THE WAIT IS OVERRR….C’est fini..!!!

 

Sortez les cotillons, le champagne et le reste de chocolats des dernières fêtes,Letoya Luckett est enfin prête, la vocaliste R&B la plus colosse des Destiny’s Child ( quand on enlève Beyonce ) va enfin donner une suite à son merveilleux  » Lady Love ». Le dernier projet de la chanteuse sorti en 2009 n’avait pas eu le succès escompté ( seulement 180.000 preneurs) malgré le fait que ce soit un superbe album qui n’a fait que se bonifier avec le temps. C’est peut être d’ailleurs le meilleur solo qu’une fille de cette formation nous ait proposé (bien que le combat puisse être serré entre  » Beyoenc » de Beyonce et  » Ms. Kelly » de Kelly Rowland). Enfin, Letoya est talentueuse et c’est une vraie battante. Personne n’aurait pu imaginer qu’elle aurait eu son premier album numéro 1 au Hot 200 avec plus de 170.000 ventes. Elle n’a pas eu d’aide, a tout fait d’elle même et a réussi d’une certaine manière à y arriver. En comparaison, Kelly Rowland avec toute l’exposition mainstream possible n’a jamais pu réussir à faire un tel score.

Ce qui a vraiment plombé  Luckett est qu’elle avait signé chez Capitol qui est le label qui n’y connaît absolument rien en matière de promotion d’artistes urbains. Du coup, ils ont stoppé l’exploitation du premier opus au bout de 2 singles alors qu’il était certifié platine.. et pour le second album, c’était le foutoir. Le label se débarrassait de sa section R&B, la promotion a été on ne peut plus bâcler avant qu’elle ne se fasse remercier comme d’ailleurs tous les artistes R&B qu’ils avaient. C’est vraiment dommage pour elle car elle aurait été chez Atlantic dès le premier opus que sa carrière aurait pris un tout autre tournant.

Pour en revenir à ce retour, il est excitant car elle aime le R&B. Elle en fait sans fioritures, c’est peut être celle qui reste la plu fidèle aux codes du genre sans aller vers la pop comme Beyonce, tomber le sexe trash comme Kelly Rowland ou le gospel de Michelle. Letoya, elle a ses codes et les encadre très bien en plu du fait qu’elle sait chanter les pré-refrains comme personne. Impossible de ne pas la remarquer dans cet exercice, c’est d’ailleurs peut être aussi pour ça que Matthew a préféré  l’éloigner à l’epoque. Enfin, toutes ses raisons nous poussent à attendre avec impatience cet album «  Until Then » qui sera introduit par  un single nommé «   Don’t Make Me Wait » qui sera mis en ligne le mois prochain.

Elle a signé sur un label indépendant Eone donc la promotion ne sera sans doute pas énorme mais artistiquement, c’est encore plus électrisant car elle a du avoir une liberté totale. On peut s’attendre à de vraies pepites pépites.

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube