2 ans après « HoneyMoon », Lana Del Rey est de retour avec « Love« . Une ballade pop aérienne qui se rapproche beaucoup des travaux d‘Imogen Heap. C’est délicat, et vaporeux, avec une interprétation qui se partage entre romantisme et dramaturgie totale. Le titre a beau s’appeler « Love », elle est toujours partagée entre l’envie de vivre l’amour fou, et celle de se tirer une balle. Une espèce de dépression latente et constante qui fait sa marque de fabrique et qui donne son charme à ce titre, qui est en tout point, plus intéressant que la bonne moitié de son précèdent opus.

Dans ce titre, il réside quelque chose de profondément sombre, mais aussi une espèce de fougue, un espoir qui s’en détache et prête au titre cette touche intemporelle. C’est de la dark pop  comme on l’aime, sombre et savoureuse comme un bol de chocolat chaud.

Le clip,  de son côté, n’est pas vraiment mémorable, mais il a le mérite de ne pas gâcher l’esprit du titre. Elle peut tenir là, son premier vrai succès radiophonique aux USA.