1. Nas – Life Is Good.

nas-life-is-good

Après 20ans de carrière dans le rap, il est toujours difficile de proposer quoique ce soit sans donner l’impression de se répéter ou d’être totalement dépassé. Pourtant avec » Life Is Good », Nas nous offre un album de rap ambitieux, moderne tout en se restant fidèle. Life Is Good est un modèle de  symétrie et d’introspection minutieusement produit et parfaitement arrangé. L’homme use de sa légendaire plume pour se raconter sans jamais mettre l’auditeur mal à l’aise et sans abuser de collaborations.  Avec cet opus, il fait mentir le titre de son 8eme album et redonne de l’espoir aux vrais amateurs de Hip Hop. No Hip Hop Is Not Dead. Nas Is Still Here..So Life Is Good.

17/20.

Musicfeelings+ : A Queens Story, World An Addiction, The Don,  Daugthers’, Accident’s Muderers,

Musicfeelings – : Summer On Smash.

2.Kendrick Lamar – Good Kid, M.A.AD City.  

25b1edda                                                                              

Il est très rare de nos jours d’avoir un succès commercial colossal et de séduire les critiques quand on fait de la musique urbaine. C’est pourtant le défi que s’est lancé et qu’a brillamment réussi Kendrick  Lamar. Le premier album du rappeur de Compton est plus qu’un simple opus de rap : c’est un film. Une espèce de documentaire hyper réaliste, sombre et poignant. Lamar  qui a l’écriture facile et la rime saisissante nous ballade dans les multiples facettes de la vie d’un jeune homme du ghetto. La drogue, l’acool,la mort, le sexe, la religion, Il aboie ses émotions tel un fauve aux premières heures de l’aube et ça donne au projet un charme et un côté attachant indubitable. Est-ce le classique que tout le monde veut qu’il soit ? Est-ce qu’il tient vraiment la comparaison avec  «  The Chronic » de Dr.Dre comme le signifiait Mary J.Blige ? Surement pas mais il réussit à faire avec une palette de producteurs bien différents, un album qui n’a qu’une seule et unique odeur : la sienne. Un Bravo s’impose. 17/20.

 Musicfeelings + : Poetic Justice, Bitch Don’t Kill My Vibe,

Musicfeelings – : // l’opus se digère  comme un tout.

3- Game –  Jesus Piece.

game-jesus-piece-cover

L’histoire commençait mal pour The Game. Une pochette  qui lui tenait à cœur mais un peu morbide à l’encontre avec son envie d’avoir des featurings sur chacune des chansons.  Des singles balancés dans tous les sens sans  véritable direction, le public a été un peu perdu avec le lancement de «  Jesus Piece » et c’est bien dommage. C’est peut être ici, le meilleur album de l’ex poulain de Dr.Dre depuis «  The Documentary ». Les influences soul, pop, rap 80’s sont nombreuses et s’insèrent parfaitement au son de l’opus qui analyse la religion sous différentes formes. On finit par oublier toutes les collaborations (23 invités sur 18 titres) ou alors  trouver à chacune d’elle  une utilité. 15.5/20.

Musicfeelings + : All That Lady, Hallelujah,Pray, Scared Now, Heaven’s Arms.

Musicfeelings – :  Celebration,

 4.Lupe Fiasco – Food Liquor II : The Great America Album.

Le dernier album de Lupe Fiasco était une déception. On n’arrivait pas à retrouver l’authenticité du rappeur dans cette espèce de rap pop, moulu, poudré et concocté pour plaire au plus grand nombre. Ce n’était pas vraiment  mauvais mais clairement en dessous des attentes qu’on pouvait nourrir à son sujet. Avec «  Food Liquor II : The Great America Album », Le rappeur reprend l’histoire où il l’avait lors de son premier essai. Les productions sont extrêmement soignées, purement hip hop 90s/fin80’s et  ces sujets de prédilection font de nouveau surface. La guerre, la faim dans le monde, la politique, le traitement des quartiers noirs américains il y a clairement de l’ambition, peut-être trop. C’est le seul souci de ce projet qui tend souvent plus à ressembler à plaidoyer pour l’O.N.U qu’à la simple expression d’un homme de 31ans. On a quelque fois envie de lui dire «  Boy, Just Hush ». 2 ou 3 titres plus légers ne n’aurait clairement pas fait de mal à ce projet qui reste cependant de très bonne facture.  15/20.

Musicfeelings + : How Dare You, Lamborghini Angels, Heart Donor, Cold War,

Musicfeelings – : Battle Scars ( erreur de parcours)

5. Rick Ross – God Forgive, I Don’t.

god-forgives-i-dont-cover-hd-3403

Avec le recul et en prenant le fil de la carrière de Rick ross, le seul véritable défaut de cet album est «  Rich Forever ». La mixtape était  tellement aboutie qu’on en attendait énormément de l’opus. Pourtant «  God Forgive, I Don’t », bien qu’en étant un bon album reste finalement assez scolaire, très peu surprenant. Les beats sont bons, ses mimiques sont bien présentes. On s’amuse avec lui dans son monde plein de rimes ridicules et d’histoires nombrilistes mais le tout  manque de réelle recherche. Ca nous  donne une impression de travail bien fait mais sans grand plus. 14/20

 Musicfeelings + : Diced Pineaples, Sixteen,  Presidential, Ashamed, 901

Musicfeelings – : Touch ‘N’ You,Pirates.

6. T.I – Trouble Man, Heavy Is The Head.

 ti_albumcover

Quand  on a attend un album aussi longtemps qu’on a  attendu cet opus de T.I (repoussé pendant plus d’un an), on a tendance à totalement manquer d’objectivité pour le décrire. Il faut indubitablement prendre un certain recul pour savoir comment murir « Heavy is The Head » et quand c’est fait, on est dans l’obligation d’avouer que ce dernier s’est bien débrouille  Sur «  Trouble Man », on retrouve T.I. Que ce soit en solo, comme dans ces collaborations, le King d’Atlanta fait en sorte de s’affirmer, toujours, sans paraître has been. L’album manque de direction claire mais reste agréable  et assez bien produit. 14/20.

Musicfeelings + : Hello,Sorry, Cruisin, Hallelujah,

Musicfeelings – : Wonderful Life, Can You Learn ( utilisation gachée d’R.Kelly)

Sinon vous pouvez aussi écouter le derniers albums de Meek Mill  » Dreams and Nightmares » qui a proposé un produit de bonne facture cette année là..