Signée sur un label indépendant, la jeune femme n’a clairement pas disposé d’un énorme budget ou de gros moyens pour enregistrer son album, mais ce n’est pas très grave. Au contraire, ça ne la rend que plus que méritante, vu qu’elle endosse avec audace l’écriture de la plupart des chansons du disque, et en compose même certaines seules.

Lire cette vidéo sur YouTube ou sur Easy Youtube.

Lancé par les singles « Body » et « All About Me », c’est un album de R&B, à la fois accessible et introspectif. Elle cite « AaliyahTLC, Brandy et Usher«  parmi les inspirations et on sent bien qu’elle s’est appuyée sur leurs travaux notamment Aaliyah qui plane comme une ombre bienveillante sur le fameux « Know«  ou sur l’excellente « Dollars Bills« , mais ça n’en fait pas un projet sans personnalité pour autant. 

Lire cette vidéo sur YouTube ou sur Easy Youtube.

La fraîcheur de « Fin » vient du fait de condenser ses influences,de repartir sur les bases de R&B sucré à un hip hop soft TLC) pour proposer quelque chose d’assez brumeux. Un chant perché, voire mélancolique qui accompagne de manière diluvienne des productions groovy en commençant par le titre d’entrée » Shake Em ‘ Off«  ou encore « Get Her Own » qui cimentent cet univers dark soft, et sensuel dans lequel elle évolue. On aime aussi la touche neo-soul qu’elle infuse à des titres comme « Smile More » ( qui n’aurait pas démérité sur le « A Seat At The Table de Solange) ou encore « Insecurities » qui clôt l’album, avec une pointe de finesse.

Lire cette vidéo sur YouTube ou sur Easy Youtube.

Les moyens lui font défaut et son image reste globalement assez  peu accessible, mais elle livre un projet à la fois simple et rafraichissant. Il fait du bien en cette période où les filles du R&B ont du mal à se renouveler et chantent toutes de la même façon.

Triste Réalité!

15/20.