Avec le flop de Bionic il y a 2ans,  Christina Aguilera a sonné la fin de la suprématie de les pop stars dont les carrières avaient explosées à la fin des 90’s. Rares sont les fois où on a vu un opus d’une chanteuse majeure de la pop être aussi décrié, vilipendé, critiqué que ce dernier à sa sortie. Sans revenir sur le bien ou non  fondé de cette mauvaise réception, on peut observer qu’il a marqué comme une sorte de désacralisation des  grosses vendeuses  du monde de la pop, ces mêmes filles qui avaient engagés succès et records  au début des années 2000’s.  En l’espace quelques mois, Aguilera est passée de l’icône dont tout le monde attendait le retour à la grosse has been qui copie sur la petite nouvelle du moment.

Si on y ajoute les multiples frasques qui ont suivi (hymne national, hommage rouge vif à Etta James), on peut dire que The Voice a réellement été une échappatoire pour celle qui était réellement devenue une  véritable blague dans le monde de la pop mainstream. Mais  une nouvelle fois, au-delà de tout ça il a montré  à tout le monde que finalement Aguilera comme beaucoup d’autres n’était pas du tout intouchable. Du jour au lendemain, pour elle aussi, tout aurait pu s’effondrer et ça c’est quelque chose que  la génération 90’s n’avait pas forcement vu venir.

« Lotus »  est né de ce constat. En effet, RCA (label de la chanteuse)  n’a décidé de ne prendre aucun risque. Dès qu’on oublie la métaphore un peu bateau  (et très banale) du titre de l’album (la renaissance, du renouveau, de la réincarnation et autres bla bla), Lotus est surtout l’opus de la soumission.

Christina n’a pas eu grand-chose à dire sur ce projet commandé par un label soucieux de pouvoir faire un retour sur investissements.

Max Martin, Alex Da Kid ont eu  le feu vert, et si l’album garde une des particularités de la chanteuse, à  savoir faire de la pop en y insérant plusieurs influences musicales diverses ( urbain, electro),  tout a été ciselé pour se fondre au maximum dans le moule des radios actuelles.

Le premier single  » Your Body » a beau ne pas être strictement représentatif du projet en terme de griffe sonore, dans l’esprit  (le concept d’une pop, un peu facile, et clinex), il fait plutôt office de jolie  tête d’affiche. L’album pioche dans le réservoir de tout ce que le mainstream de plus ou moins efficace depuis quelques années.

Quelques fois, c’est mauvais ( on parlera de l’ahurissant  » Let There Be Love« , abominable travesti du «  Girls Gone Wild » de Madonna conçu à l’instar de ce dernier pour animer les clubs gays de campagne ou encore du cacophonique  » Shut Up« , qui se voulait groovy mais qui est tout ce qui est résumé de tout ce qu’on a  pu faire de cliché dans le hip-pop)  mais la plupart du temps ça  vogue  entre le tout juste sympa et le moyen.

On ne voit pas dans l’album cette volonté de projection, de différence que Christina a  toujours revendiqué ou eu l’ambition d’avoir. Au contraire, elle est comme étouffée par les productions souvent lourdes et se sent obligée de continuellement gueuler pour se faire entendre.  C’est le second talon d’Achille de  » Lotus ». Vocalement, l’album est gras, réalisé sans autre volonté que celle de faire de la démonstration vocale pour de la démonstration, chose qui fait du tort de la joliesse à son timbre. Des chansons comme  » Sing For Me » ou « Cease Fire   » auraient gagné à être chantées par des vocalistes fines ou même l’ancienne Aguilera. Là, on a droit à quelque  chose de brouillon, d’ennuyeux et même souvent de pénible. Il n’y a rien de la versatilité de  » Bionic » où on la retrouvait métamorphosée vocalement sur chaque titre.

Les très bons moments qu’on passe sur son duo avec Blake Shelton ( Just a Fool ) , l’excellent Circles et le grain de génie qu’on retrouve dans l’introduction nous attendrissent, donnent même un certain espoir mais ça reste insuffisant pour permettre à cet album d’être inoubliable.

Lotus n’est pas un mauvais projet mais c’est un opus en deçà de ce qu’on est en droit d’attendre de la chanteuse, une compilation de singles conçus pour cartonner ( Army Of Me, Red Hot Kinda Love, Light Up The Sky) et s’il échoue dans sa mission, comme c’est parti pour l’être, il signera surement la fin de Christina Aguilera dans le monde de la pop.

Triste Réalité!

 12/20.

 La meilleure chanson..

Image de prévisualisation YouTube