Qu’on l’aime ou qu’on n’y soit pas sensible, on ne peut pas nier qu’Ariana Grande est incontestablement la bouffée de fraîcheur de la planète pop cette année. Pendant que Miley Cyrus se conforte dans le trash pour attirer l’attention et justifier une culture urbaine qu’elle n’en a réalité jamais eu, que Demi Lovato  et Selena Gomez se bataillent  dans les charts avec des titres pop insipides, génériques et surtout interchangeables . L’actrice de la série Nickelodeon nous est apparue, comme une  mini lumière, une échappatoire, avec ses airs de petite fille sage, et sa pop acidulée d’un R&B typique de la fin des 90’s et du début du siècle.

Avec l’aide de Harmony et de Babyface, Grande a concocté un projet qui baigne dans une innocence  tantôt prenante,  bientôt attendrissante mais sans  jamais réellement tomber dans la mollesse. Le principal atout de la chanteuse est sa voix qu’elle maîtrise avec une facilité assez déconcertante. « Yours Truly » est pavé d’influences qui s’entremêlent relativement  bien les unes aux autres. De la première à la 10ème chanson, l’album coule tout seul et c’est d’ailleurs là sa principale force.  Il y a une couleur, ce même rose pale, voir pastel qu’elle affichait sur la première pochette diffusée reflète aisément la grande majeure partie de ce premier labeur.

La direction n’est cependant pas neutre ou forcement originale.  Dès les premiers titres extraits  du projet, on ressentait cette volonté assez manifeste de tutoyer Mariah Carey et ce en tout point. Que ce soit au niveau des harmonies, des simples arrangements ou encore du Whistle élégamment posé sur la fin de la chanson, l’ombre de M.C  plane a en devenir parfois troublante mais jamais vraiment gênante.  » The Way » reste d’une efficacité assez redoutable, avec une utilisation bien pensé du sample de Big Pun, tandis que  » Baby I« , c’est de la barbe à papa auditive comme on l’a connu en 2002 et comme on aurait souhaité qu’elle reste à tout jamais.  Sur le reste cependant, on se démarque peu à peu du «  Someday »  de M.C ( car c’est bien principalement de ce titre qu’il est question) pour flirter avec des sons tantôt plus aériens  » HoneyMoon Avenue »tantôt plus pop ( Piano)« et même une pointe de féerie façon 50’s sur  avec  » Tatooed Heart » .

L’attrait du R&B old school reste cependant  fort vu que  » Right Here » ( digne petit frère de The Way) ou encore  » Lovin It » ( ou elle surprend à sampler  » Real Love » de MJB) sont à ériger au rang des plus  beaux moments de cet album parfaitement ficelé, abouti dans sa réalisation, mais très en surface quand aux réelles capacités de l’artiste.

« Yours Truly », c’est un peu la première page d’un livre qu’on espère long, très long. Cette fille a indubitablement une carte à jouer sur la planète mainstream et tout porte à croire qu’elle semble prête à le faire. Avec un peu de vécu et de maturité, elle sera tout à fait capable de nous offrir des ballades  bien plus abouties que  » Almost  is Never Enough » ( où elle se raccroche encore une fois à Mariah vocalement ) et ne s’emmerdera plus à poser sa voix sur des choses comme «  Popular Song » ou  » Better Left Unsaid » qui sont les 2 plus mauvais titres ( inutiles) du projet.

Cependant, bien qu’il y ait une claire volonté de souvent frôler la femme de Nick Cannon, Ariana se rapproche bien plus d’une Katherine McPhee, vocalement. On se souvient que l’ex finaliste d’American Idol avait travaillé avec Babyface et Danja pour son premier album et une très grande partie des titres de ce projet auraient pu paraître dans «  Yours Truly« , notamment ces 2 ballades  » Each Other » &  » Everytime I Go » où on peut observer la flagrante ressemblance entre leurs 2 timbres et manière de poser.

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

Faire en sorte qu’une petite nouvelle porte les couleurs de la R&B/pop 90’s, c’est donc une idée qui parcourt Babyface depuis très longtemps et d’ailleurs, même sur le premier album de son ex poulaine, Kristinia Debarge. On avait ce même brin de légèreté et d’innocence  sur quelques titres ( écoutez bien le phrasé et la diction dans Future Love par exemple).C’était beaucoup, beaucoup  moins bien réalisé mais il y avait cette même idée.

Ariana est donc un peu la  réalisation d’un vieux rêve pour le producteur qui on l’espère restera à ses cotés dans la suite de son aventure qui vient à peine de commencer.

14/20.