2 ans après l’eponyme Ciara, qui n’a pas réussi – tout comme ses 2 prédécesseurs – a relancé l’intérêt du grand public autour de la chanteuse, Ciara propose son 6ème album solo. Un opus sobrement intitulé Jackie, hommage à sa mère, qui laissait espérer un album mature et personnel. Depuis l’ère précédente, Ciara a eu un enfant et souffert d’une rupture avec Future qu’elle nous confie dans le premier single « I bet ». Un titre intéressant, resucée des mid tempos rnb du début des années 00’s. La chanson ne brille pas par son originalité mais laissait entrevoir une Ciara plus mûre, capable de se raconter et de se voir autrement. Le titre a été bien accueilli par le public urbain qui soutient globalement tous ses mid tempos du genre « Body Party » et « Ride » depuis 2010. On s’attendait donc à ce qu’elle continue dans cette voie pour solidifier sa fanbase, mais il n’en est rien.

L’écoute de Jackie est clairement déroutante, tant l’opus ne ressemble en rien au premier extrait. Super Cici a très envie de renouer avec le succès international, ce qui est quelque part légitime. C’est le seul moyen pour elle de mettre en valeur ses capacités de performeuse. Cependant, comme on l’expliquait dans le dossier sur sa carrière, elle doit faire face au même problème, à savoir que son public, les gens qui s’intéressent encore à elle sont les mêmes personnes qui le faisaient à ses débuts. Ils sont moins nombreux mais au niveau du goût, ils aiment la même chose, à savoir du rnb très classique ou alors des mid tempos. Il suffit d’analyser les chiffres de tous les singles qu’elle a proposé depuis son second album pour s’en rendre compte.

Seuls « Body Party », « Ride », « I Bet« , et dans une moindre mesure « Never Ever » et « Sorry », ont fonctionné. Tout le reste n’a pas pu conquérir le public car sa base reste profondément urbaine. Bien évidemment, avec ce genre de succès, pas moyen de revenir sur le devant de la scène de manière pérenne, surtout parce qu’elle manque de crédibilité. Une Monica peut très bien vendre un album avec un succès urbain, une Brandy, une Fantasia aussi et c’est principalement sur ça que Beyonce vend depuis 2011; Ciara reste peu crédible dans ce domaine et donc même avec un single à succès r&b, elle ne déchaine pas les foules sur ses opus. C’est surement pour cela, qu’en désespoir de cause, elle a proposé ce « Jackie » qui est en fait un résumé de tout et n’importe quoi et qui risque d’être son dernier album chez Sony tellement il manque de constance.

C’est en effet difficile de penser qu’une maison de disques voulant lutter pour le retour de Ciara dans les charts ait pu lui conseiller de proposer cet album à mi-chemin entre du Selena Gomez et du Katy Perry. On retrouve certes quelques fois ses influences urbaines sur « That’s How I’m feeling » (déjà chanté par le groupe Paradisio girls en 2011) mais l’album est un ramassis de chansons qui se veulent désespérément radiophoniques pour une grande audience. On ne note aucune évolution, aucune cohérence, juste cette obsession de partager à nouveau les charts… ce qui pousse à être frustré, d’une part parce qu’on sait que ce n’est pas par ce chemin qu’elle y arrivera et d’autre part parce que les producteurs ne sont pas fous . Les titres ne sont que très rarement efficaces et réussis dans ce genre. Ce sont clairement des démos rejetées par les autres qu’on lui a refilés la plupart du temps et c’est triste de voir ça quand l’album a pour titre « Jackie ». Il est tout sauf personnel étant donné que les sons sont très banals au niveau de la construction et au niveau du chant elle singe beaucoup Janet Jackson. C’est quelques fois réussi et sympathique, comme sur « Kiss and Tell » (qui sonne comme une chanson du Teenage dream de Katy Perry par J.J) ou encore « All Good » (qui donne l’impression d’avoir été extrait de « All For You »),  mais c’est bien plus souvent raté, comme sur « Fly » ou encore « Give me Love », qui sont la définition même du mot « cheap ».  Dance Like We’re Making Love séduit par son ambiance un peu sombre mais le refrain reste malheureusement trop pauvre, tandis que « One Woman Army  » et « Only One« , chansons recyclées et enregistrées en 2012 pour l’album précèdent, auraient définitivement dû y rester.  Le producteur exécutif de « Ciara » avait tout compris en éloignant ces 2 titres, notamment le second qui sonne comme quelque chose que Leona Lewis aurait pu enregistrer.. sans la voix de cette dernière, ce qui devient donc clairement problématique. À aucun moment dans cet album, on a l’impression qu’il apporte quelque chose d’essentiel à sa discographie, ou qu’il était nécessaire de l’écouter quand on a écouter l’opus « DK3 » des Danity Kane qui dans la même veine est bien moins générique et donc plus réussi.

Jackie est un album Kleenex et extrêmement simplet, un projet sans saveur que n’importe qui aurait pu enregistrer de la même manière, et sans aucune intelligence commerciale – ce qui est grave étant donné qu’il a été enregistré dans le but de ratisser très large. Il n’y a absolument rien de pire que ça en 2015, surtout quand tu manques de crédibilité et que tu n’es pas reconnu comme étant une grande voix.

8/20.

Des mauvais chiffres mérités : On ne peut pas vouloir mentir aux fans éternellement.

 

Les ventes sont tombées et elle fera environ  entre 19.000 et 21.000 ventes en première semaine en ventes réelles. C’est un désastre réel car même des opus rnb non promus comme Jodeci ou Charlie Wilson ont fait mieux. Pire encore Ashanti a fait mieux en indépendant l’an dernier. Quand on pense que Ciara était une des forces de l’industrie et faisait 338.000 en première semaine en 2006… se retrouve aujourd’hui à moins de 20.000 alors que d’autres qui n’ont jamais eu de tels score se maintiennent, ça fait peur. Les mêmes erreurs, les mêmes erreurs et encore les mêmes erreurs, à force, tu finis par mériter ton sort. Il y a un deal qui permet de liquider et d’acheter ses anciens opus moins chers en cas d’achat de ce nouveau projet. Ce n’est plus une honte à ce niveau mais c’est un désastre; un désastre parfaitement mérité vu que, comme expliqué dans le dossier, elle a cette manie de toujours vouloir mentir à ses fans en les appâtant avec un single r&b pour ensuite enchainer avec des chansons pop: cela veut tout simplement dire qu’elle n’assume pas ses projets, pas sa musique et c’est la principale raison pour laquelle ils n’achètent plus du tout ses opus. C’est elle-même qui les a découragés, c’est encore elle qui a lissé son image pour devenir une espèce de mannequin qui s’éloigne totalement de son public. Elle veut être dans des magazines comme Vogue ou l’Uomo Magazine mais les lecteurs de ces magazines n’en ont absolument rien à faire d’elle en tant que chanteuse, ils la reluquent juste comme n’importe quelle jolie mannequin tandis que, de l’autre coté, les fans de ses débuts se désintéressent. Il y a un fossé et un parallélisme complet dans tout ce qu’elle fait et cela ne peut la mener nulle part mais elle continue néanmoins de pousser le vice. Elle va proposer le clip de « I got you », la chanson pour son fils qui sera donc le deuxième clip vidéo après « I bet ». Là encore, elle veut compter sur la carte de l’opus personnel en faisant croire aux gens qu’ils ne se retrouveront qu’avec ce genre de titres dans l’opus… mais ce n’est pas le cas et ils lui en voudront.

Et  tout ça qui fait qu’elle va rester une artiste à singles très peu crédible. Même en live, elle ne déchaine  pas les foules, c’est dire à quel point elle a heurté son image.

( le public au Today show hier)

C’est une fille très chanceuse car, depuis 2009, elle ne vend plus rien mais continue d’enchainer les albums en major quand beaucoup d’autres chanteuses de rnb, bien plus intéressantes, n’ont pas eu cette opportunité. Cependant, elle n’est pas du tout une visionnaire. Si elle avait été maligne, c’est Ciara qui aurait vendu la vague du r&b alternatif qui a révélé les Tinashe ou encore FKa Twigs. C’était à elle de faire cette transition sachant que c’est un son qui plait au public urbain… et dans lequel elle aurait été différente des autres chanteuses rnb des années 00’s. Beyonce a su amorcer cette vague avec son album éponyme, sans tomber dans le kitsch, et c’est vers là que Ciara aurait dû se tourner. Le son hip-hop est à la mode, à la limite essayer d’avoir des productions de Dj Mustard et de Drake aurait été plus salvateur dans son cas que de proposer ce qu’elle vient de proposer.

Elle copie son idole Janet Jackson sans jamais comprendre ce qui a fait le succès de cette dernière, à savoir que Janet est la seule chanteuse pop mainstream qui a travaillé avec les mêmes producteurs pendant plus de 20ans pour ses albums. C’est comme ça qu’elle qui n’avait pas de grande voix a pu survivre à la décennie la plus vocale de l’histoire de la pop mainstream. Les Mariah, Whitney, Toni n’ont pas pu enterrer Janet parce que Janet s’est construit un son avec Jimmy Jam et Terry Lewis. Une identité sonore qui a fait sa force et a forcé le respect des autres. Ciara n’a aucune personnalité artistique, aucun dessein réel pour sa musique et c’est pour ça qu’elle en est là! Elle se refuse à faire un travail de recherche qui est pourtant nécessaire. Tout dans Jackie manque d’ambition, en plus d’être parfaitement daté dans la démarche. Le fait de faire ce genre d’albums mainstream très hybride était à la mode il y a 4 ou 5 ans et on a tous vu les mauvais résultats que ça a eu sur les carrières d’Usher, Ne-Yo ou encore Kelly Rowland. C’était flagrant et clair car, même dans les pays où leurs singles dance marchaient, les ventes d’opus étaient moins bonnes que leurs albums R&B, ce qui est parfaitement logique. L’auditeur dance ne va pas aller acheter un opus d’Usher ou de Kelly Rowland, à la limite il prendra leur single…. mais pas l’album. Et de l’autre coté, l’auditeur rnb va se refuser à acheter un opus rnb lancé par un single dance. Résultat? Mauvaises ventes d’albums. Kelly a été particulièrement frappée par cette situation avec « Here I am » et c’est pour cela qu’elle est revenue à « Talk  a Good Game« .

Quand tes 3 précédents albums, signés sur une major, n’ont pas franchi la barre des 250.000 avec toute l’attention du monde, il est important d’être plus maligne, d’essayer de voir plus loin. Si tu n’y arrives pas, change de métier. Avec un départ aussi faible, l’opus n’aura surement pas une longue exploitation et même si elle réussit à sortir des vidéos, elle n’aura pas le budget des autres pop stars qui elles rapportent à leurs labels.

Certains vous diront mais « Kiss and tell »  chanté par Katy Perry, ça aurait marché, c’est la vérité et c’est normal. Vous pensez que Body Party ou Goodies aurait cartonné avec Marylin Monson? Ou vous pensez que « Get up » aurait fonctionné chanté par Céline Dion? Non, surement pas, parce que la plupart des gens les auraient pointés du doigt en se moquant. Preuve que Ciara aussi a ses avantages dans l’industrie: elle a une ligne urbaine qui est en pleine exposition – pleins de choses se font actuellement avec le rnb, le rap et la pop, il faut juste un peu plus explorer- . Malheureusement, elle se refuse à la défendre  et c’est ce qui lui retombe amèrement sur les doigts aujourd’hui.

Triste Réalité!