7,605,000, « Daydream » (1995)
7,271,000, « Music Box » (1993)
6,000,000, « The Emancipation of Mimi » (2005)
5,298,000, « Merry Christmas » (1994)
4,878,000, « Mariah Carey » (1990) 
3,807,000, « Butterfly » (1997)
3,798,000, « #1’s » (1998)
3,595,000, ‘Emotions » (1991)
2,968,000, « Rainbow » (1999)
2,774,000, « MTV Unplugged » (EP) (1992)
1,289,000, « E=MC2 » (2008)
1,167,000, « Greatest Hits » (2001)
1,166,000, « Charmbracelet » (2002)
652,000, « Glitter » (soundtrack) (2001)
545,000, « Memoirs of an Imperfect Angel » (2009)
523,000, « Merry Christmas II You » (2010)
280,000, « The Remixes » (2003)
160,000, « The Ballads » (2009)

192.000, The Elusive Chanteuse (2014)

 

Voici donc la liste des ventes de chaque album de Mariah Carey aux U.S.A depuis le début de sa carrière. S’il y a quelque chose d’assez frappant dans cette liste, c’est bien le fait qu’elle explose vraiment avec « MusicBox » et « DayDream » qui ont ensuite aidé et soutenu les ventes de ces albums. Dans ces  débuts, elle vendait très bien mais elle restait encore sous la houppe de Whitney d’une certaine manière.  On est loin du schéma d’une Toni qui avait débarqué avec 6 millions de ventes sur le premier album, puis rééditer l’exploit avec le second, 3 ans plus tard. Mottola a misé sur l’enchainnement des opus,  un peu de peur qu’on oublie sa protégée au vu de la concurrence, ce qui a permis à cette dernière d’avoir toujours de bons chiffres dans la continuité. Dans l’idée de « battre le fer » quand il est encore au chaud. Ce doit aussi être pour ça qu’elle n’a jamais eu de vrais succès critique et qu’elle a souvent été snobbée par les grandes cérémonies notamment les Grammys.

On voit à ces chiffres qu’il y avait une machine commerciale terriblement bien huilée derrière elle, qui ne  se laissait aucune pause, un peu comme Rihanna et ça c’est un truc avec lesquels les critiques et Grammys, ont généralement du mal, même si bien sur la comparaison sur  le talent n’est pas du tout à faire.

Les chiffres montrent aussi l’importance de « The Emancipation Of Mimi » dans sa carrière. L’opus est son seul album à succès de la décennie 2000-2010 et monte jusqu’à la 3eme place des meilleures ventes de sa carrière. Autrement, les chiffres ont toujours été largement en dessous des ambitions, notamment bien sur «  Glitter » et ces 625.000 ventes, 2ans seulement après avoir écoulé  3.000.000 de «  RainBow« , une véritable claque. Pareil, les scores de  » Emc² » et de «  Memoirs » sont assez catastrophiques dans leur genre quand on sait qu’ils suivent une ère comme «  TEOM ».

Mais c’est souvent comme ça et ça devrait le rester dans l’avenir. Après 10ans de carrière, les stars d’envergure internationale perdent toujours un peu pied au niveau chiffres. «  TEOM » est plus une sorte d’accident qu’une sorte de point d’attaque. En général  les fans de Mariah  pensent que cet opus montre la popularité actuelle de M.C alors que ce n’est pas du tout le cas.

Si dans une décennie, tu sors 7 albums et qu’un seul est un carton, ça veut dire que tu es passé d’une certaine manière en artiste de second plan. Ta carrière n’est pas terminée, loin de là mais les 6 autres opus sont plus révélateurs de ton vrai « niveau » que ton unique carton. Tu auras certainement encore des succès mais plus épisodiques . Il faudra surement pas s’attendre à te voir  enchaîner les cartons comme tu le faisais 10ans auparavant.  Les modes changent, de nouveaux artistes arrivent, les systèmes de ventes etc..

Ceci étant, dans le cas précis de Mariah Carey, c’est plutôt une bonne chose, si ça peut l’aider à se lâcher  un peu plus artistiquement et oublier les charts notamment ce 19eme numéro 1 qui s’annonce très compliqué à récupérer au vu des récentes regles de Billboard.