La 57ème cérémonie des Grammys Awards a donc eu lieu hier. On avait parlé des nominations dans cet article ici et c’est donc le moment de décortiquer le palmarès,de savoir si les prévisions étaient justes et surtout si la plupart des prix ont été mérité.

1. Le palmarès.

Record of the Year: “Stay With Me” by Sam Smith
Album of the Year: “Morning Phase” by Beck
Song of the Year: “Stay With Me” by Sam Smith
Best New Artist: Sam Smith
Best Pop Solo Performance: “Happy” by Pharrell Williams
Best Pop Duo/Group Performance: “Say Something” by A Great Big World & Christina Aguilera
Best Pop Vocal Album: “In the Lonely Hour” by Sam Smith
Best Traditional Pop Vocal Album: “Cheek to Cheek” by Tony Bennett & Lady Gaga
Best R&B Performance: “Drunk In Love” by Beyoncé & JAY Z
Best Traditional R&B Performance: “Jesus Children” by Robert Glasper Experiment
Best R&B Song: “Drunk In Love” by Beyoncé & JAY Z
Best Urban Contemporary Album: “G I R L” by Pharrell
Best R&B Album: “Love, Marriage & Divorce” by Toni Braxton & Babyface
Best Rap Performance: “i” by Kendrick Lamar
Best Rap/Sung Collaboration: “The Monster” by Eminem featuring Rihanna
Best Rap Song: “i” by Kendrick Lamar
Best Rap Album: “The Marshall Mathers LP2″ by Eminem
Best Country Solo Performance: “Something in the Water” by Carrie Underwood

2.  Les Sam Smith Music Awards.

sam_smith

Le grand gagnant de ces Grammys Awards est sans aucun doute Sam Smith. Il rentre chez lui avec 4 grammys et pas des moindres. Il a la chanson de l’année et aussi l’enregistrement de l’année,il empoche les grammys les plus prestigieux de la cérémonie. C’est mérité quand on voit face à qui il était nominé, c’était soit lui, soit Sia ou Iggy Azalea donc c’est une bonne chose que ce soit lui surtout que «  Stay With Me « est un beau titre. Malgré le fait que la chanson s’avère être un plagiat, elle a les capacités de très bien vieillir, ce qui n’est pas forcement le cas des titres face à qui il était nommé. L’opus en revanche,ne méritait pas sa victoire face à Coldplay qui avait le meilleur opus de la liste des nominés. Le comité a eu un raisonnement assez curieux, il avait la chanson de l’année, l’enregistrement de l’année mais pas la meilleure performance vocale pop.. ce qui à la limite peut être compréhensible mais pas quand ce prix est remis à  Pharrell Williams pour sa chanson «  Happy ». On aurait dit que le cas Pharrell (qui ne méritait d’ailleurs honnêtement pas d’être nominé au vu de la qualité de ce qui l’a proposé et ce dans toutes les catégories) agaçait les Grammys, on ne savait pas comment lui donner quelque chose alors on lui donne ce qu’on peut. Il ne méritait pas du tout de gagner le prix du meilleur album urbain contemporain face à Beyonce mais il a développé cette image tellement «  Grammy-friendly » qu’on tenait à récompenser son album et son single donc ils l’ont fait. Un petit prix pour chacun quitte à léser Beyonce qui est finalement une petite perdante de cette cérémonie. Elle l’est depuis les nominations où elle a été renvoyée dans les catégories mineures. On appris que c’est elle qui a demandé à être sur scène à la place de Ledisi lors de la cérémonie, ce qui signifie que le comité n’avait rien prévu pour elle mais pour la consoler, on lui a donné les prix R&B et ils se sont arrangés à diffuser la remise de son prix à elle .. alors que les années passées le même prix, la même catégorie n’avait pas été diffusé. C’est un détail mais ça montre bien à quel point tout est bien arrangé pour maintenir certains artistes sur le devant de la scène pendant que les autres croupissent chez eux.
En parlant de ceux qui ont croupi chez eux:
  1. Christina Aguilera n’est pas venue chercher sa statuette mais c’était un plaisir de voir qu’elle a gagné le Grammy avec le groupe A  Big Great World pour  » Say Something » qui reste un superbe titre.
  2. Kendrick Lamar n’était pas là mais les Grammys se sont sentis très coupables. Dans le précédent article sur les nominations, j’avais deja soupçonné et pointé cette culpabilité vis à vis de lui quand  ils ont cité  » I ». Le titre n’en mérite pas autant et n’a pas eu l’impact des précédents mais la rue a grogné, le comité a entendu donc pour réparer leur erreur face à Macklemore, on lui a donné 2 prix pour le meilleur titre rap et la meilleure performance rap. Ça ne répare pas ce qu’il a perdu mais sa défaite et la rage de la rue qui a suivi aura au moins permis de faire en sorte qu’Iggy Azalea soit snobée absolument de partout. Un grand mal pour un grand bien.
  3.  Eminem n’est pas venu chercher ses grammys, ce qui est une bonne chose, il n’en mérite aucun, ça aurait été embarrassant de le voir avec de telles statuettes vu l’extreme médiocrité de ce qu’il a proposé. En réalité, on a clairement donné les prix à Eminem parce qu’il vend… mais surtout parce que le comité des Grammys a du mal avec la catégorie rap. Ça se voit très clairement depuis des années, vu que ce n’est pas forcement un public urbain qui vote, ils sont embrouillés et ne font pas des votes de qualité mais de convenance, soit ils suivent les ventes, soit ils suivent les critiques ( mais pas trop non plus) soit ils se fient à la rue quand ils voient qu’ils se sont trompés. Bref, c’est un bordel complet. En regardant les prix et les contradictions dans les récompenses, on s’en rend clairement compte, les grammys sont largués en terme de rap, ils ont besoin d’aide et ce le plus rapidement possible. Ce n’est pas parce que Kendrick a gagné et qu’Iggy a perdu qu’on retrouve la normale, le tout manque de cohérence comme cette cérémonie qui était donc assez bizarre.

Beck a crée un petit scandale chez les fans de Beyonce qui ont découvert  avec horreurs et stupéfactions qu’il y avait d’autres artistes hormis elle sur la scène musicale quand on en est arrivé au prix de l’opus de l’année. J’avais parié sur Ed Sheeran au vu de sa discrétion et de ses ventes, il faisait un bon candidat mais les grammys ont misé sur Beck, un peu comme les Arcade Fire avaient gagné en 2011, ou comme on le leur reprochait beaucoup dans les années 2000’s et dans les 90’s. Les gens ne savent pas mais c’est très rare que des opus populaires gagnent le prix du grammy de l’année ( encore moins des opus R&B/Hip Hop) aux Grammys Awards et ils aiment bien ce petit twist où on donne à l’outsider. Dans le cas présent, l’outsider a gagné le prix du meilleur album rock  le même soir. Le public  rock n’a pas grinché, il méritait donc aussi sa statuette dans le prix de l’opus de l’année. Comment aurait on pu la remettre à Beyonce vu qu’elle n’était deja pas le meilleur opus urbain ce même soir? Si au moins les gens avaient deja reproché au comité des Grammys d’avoir donné le grammy à Pharrell plutôt qu’ à Beyonce ( ce qui aurait été légitime), le mini buzz aurait eu un sens mais là Beck rentre chez lui avec son prix qui veut à  la fois tout dire.. et rien dire. En effet, c’est une bonne chose qu’on ait encore ces mini surprises aux Grammys Awards mais le tout semble quand même bien calculé pour donner un semblant de cohérence à une cérémonie qui a quand même beaucoup  beaucoup perdu de sa superbe.

 

3.Le sacre de Beyonce face à Aretha Franklin.

beyonce-aretha-grammys

Enfin,grâce à ses 3 victoires hier soir  notamment pour  la  » Meilleure Chanson R&B  » et  la  » Meilleure Performance R&B » avec son titre  » Drunk In Love », Beyonce a passé Aretha Franklin dans le total de grammys pour une artiste féminine. Elle en avait 17 avant la cérémonie, elle en a désormais 20  contre 18 pour la légende de la soul. 17 ont été gagné en solo et 3 avec les Destiny’s Child. On s’attendait à ça depuis plusieurs années vu que le comité n’a cessé de chouchouter Beyonce au point de lui donner 6 prix pour son opus «  I Am/Sasha Fierce«  qui est pourtant tout sauf un projet de qualité. Le fait que l’industrie ait eu besoin de mettre en avant les artistes qui vendent lui a beaucoup servi surtout qu’on a effacé toutes concurrences dans sa catégorie, elle deviendra surement d’ici quelques années, la femme qui aura le plus de grammys de l’histoire de la musique.

Knowles reste une icône visuelle de sa génération et une excellente performeuse… mais elle n’a jamais été réellement acclamée par la critique et c’est complétement contradictoire de voir qu’une cérémonie censée se baser sur la qualité de la musique l’érige si haut, ça n’a aucun sens. Sa force a toujours été visuelle et médiatique mais en terme de musicalité, il n’y a jamais eu de fossé critique entre les autres sorties de sa génération et elle et même quand il y en a eu un, ce n’était pas en sa faveur.

Alison Krauss, la détentrice de ce record n’a que 27 statuettes. Une mince affaire pour Mrs Carter et son réseau qui auront tôt fait de la déloger avec les 2 prochains opus. Dans le reste du classement des Grammys féminins, on retrouve Alicia Keys avec 15 Grammys. Adèle, Chaka Khan, Cece Winams en ont 10  et Mary J Blige en 9. Toni Braxton qui vient d’avoir une nouvelle statuette pour l’opus  » Love Mariage Divorce »  avec Babyface est derrière vu qu’elle n’en a que 7 mais fait désormais parti du cercle fermé des femmes qui ont réussi à avoir des Grammys Awards sur 3 décennies différentes.

Au vu de la qualité de la musique de Beyonce qui est loin d’être extraordinaire, on pourrait légitimement estimer que c’est un scandale qu’elle ait plus de prix que Whitney, Janet, Michael Jackson, Prince, Luther Vandross et toutes les autres légendes qui ont  eu une vraie empreinte sur la musique mais finalement c’est une bonne chose.

Les gens ne sont pas fous. Le monde n’est pas totalement con. D’une manière ou d’une autre, le fait d’avoir en trop grande quantité quelque chose qu’on ne mérite se retourne toujours contre nous. Beyonce est sur cette route.  Elle aura tellement de Grammys qu’il ne vont plus rien signifier, leur valeur intrinsèque va diminuer vu que la qualité de la musique ne suit pas forcement.

Triste Réalité!