Forte d’un buzz assez peu mérité ( il faut bien le dire) sur son premier single «  Skycrappper »  qui n’est qu’une ballade sentimentalo-geignarde comme on a connu depuis la nuit des temps et comme on en connaitra encore malheureusement pendant les siècles  à venir. La petite chanteuse de Disney Demi Lovato a  réussi à atteindre d’autres sphères  faisant en sorte qu’un certain intérêt lui soit portée en dehors des pré-ados et autres fans attardés de Lizzie Mc Guire.

Timbaland, Toby Gad et Ryan Tedder l’ont notamment  aidée dans la conception dans la réalisation de ce projet  à mi chemin entre une maturité nouvellement acquise et un brin d’adolescence pas encore totalement enfouie. Unbroken, c’est en fait l’héritage plus ou moins parfait d’une fille née dans les années 90’s qui a grandi,adulé et même vénéré tout ce que le mainstream a proposé notamment fin 90’s , début 2000’s. Ajouté à cela le fait que la petite soit dotée d’une parfaite maitrise vocale et semble avoir un sens inné du marketing, on obtient un des meilleurs opus pop mainstream de l’année.

Lady Gaga,Katy Perry, Rihanna et les autres copines peuvent en effet rendre les armes face à la concoction de Demi qui allie légèreté et efficacité sans toute fois tomber dans le grossier. L’album n’est pas un de ses gros balourds inhabités de la tendance dance mais allie assez finement ce son avec des sonorités plus pop ( ballades) et de titres plus urbains comme  » All Night Long » où elle retrouve Missy et Timbaland mais aussi  » Who’s That Boy » qu’on aurait très bien pu retrouver sur le dernier projet de Miss Hilson Baby.

Le titre album «  Unbroken » s’érige lui comme la grosse fraicheur de l’opus n’ayant absolument rien à envier aux singles du dernier album de Perry. Avec des passages radios similaires,il pourrait en effet faire de jolis miracles dans les charts tout comme  » Mistake » et » Hold Up » tous 3 bien plus intéressants que ses collaborations ratées avec Iyaz et Jason Derulo, les 2 garçons absolument inutiles du disque.

Enfin sans toute fois offrir un grand album, Demi Lovato propose un disque pop bien ficelé, juste ce qu’il faut de sucré et accrocheur qui devrait la sortir non sans grâce du carcan »Disney » pour en faire une valeur prometteuse des prochains jours de la pop mainstream.

12/20.